Un petit tour à la Guinguette et au Restaurant du Pont des Fées

par LES VOIVRES 88240  -  11 Novembre 2020, 02:24  -  #Entreprise, #Services

Un petit tour  à la Guinguette et au Restaurant du Pont des Fées

Un vieil homme vivait en solitaire. Il n'avait ni famille, ni amis, ne recevait et ne rencontrait jamais personne.

Il passait donc ses jours en reclus dans sa grande maison délabrée, qu'il avait d'ailleurs bien du mal à chauffer. Il avait transporté tous ses effets dans sa vaste cuisine mieux faite pour une famille nombreuse que pour lui seul. Il restait là toute la journée et y couchait sur un petit lit pliant qu'il campait tous les soirs, à côté du grand poêle alsacien dont les dernières braises tempéraient la pièce. Il le rangeait au matin, au grand dam de ses deux chats qui passaient la nuit avec lui , l'un ronronnant sur l'oreiller à côté de sa tête, l'autre roulé en boule à ses pieds.

Il s’accommodait tant bien que mal de cette situation, sachant qu'il n'y pouvait rien changer et qu'il était trop tard pour cultiver l'art de se faire des amis. Malgré tout il y avait tous les ans une période qu'il avait beaucoup de mal à supporter. C'était celle des Fêtes de Noël. Il savait qu'une fois de plus, il la passerait seul, désespérément seul. Il n'aurait aucun invité et nulle part où aller.

Bien sûr, il aurait pu se réserver une place pour le réveillon dans un restaurant. Il avait d'ailleurs tenté l'expérience à une époque où il n'était qu'un solitaire, pas encore un ours.

Il s'était retrouvé seul au bout d'une longue tablée joyeuse, mâchant tristement un filet de dinde filandreux, pour finir son repas avec une part de buche industrielle accompagnée d'un champagne californien tiède et éventé.

Il n'avait pu supporter d'être soulevé de sa chaise à intervalles réguliers par l'animateur de service, pour être imbriqué dans la chaine de danseurs hilares se trémoussant sur l'air de " La Chenille " ou de" La danse des canards ".  De même, il n'avait que modérément apprécié d'être pris pour cible par des lanceurs de boulettes de pain, attendant qu'il réplique. Pour finir, quand à 2 heures du matin il décida de rentrer, il s'aperçut que sa voiture, garée sur un parking à l'écart, était partie en fumée, incendiée par une bande de loubards. Il était rentrée chez lui à 5 heures, après avoir été porter plainte au commissariat, épuisé et presque encore davantage désespéré que furieux, maudissant l'humanité et se traitant d'imbécile indécrottable.

Mais ce qui le chagrinait le plus, ce n'était pas cette mésaventure. C'était de ne pouvoir échanger des cadeaux de Noël, en offrir, en recevoir. Une année, après avoir passé toute la journée du 25 décembre à ruminer ce problème, il réussit enfin à trouver une solution.

Dés le lendemain, il alla acheter un plein caddy de cadeaux de Noël. Il n'oublia pas les rouleaux de papier pour les emballer, les bobines de bolduc, ni même les petites cartes décorées de sapins ou de Pères Noël pour écrire le prénom de celui qui recevrait le colis.

Il emballa soigneusement tous ses achats et les rangea au fond d'une armoire. L'année suivante, il se leva tout joyeux au matin du 25 décembre. Il allait enfin avoir une bonne surprise. Au bout d'un an en effet, il ne savait plus en quoi consistaient les cadeaux qui dormaient au fond de l'armoire.

Il les amena au pied du sapin, prit le temps d’examiner un moment tous les paquets où son prénom était inscrit et commença de les ouvrir et de découvrir ce qu'ils contenaient.

Moi-même en revenant de la brasserie La Clandestine avec les packs de bière achetées pour les enfants, je me disais qu'avec un peu de malchance, tous les cadeaux que je leurs avaient préparés risquaient de dormir encore longtemps à la maison avant de pouvoir être offerts, si le confinement se prolongeait jusqu'après Noël.

Par contre, j'avais bien l'intention de déguster petit à petit et sans attendre un an, les 2 énormes et odorantes pizzas que j'avais achetées au restaurant du Pont des Fées.

 

Un petit tour  à la Guinguette et au Restaurant du Pont des Fées
Un petit tour  à la Guinguette et au Restaurant du Pont des Fées
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
J
Auto-biographie ? ????
Répondre
E
Le lit pliant !!! ... Euh...
Comment dire?
Toute ressemblance avec des personnages existants serait purement fortuite…
L
Peut-être serais je seul pour Noël si le confinement n'est pas levé mais en temps normal je ne suis pas coupé de tout et de tout le monde même si mon carnet mondain n'est pas très garni.
J'ai effectivement horreur des lancers de boulettes de pain pendant les repas et je n'aime pas non plus être embrigadé dans " La Chenille" . Autrement oui, j'ai une grande maison et deux chats qui dorment avec moi comme indiqué.