Ne coupez pas, nous attendons que vous nous informiez

par LES VOIVRES 88240  -  28 Janvier 2018, 04:15  -  #Cinéma

Le mur de Berlin (en allemand Berliner Mauer), « Mur de la honte » pour les Allemands de l'Ouest et officiellement appelé par le gouvernement est-allemand « mur de protection antifasciste », est érigé en plein Berlin dans la nuit du 12 au 13 août 1961 par la République démocratique allemande (RDA).

Pendant des mois sur les panneaux publicitaires d'un cinéma qui se trouvait dans le no man's land, il parait que l'on pouvait voir l'affiche du film "A l'Ouest rien de nouveau" qui se dégradait petit à petit. Certainement trop beau pour être vrai.

Ce qui est sûr, à propos de programme de cinéma c'est que sur les sites internet qui indiquaient autrefois celui de Ciné Vôge, un est à l'abandon, celui de l'ex Com Com du Val de Vôge, un autre n'est guère à jour, celui de La Vôge les Bains et le troisième Sitlor qui publiait toutes les manifestations locales ne répond toujours pas.

Entre les informations que je ne peux partager parce qu'elles sont mises sous le boisseau et celles que je ne dois pas partager parce que cela pourrait faire des mécontents parmi nos bons mait', les voivres88240 risquent eux aussi d'être comme la plupart des sites du Val de Vôge, aussi vide que le désert des tartares.

Encore une fois, Internet est le seul média qui, si il est utilisé correctement, c'est à dire en partageant des informations nombreuses, régulières et qui renseignent sur tout ce qui se passe, peut nous permettre de faire entendre nos voix, de faire savoir que nous existons, ce que nous faisons, ce que nous voulons, ce que nous refusons.

Il n'y a rien de pire que l'autocenssure. En user par mesure d'économie, par inertie ou par peur de déplaire, c'est s'enterrer soi-même. Il y a assez de personnes dont le sport principal consiste à creuser nos tombes. Alors par pitié ne vous joignez pas à elles et ne laisser pas les voivres88240 être le seul à parler, chaque fois qu'il peut le faire, de l'actualité du Val de Vôge qu'elle soit bonne ou mauvaise.

Ne coupez pas, nous attendons que vous nous informiez

Vous êtes invités à la projection du film "MOMO", vendredi 02 février-20 h 30, salle Marie Benoist à Bains les Bains.

Ne coupez pas, nous attendons que vous nous informiez
Ne coupez pas, nous attendons que vous nous informiez
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
J
Beau plaidoyer mais peut-être faut-il redéfinir ce qu'est réellement le Val de Vôge, ne pas trop compter sur la CA d’Épinal ou se laisser croquer par elle, faire feu de tout bois pour "extorquer" les informations, user d'un soupçon d'impertinence à l'égard de ceux qui les voudraient (à leur profit) aussi convenues que possible.
Elargir le périmètre (j'appelais cela « s’ouvrir vers l’extérieur » quand j'étais aux manettes d'une association qui, à force de vouloir à rester entre ses bons membres, s'apprêtait à mourir de sa belle mort) et accueillir quelques intervenants sur le site - que l'on souhaiterait évidemment plus nombreux -, est aussi une bonne chose.
Mettre aussi "The right man at the right place" - comme vous - mais la formule fonctionne aussi pour une femme, c'est à dire quelqu’un de volontaire, partageur, curieux, pugnace, suscitant l'adhésion et habité par sa mission, bousculant quelque peu les habitudes, ne comptant pas trop son temps, pas carriériste et n'hésitant pas à monter au créneau, doté des moyens nécessaires, etc., etc. Pas facile à trouver, je vous l'accorde.
Au bout du bout et si cela échoue, il sera encore temps de transformer le Val de Vôge et pour finir Les Voivres, en une sorte de ZAD qu'il faudra alors défendre bec et ongles (ce que quelques uns font bien tout de même) afin qu'ils ne meurent pas !
Répondre
L
D'après Michel Fournier le site sera de nouveau à jour quand la bonne personne aura été embauchée. Tu peux peut-être postuler.
J
J'observe les sites du Val de Vôge, tels que décrits par Bernard (« à l'abandon », « guère à jour », « qui ne répond toujours pas » « aussi vides que le désert des tartares »), quasiment "autocensurés" pour différentes raisons toutes aussi insuffisantes les unes que les autres.
Bien que n'étant pas un administré du Val de Vôge mais surtout éminemment intéressé par Les Voivres mon village natal (où l'information passe régulièrement me semble-t-il), je m'étonne cependant que les responsables de chacun des sites (hormis Les Voivres donc) mis en place au départ n'aient - apparemment - pas beaucoup de comptes à rendre.
Je ne suis pas chargé d’attribuer des places ni de faire signer un quelconque engagement mais les lecteurs - et peut-être même un éventuel employeur - apprécieront votre candidature... qui reste cependant à détailler plus largement.
K
Jean!! moi je suis là ! je veux bien prendre cette place!?!! je signe où?
J
NON, je parle pour dresser le portrait-robot de l'administrateur idéal (puisque c'est vous, grosso modo, que je cite en exemple) qui doit être mis en place - et le reste durablement- pour chaque site créé afin qu'il vive, soit mis à jour, réponde et que TOUTES les informations partageables ou "retenues" (à plus forte raison) soient actualisées, transparentes, pas seulement pour le cinéma - ce qui pourrait sembler aisé et, en réalité, ne l'est déjà pas - mais dans TOUS les domaines - ce qui, pour le coup, relève d'un véritable défi -.
L
Je pense que vous parlez d'une sorte d'élu à la tête du Val de Vôge. Si c'est le cas, ya plus avec la Com com d"Agglo pour mémoire relire cet article : http://lesvoivres88240.over-blog.com/2016/05/c-est-certainement-le-dossier-le-plus-complique-de-ma-mandature-nous-avons-choisi-une-demarche-d-anticipation-plutot-que-d-attendre
Y
Je crois bien que nous sommes complémentaires et c’est tant mieux. Vous avez tout à fait raison : l’auto-censure est une voie sûre vers l’isolement et la vulnérabilité. La Vôge a besoin d’être valorisée dans son ensemble (précision importante) au sein notamment de la CA d’Epinal.
Répondre
E
Cette politique de l'isolement ne doit absolument pas devenir majoritaire.. Chaque village, chaque hameau doit tisser un réseau d'informations permettant à chacun de retrouver des relations sociales.
Un commerce ferme, une classe est décentralisée et c'est une pièce manquante au puzzle, celle qui scinde le tout.
A nous de nous soutenir mutuellement, de façon solidaire pour éviter toute exclusion. Montrons aux grandes communes urbaines que nous avons du potentiel et que demain peut vivre de nous .
L
C'est bien pour cela que j'avais changé le titre du blog de "Quand un village a décidé qu'il ne voulait pas mourir" en "Quand le Val de Vôge a décidé qu'il ne voulait pas mourir". Une personne seule, une petite commune seule ne peut rien. En contrepartie tout ce qui touche l'une concerne les autres.