Niches et statuettes- Bâtiments officiels par Marie Houillon

par LES VOIVRES 88240  -  18 Juin 2021, 02:33

Niches et statuettes- Bâtiments officiels par Marie Houillon

Nos ancêtres ne se contentaient pas d'appeler la protection d'En-Haut par des inscriptions sur les pierres de fondation. Ils creusaient aussi des niches, généralement au-dessus de la porte cochère, ou d'une fenêtre, dans un bloc de grès, pour y placer une ou plusieurs statuettes de saints.
Les plus anciens du village se souviennent d'une maison -qu'on appelait d’ailleurs " la Maison au Saint Nicolas " - qui était dotée d'une niche imposante contenant une statue de l'évèque de Myre, patron de la Lorraine, d'une hauteur de 25 cm environ. Malheureusement, le temps a fait son œuvre destructrice et Saint Nicolas a disparu.

Il reste cependant des niches dans un tiers des maisons. Certaines ( la plupart sont vides ). D'autres ont conservé leur petite statue, de la Vierge très souvent, derrière une vitre protectrice.

Une maison, datant de 1 864, présente trois niches taillées dans un bloc de pierre, celle du milieu plus haute que les deux autre. Sans doute peut-on y voir un symbole de la Sainte Trinité. A l'origine, elle abritait, dit-on, le Sacré-Coeur au milieu, entouré de Saint Joseph et de la Vierge Marie. A leur sommet, la coquille de Saint Jacques est gravée à l’intérieur. A présent, les statues d'origine étant tombées en poussière, on les a remplacées par Jeanne d'Arc au milieu, la Vierge de Lourdes à gauche et un vase à droite. Jeanne la Lorraine est aimée et respectée dans notre village. Doremy n'est pas si loin.

Les bâtiments officiel ont été construits au début du19 ème siècle, la commune n'existant que depuis 1 793.

En  1 834 la mairie a été édifiée. Elle présente toujours un porche de pierre, d'une courbe parfaite, sobrement sculpté, avec une imposte étroite au-dessus de la porte.

L'église a été bâtie en 1 842. Elle est marquée par la symbolique en cours au village. Au-dessus de la porte d'entrée, on peut lire l'abréviation D.O.M. ( Deus Optima Maxima- Au Dieu très grand ), entourée de deux grosses fleurs rondes.
Le tout rappelle les pierres de fondation posées sur les maisons et on peut supposer que cette décoration a été sollicitée par les fidèles, comme d'ailleurs, la jolie ronce à huit pétales qui domine l’entrèe.

EN CONCLUSION

Notre village a très bâti de façon fonctionnelle, par des cultivateurs qui savaient le pris de l'effort et du travail acharné. Ils redoutaient les intempéries, la destruction de leurs récolte, de leurs biens. Ils cherchaient à se défendre des hivers longs et froids. Ainsi ils appelait la protection divine sur leurs maisons, sur leur famille, en sculptant la pierre et le bois. Sans doute ont-ils été aussi influencés par le culte du soleil, dont on trouve des vestiges dans notre région. La symbolique est en grande partie chrétienne, mais avec un fond de magie païenne superstitieuse. Ne dit-on pas que : " Deux protections valent meiux qu'une " ?

 

AVRIL 1 996

M.H.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :