Les vœux du maire

par LES VOIVRES 88240  -  7 Janvier 2021, 05:33  -  #maire

Les vœux du maire

Depuis plusieurs semaines, le doute planait, assombrissait mes nuits, gâchait mes journées. Ce qui n'était qu'une rumeur, une supposition, un vulgaire cas d’école, se confirme de jour en jour. Dès à présent, nous voyons fleurir les annonces. Les élus de Remiremont, du Clerjus se sont jetés à l'eau pour publier la sinistre nouvelle sur les réseaux sociaux.

Ils ne souhaiteront pas leurs vœux comme les autres années à leurs administrés réunis dans une salle publique.

Maintenant, cette épée de Damoclès plane au-dessus de la tête des habitants de Les Voivres. Nous risquons fort de ne pas nous retrouver entassés comme hareng en caque, à plusieurs centaines dans la salle communale. Maudite salle des fêtes qui m'a fait gâcher des centaines de photos à cause de la mauvaise lumière dispensée par les appliques.

Tout le monde se retrouvait avec une trogne du plus beau bleu, quand ce n'était pas des enluminures orange, que le traitement photo ne réussissait pas à masquer. Il n'y avait plus qu'à supprimer le cliché ou le sortir en noir et blanc.

Mais c'était pourtant l'occasion de retrouver là tous ceux qui, en tant que professionnels, administrateurs, élus ou membres d'une association avait contribué à la vitalité de Les Voivres.

Les agents de l'O.N.F., les représentants de la Gendarmerie nationale, de la Maison des Services de la Vôge les Bains, côtoyaient madame Véronique Marcot, du département, les In Bô, Michel Heinrich, de la Com d'Agglo, la clique La Balnéenne, des élus, amis de Michel Fournier, dont Michel Forterre et bien entendu, les associations de Les Voivres.

Nous ne verrons donc pas celui-là, sous sa double casquette de maire et de vice président de la Com d'Agglo, et ne l'entendrons pas, avec sa verve et sa truculence habituelle, nous faire le compte rendu d'une année de travail et le décryptage de son combat contre le mille-feuilles administratif et le sérail gouvernemental.

Il ne pourra pas non plus nous annoncer qu'il est maintenant le président des Maires Ruraux de France.

Chiennerie de Covid-19 !

Véronique Marcot ne nous dressera pas la liste des subventions accordées par le département aux pauvres et misérables claque-dents que nous sommes.

Michel Houillon ne fera pas le décompte des travaux faits par le chantier d'insertion. Marie Lacercat ne nous parlera pas de la gestion de la forêt et des bâtiments municipaux, pas plus qu'Elsa Adam ne nous décrira les efforts du RPI Les Voivres-La Chapelle aux Bois pour éviter la fermeture d'une classe.

Déjà certains anti-complotistes affirment que pour les municipalités, cette décision est une aubaine qui permettra de faire des économies sur le buffet traditionnellement organisé à l'issue de cette cérémonie.

Plus besoin d'acheter les pains garnis, le mousseux et le sirop de cassis pour confectionner le Kihr, le jus d'orange pour les enfants.

Ce ne sont bien entendu que des assertions sans fondements, que ces échauffés de la bile balancent à tout va. Mais ils trouveront bien un économiste, soi-disant de renommée mondiale, pour démontrer chiffres à l'appui, que les municipalités ayant perdues beaucoup d'argent à couse de cette foutue pandémie, il faut bien qu'elles trouvent le moyen de se payer sur la bête.

Pour permettre la tenue de ces vœux, sans prendre de risques sanitaires et sans qu'il en coûte un centime au budget de la commune, je propose ceci.

Il suffit de les organiser dans le pré derrière l'Abridici. Il y a assez de place pour se mettre à plusieurs mètres les uns des autres.

Par contre, je supplie Michel Fournier de programmer pour ce faire, un jour où le vent ne soufflera pas, et où il ne pleuvra ni ne neigera. En temps normal, je n'arrive déjà pas à me relire et je suis obligé de broder pour meubler ce que je ne peux retranscrire. Si en plus, mes notes sont déchirées par des rafales de vent et détrempées, j'aurai aussi facile de recopier l'annuaire du Groënland.

Pour avoir un buffet qui ne coûtera rien à la mairie, la solution est simple.

Il suffira de faire un repas partagé. Je me propose de faire ma maxi-tourte traditionnelle, bourrée de bonnes calories, celle qui retombe tout de suite sur les fesses de ces dames, ou un pâté lorrain. J'en ai encore un au congélateur que j'avais préparé pour les fêtes de fin d'année. La Saint Rémi fournira les tartes flambées et le beaujolais, le restaurant du Pont des Fées, les pizzas.

Entre les bières de La Clandestine, la goutte de Francis et les divers plats préparés par tous, il y aura comme d'habitude trop de tout.

Autrement, il va falloir attendre combien de temps pour se retrouver ? A la suite de mon article sur les lenteurs de la vaccination, une lectrice à partagé un lien de France Info. La France va recevoir un peu plus de 500 000 dosses de vaccin par semaine. Si l'on compte qu'avec le rappel, il en faudrait entre 80 et 100 millions pour assurer une couverture correcte de la population, nous risquons bien de reprendre longtemps la salutation des juifs " l'an prochain à Jérusalem " datant de la diaspora et de  nous dire pendant 4 ou 5 ans :

" L'an prochain aux vœux du maire. "

En espérant que les souches mutantes du Covid-19 ne fassent pas un pied-de-nez à l'industrie pharmaceutique. Snif,  snif et resnif !

" L'an prochain aux vœux du maire. "

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
J
Peine perdue, l’épée de Damoclès va finir par tomber et vous n'aurez pas le plaisir de "clicher" les tronches orange-bleu des terriens (faut suivre) de toute la "nomenklatura" du secteur.
A moins que votre - alléchante mais assurez-vous bien que tous les participants soient vaccinés contre une éventuelle « grippette » - proposition d'apéro-dinatoire sur le pré ne recueille un avis favorable de la Municipalisé obtenu par visio-conférence, vous pouvez ranger dans sa housse de transport votre dernier modèle de Nikon pour un long moment... sans oublier de retirer la batterie.
Vous ne le déstockerez que quand certains excités de la Covid et de la façon dont nos têtes pensantes la traitent, se dirigeront "à la Trumpiste" vers notre Parlement... ce que personne ne souhaite évidemment.
Répondre