Solidarité familiale par Marie Houillon

par LES VOIVRES 88240  -  30 Avril 2021, 02:42  -  #Qu'il est beau mon village

Solidarité familiale par Marie Houillon

Nous avons déjà parlé de la pêche aux grenouilles et signalé la surveillance qu'exerçait la Gendarmerie à ce sujet.

Toutefois, elle n'était pas la seule à sévir, dans l'immédiat d'après-guerre 39-45. les Services des Eaux et Forêts étaient mis, eux aussi, à contribution. C'était logique, mais cela compliquait la chose pour les pêcheurs nocturnes, car le garde-forestier était très connu, dans nos villages. Il en était parfois issu. En conséquence, il connaissait très bien tout le monde et on ne pouvait guère lui en conter !

Cette nuit-là, les jeunes du Moulin des Voivres s'affairaient autour du Rû Migaille, leur secteur de prédilection. Georges, Roland, Fernand et consorts attrapaient les grenouilles avec ardeur quand tout à coup, le guetteur opérant un repli stratégique ... et précipité, leur signale le danger :

" Attention ! Sauvez-vous ! Le garde forestier arrive ! "

Le garde forestier, on le connaissait bien, c'était le Jean, un sévère, très " Service, service. Jugulaire, jugulaire " ! On savait qu'il n'y avait pas d'indulgence à attendre de sa part ! Aussi, ce fut le sauve-qui-peu général !

Et le Jean, furieux mais goguenard, criait à la cantonade :

" Vous pouvez vous sauver ! Je vous connais tous ! Vous aurez de mes nouvelles, croyez- moi ! On ne me la fait pas ! "

 Cause toujours ! les gaillards fuyaient à toutes jambes, l'un d'entre eux ayant abandonné ses sabots de caoutchouc pour courir plus vite !

Le Jean, avançant à l'aveuglette, trébucha sur les pauvres godasses esseulées !

" Ah ! Ah ! se dit-il. J'en tiens un ! Je vois à qui ces godasses peuvent appartenir ! On va rigoler !

Le lendemain, le garde-forestier, brandissant les sabots de caoutchouc, s'en va frapper à une porte au Moulin des Voivres. C'est la maman qui répondit , une femme énergique et courageuse.

" Bonjour madame ! C'est à un de vos fils, ces sabots. Je vous les rapporte parce que je les ai trouvés près du Rû-Migaille, cette nuit ! "

La brave dame sait ce que parler veut dire ! Elle envisage, en un éclair, la suite de l'histoire si elle dit oui.

" Çà, ce n'est pas à nous ! Je n'ai jamais vu çà chez nous ! Et puis, fichez-moi la paix ! "

Et plan ! La porte se referme au nez du Jean déconfit ! Que vouliez-vous qu'il fasse ? S'en aller avec les godasses ? Bien sûr ! C'était la seule issue !

On dit que la maman n'était pas des plus heureuses, obligée qu'elle était de racheter des sabots au fiston ! Mais elle avait sauvé l'honneur de la famille, n'est-ce pas ?

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

jean7288 30/04/2021 09:50

Une sorte d’omerta.
A l'époque, le Moulin des Voivres était animé !.

LES VOIVRES 88240 30/04/2021 11:19

Il l'est encore maintenant. Je ne savais pas que ma grand mère était une émule de Ma Dalton.