Hâtons nous lentement !

par LES VOIVRES 88240  -  20 Janvier 2021, 03:21  -  #Covid-19

Hâtons nous lentement !

" La vaccination a démarré en trombe dans les Vosges " " A Remiremont on vaccine à tour de bras "

L’enthousiasme de Vosges Matin publiant ces articles euphoriques réchauffe le cœur.

Qu'il est bon de savoir que toute une organisation bien rodée a été mise en place pour panser nos plaies et soulager nos souffrances.

Nous avons bien besoin en ce moment d'apprendre de bonnes nouvelles. Malheureusement tout le monde ne semble pas avoir le même point de vue et être aussi optimiste.

Le ton des journalistes de Via-Vosges est plus mesuré. Oui, la vaccination grand public a bien commencé, mais on craint de manquer de doses. Selon les prévisions, si tout se passe bien, il y aura seulement 6 millions de personnes qui pourront se faire vacciner d'ici fin avril.

Cela veut tout simplement dire que moins de 10 % de la population sera traitée. Or la nécessité d'immuniser 75 % de la population pour stopper la maladie est maintenant régulièrement évoquée.

Enfin il y a au moins une bonne raison de se réjouir. Il y a aurait moins de personnes réticentes à l'idée d'accepter cette vaccination. Toujours d'après Via-Vosges, la crainte d'une pénurie amènerait les français à vouloir s'inscrire.

On va manquer de PQ ! Faisons des stocks de PQ !

Il n'y aura pas de vaccins pour tout le monde ! J'en veux un !

C'est bon à savoir. Si vous êtes commerçants, si vous avez quoi que soit à vendre, affichez en grand sur la devanture de votre magasin, devant votre atelier ou votre entreprise :

" Nous sommes en rupture de stock "

Tout le monde va se bousculer pour acheter.

En attendant, cette situation ne doit pas faire sourire tous ceux qui comptaient pouvoir ouvrir de nouveau leur établissement dès le 20 janvier, comme le gouvernement l'avait annoncé il y a quelques temps.

Cela va des responsables de stations de ski nordiques, aux restaurateurs en passant par les salles de spectacles, les cinémas ou les universités.

Si la majorité des français se réveillent régulièrement avec la tête dans le cul, excédés par cette situation, ne sachant qui croire et à quels saints se vouer, ces professionnels qui depuis des semaines rongent leur frein sont, pour beaucoup, désespérés.

Les cas de suicides se multiplient et tant que les décisions prises à leur encontre pour lutter contre la pandémie ne seront pas levées, ils risquent d'être de plus en plus nombreux à mettre fin à leur jour.

Seule une vaccination rapide pourrait permettre un retour à la normale. A ce jour aucun traitement ne s'est révélé efficace pour guérir les malades de la Covid-19.

L'es-président Trump a raconté beaucoup de conneries. Au début de la pandémie il s'était opposé au confinement car il craignait que cela n'entraîne nombre de faillites et de suicides. Pour une fois, il n'avait pas entièrement tort.

Ce n'est pas l'hommage rendu à Rudy Noël par le président de la République qui le ressuscitera ni qui apaisera la douleur de sa famille et de ses amis.

Depuis maintenant 10 mois, les français ont le sentiment d'être pris au piège. Nos dirigeants leur donnent l'impression de vouloir se débarrasser sur d'autres de la patate chaude. Ils ont fait des pieds et des mains pour arriver à décrocher la fonction qu'ils occupent. Leur devoir est de se mettre au service du pays maintenant que ça va mal.

Jusque maintenant ils n'ont fait, tels Perrin Dandin, que jouer les profiteurs.

 

 

Sans visibilité

L'heure était en ce lundi aux premiers vaccinés ""grand public"" dans les 5 centres vosgiens. Une première vague qui concerne les plus de 75 ans. Au Centre Hospitalier d'Epinal, un patient se fait vacciner toutes les 7 minutes, soit 80 par jour. Plus de réservations possibles en cette première semaine, incertitude sur l'approvisionnement en vaccins pour la suite
 
est partage une actualité COVID-19.
📍INFO VACCINATION – INTERRUPTION MOMENTANEE DE LA PRISE DE RDV
• Le Groupement hospitalier de territoire des Vosges, sous la supervision du Centre Hospitalier d’Epinal, met tout en œuvre pour lancer la vaccination.
• Depuis le 7 janvier dernier, les personnels hospitaliers, professionnels de santé en libéral, sapeurs-pompiers et intervenants à domicile de + de 50 ans, ainsi que, depuis le 18 janvier, les personnes de 75 ans et +, reçoivent le vaccin Pfizer BioNTech dans le centre de vaccination de l’hôpital, ainsi que dans 4 autres centres, dans le département (Remiremont, Neufchâteau, Saint-Dié et Mirecourt).
• La prise de rdv est actuellement interrompue pour que chaque personne inscrite reçoive les deux injections prévues, en tenant compte de l’approvisionnement en doses de vaccin.
• En effet, le fabricant de vaccins a annoncé en fin de semaine dernière des retards dans les livraisons.
• Par conséquent, la vaccination se poursuit en fonction du rythme de livraison des doses vaccinales, ce qui entraîne des remaniements inévitables de l’organisation de la campagne.
• La vaccination des personnes prioritaires est donc en cours et pourra augmenter au fil des livraisons dans le département.
• De nouveaux rdv seront ouverts dès que possible, pour que l’ensemble de la population ciblée reçoive le vaccin.
• Ensuite viendra le tour des personnes de 65 ans et +, puis les plus jeunes, pour qu’au final, chacun puisse être immunisé contre le virus SARS-COV-2.
MERCI pour votre soutien et votre compréhension !
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
J
« tels Perrin Dandin » : espérons pouvoir leur dire de prendre leurs cliques et leurs claques en 2022 mais, vu l'état lamentable des oppositions, par quelles femmes et quels hommes les remplacer ?
Attendons-nous à savoir aussi que, de report en report (Départementales et Régionales) la crise sanitaire pourrait bien être un fallacieux prétexte pour repousser la Présidentielle. Comme tout devient exceptionnel dans ce foutoir où le pouvoir se retrouve (in)sensiblement et sûrement entre les mains d'un seul homme, est-ce tellement insensé que de le penser ?
Répondre