L'an prochain aux voeux du maire

par LES VOIVRES 88240  -  11 Janvier 2021, 03:12  -  #Covid-19

L'an prochain aux voeux du maire

Ma proposition d'organiser les vœux du maire derrière l'Abridici et de les faire suivre par un repas partagé n'a pas été retenue par la municipalité. Les élus ont-ils eu peur de se geler les petons ? Ont-ils jugé que ce rassemblement entrainerait trop de risques sanitaires ? Ces dames craignaient-elles de prendre trop de kilos en mangeant ma tourte ?

Ce n'est pas grave. Je vais la mettre au congélateur et si ce n'est pas l'an prochain ou dans deux ans, il arrivera bien un moment où l'on pourra tous la déguster à l'occasion de ces fameux vœux.
Je préfère être prudent et ne pas fixer de date. Régulièrement, on entend les organisateurs d'un évènement qui a été annulé en 2020 à cause de la Covid-19, lancer une invitation pour 2021. Il est ainsi prévu que Zinc Grenadine se tiendra les 9, 10 et 11 avril sur le site du port d’Épinal,  Les Imaginales 2021, festival de littérature d'imaginaire, auront lieu du 27 au 30 mai 2021, toujours à Épinal. De la même façon, la date de trails, de rallye automobile ou des Jeux Olympique de Tokyo  est fixée.

Cela donne un peu l'impression d'une incantation qui aurait pour but de faire peur au méchant virus pour l'éloigner de la douce France et du monde entier. Mais en ce moment, ce serait plutôt les pires prévisions qui se réalisent. Et ce n'est pas le démarrage calamiteux de la campagne de vaccination, devant nous protéger, qui effraiera beaucoup la bête.

Louis et Mauricette se portent bien. Ils ne savent pas qu'ils sont censés être malades comme un chien après leur vaccination si l'on en croit les annonces faites par les anti-vaccin. Manifestement beaucoup de français n'ont pas la moindre envie de courir le risque d'effets secondaires, aussi minimes soient-ils.

Ceux qui sont par leur profession, les plus exposés et les mieux à même de savoir ce qu'il en est réellement de ces fameux effets secondaires, plus mortels que la maladie elle même d'après la rumeur, ne sont pas forcément d'accord, eux aussi, pour se faire vacciner.

A l'hôpital de Vittel, il y avait si peu de volontaires, parmi le personnel soignant de plus de cinquante ans, pour se faire trouer la peau que la séance a été reportée.

Cela m'a d'ailleurs donné une idée. Je vais les contacter pour qu'ils conservent ma maxi tourte à - 80° dans leur super congélateur dont manifestement, ils n'en ont pas l'usage. Par contre, je crains fort que le restaurant du Pont des Fées n'ait pas de problèmes de stockage pour les pizzas à emporter qu'il proposait l'an dernier. Il n'y a pas eu d'annonce pour en vendre ce week-end. Je ne sais s'il en fera par la suite.

L'autre jour, je remontais à pied la rue devant l'église de Bains les Bains. Il n'y avait plus que deux commerces ouverts. Le restaurant, la coiffeuse, la fleuriste sont fermés et cherchent un repreneur. Le kebab ne travaille plus jusqu'à nouvel ordre. La pizzéria Mii991, attend pour ouvrir que le couvre-feu à 18 heures cesse.

Deux autres ont déménagé. Déclik est maintenant dans la rue piétonne en face de la mairie et le kiné à la Maison de Santé.

Un peu sinistre tout cela.

La démographie des Vosges est négative depuis plusieurs année. Peu de migrants viennent s'installer chez nous et la natalité est plus faible que dans le reste de la France. Le Val de Vôge se situe dans le peloton de queue pour le nombre de naissances avec encore 4 point de moins que le département.

On peut se demander quels effets aura cette épidémie pour des communes qui ont déjà bien du mal à tenir la tête hors de l'eau.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
J
« Un peu sinistre tout cela.» : vous pourriez même écrire très sinistre d'autant que beaucoup de personnels médicaux et de l'Exécutif ne montrent pas un réel engouement à se faire vacciner eux-mêmes.
Quant aux effets de cette pandémie, ils sont déjà nombreux (à commencer par les morts),et nous sommes loin de la « gripette» de l'ironique Porte-parole du Gouvernement d'alors.
Pour le reste, on peut compter sur nos dirigeants pour les minimiser afin de s'exonérer de leurs propres responsabilités.
Répondre