Qué hec ? par Marie Houillon

par LES VOIVRES 88240  -  18 Janvier 2021, 03:04  -  #Qu'il est beau mon village

Qué hec ? par Marie Houillon

Le Ménique (Dominique) était un simplet pas très fûté, pas très débrouillard, mais très serviable. Il était toujours prêt à arpenter les chemins pour faire les commissions de l'un ou de l'autre, et particulièrement celles de l'abbé Perrin, qui avait toujours une assiette de soupe pour lui et qui s'en occupait dans la mesure du possible.

Un jour, Monsieur le Curé lui dit :

" Ménique, j'ai donné l'encensoir à ressouder au maréchal-ferrant de la Chapelle aux Bois. Veux-tu aller me le rechercher ? Il me le faudra pour dimanche. "

Ménique, toujours d'accord, s'en fut aussitôt, tout courant, comme d'habitude, et agitant ses bras comme un moulin à vent ambulant.

Arrivé chez le maréchal-ferrant, ce fut la panique ! Ménique ne se rappelait plus du tout du nom de l'objet qu'il venait chercher. Comment faire ?

" Jé coire in hec, mâ té sé bié, l'hec..."

(Je viens chercher une chose, mais tu sais bien, la chose...) répétait-il au maréchal-ferrant aussi amusé qu'ébahi.

Et ce dernier, blagueur, de lui demander :

" In hec, in héc ! Mâ qué héc ? "

(Une chose, une chose, mais qu'elle chose ?)

Ménique, de plus en plus énervé et agité, eût soudain une illumination. Il ne retrouvait toujours pas le nom, mais il se rappelait à quoi servait l'objet :

" Mâ si ! Té sé bié ! Co l'héc qu'on éfouinge é let gueule dâ saints ! "

(Mais si ! Tu sais bien ! C'est la chose qu'on enfume la gueule des saints !)

Monsieur le curé récupéra son encensoir réparé, mais le maréchal-ferrant ne manque pas de lui faire savoir quelle définition le Ménique en avait donnée ! Et l'on s'amusa bien, autant au presbytère qu'à la maréchalerie !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
M
La maman de Marie Houillon était surnommée Marie Ménique, épouse de Constant, grand invalide de la grande guerre. !
Répondre