Nous allions vers les beaux jours

par LES VOIVRES 88240  -  26 Février 2019, 03:37  -  #Qu'il est beau mon village

Photos Sylvia von Kaenel, lesvoivres88240

Photos Sylvia von Kaenel, lesvoivres88240

Cette fois tous les pronostics des météorologistes convergent. Le mois de février se finira dans la douceur et ce sera le mois le plus chaud jamais enregistré. Certains vont dire :

"-On a déjà eu du beau temps au mois de février. "

C'est vrai. De même il est vrai que le temps des cathédrales a été caractérisé par l’optimum climatique médiéval, des années très douces sans véritables hivers qui ont permis en Europe un essor de l'agriculture en particulier et de l'économie en général suffisant pour pouvoir financer ces édifices.

Il fut suivi par le petit âge glaciaire, une ère de refroidissement qui dura jusqu’au XIXe siècle. Les Vikings tirèrent avantage des mers libres de glaces pendant ce réchauffement pour coloniser le Groenland et d’autres terres écartées du Grand Nord. A priori cela semble bien indiquer que pendant cette période, il faisait nettement plus chaud que maintenant.

Ces variations régulières du climat au cours des siècles ne peuvent que conforter ceux qui nient le réchauffement climatique et affirment que l'élévation des températures que nous connaissons actuellement n'est que la conséquence d'une de ces variations cycliques.

Malheureusement maintenant pratiquement tous les scientifiques qui étudient la question s'accordent pour dire que cette fois l'homme est responsable de ce réchauffement, tout comme il est actuellement responsable de la disparition de nombreuses espèces animales et végétales. Nous sommes entrés dans l'Anthropocène.

Il faut pourtant reconnaitre que, quelle qu'en soit la cause, naturelle ou humaine, les journées que nous connaissons actuellement sont bien agréables. A la limite ce mois ci, pratiquement tout le monde peut se déclarer satisfait. Les stations de sport d'hiver des Vosges ont de la neige et du soleil. Les vallées ont peut-être un peu moins de soleil et, à cause de l'inversion thermique, des températures nocturnes plus basses mais pendant la plupart des après-midi on flirte avec les 15 ou 20 °.

Déjà les premiers travaux dans les champs et les jardins ont commencé avec la préparation des terres et le début des semis ou plantations : salade de printemps, épices, persil. Il serait même tentant de continuer et de mettre en terre les carottes ou petits pois et pourquoi pas, d’envisager dans moins de 3 semaines une plantation de pommes de terre.

Malheureusement nous ne sommes pas au sud de la Loire et même si l'on bat des records de chaleur, les gelées tardives sont toujours autant à craindre. N'oublions pas la magnifique floraison des arbres fruitiers réduite à néant il y a deux ans par 10 jours de gelées intenses au mois d'avril. C'est d'autant plus regrettable que le risques de grosses chaleurs et de sécheresse arrivant brutalement est tout aussi élevé que celui d'avoir un dernier coup de froid.

Réchauffement climatique causé par l'homme ou pas, les variations de températures d'une semaine à l'autre et même d'un jour à l'autre sont de plus en plus brutales. Cet été nous passions régulièrement du simple au double et vice versa en quelques heures. Ces dents de scie sont causés par des vents du Sud, d'Ouest ou d'Est qui soufflent souvent très fort.

Pour protéger nos légumes de ces rafales desséchantes et des gelées tardives ou précoces, il semblerait que la seule solution soit de les mettre sous abris, tunnels ou serres. Cela peut sembler un paradoxe puisque ces structures sont au départ prévues pour procurer plus de chaleur aux plantes. C'est aussi un paradoxe aussi le fait de se prémunir des effets du réchauffement climatique qui nuit à nos légumes en utilisant du plastique ce qui alourdit le bilan carbone.

Dans le même temps on entend dire que les éoliennes, les panneaux photo-voltaïques, les voitures électriques, si l'on tient compte de la façon dont elles sont produites et de leur fin de vie, ont un bilan carbone aussi lourd que si l'on consomme directement de l'énergie fossile.

Tout cela est bien compliqué. A force d'écouter l'avis de tous ces spécialistes, on ne sait plus qui croire. Le plus simple ne serait-il pas de ne compter que sur son bon sens comme le meunier* de La Fontaine et de profiter de ces belles journées de printemps pour cultiver son jardin ?

* Le Meunier repartit :
Je suis Âne, il est vrai, j'en conviens, je l'avoue ;
Mais que dorénavant on me blâme, on me loue ;
Qu'on dise quelque chose ou qu'on ne dise rien,
J'en veux faire à ma tête. Il le fit, et fit bien.

 

Nous allions vers les beaux jours

Le givre

Mon Dieu ! Comme ils sont beaux

Les tremblants animaux

Que le givre a fait naître

La nuit sur ma fenêtre

 

Ils broutent des fougères

Dans un bois plein d’étoiles,

Et l’on voit la lumière

A travers leurs corps pâles.

 

Il y a un chevreuil

Qui me connaît déjà ;

Il soulève pour moi

Son front d’entre les feuilles.

 

Et quand il me regarde,

Ses grands yeux si doux

Que je sens mon cœur battre

Et trembler mes genoux.

 

Laissez moi, ô décembre !

Ce chevreuil merveilleux.

Je resterai sans feu

Dans ma petite chambre.

 

Maurice Carême

Nous allions vers les beaux jours
Nous allions vers les beaux jours
Nous allions vers les beaux jours
Nous allions vers les beaux jours
Nous allions vers les beaux jours
Nous allions vers les beaux jours
Nous allions vers les beaux jours
Nous allions vers les beaux jours
Nous allions vers les beaux jours
Nous allions vers les beaux jours
Nous allions vers les beaux jours
Nous allions vers les beaux jours
Nous allions vers les beaux jours
Nous allions vers les beaux jours
Nous allions vers les beaux jours
Nous allions vers les beaux jours
Nous allions vers les beaux jours
Nous allions vers les beaux jours
Nous allions vers les beaux jours
Nous allions vers les beaux jours

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :