Confinons les anti-vaccins

par LES VOIVRES 88240  -  25 Novembre 2020, 03:24  -  #Covid-19

Vu sur la page FB d'un ardent partisan de la théorie du complot :

" Les celtes avaient une tradition. En cas d'épidémie, ils sacrifiaient leur chef.

J'dis ça, j'dis rien. "

Je lui ai répondu :

" Tiens donc ! Il y avait donc des épidémies à l'époque des celtes ? Pourtant on ne les vaccinait pas. On ne leur demandait pas de porter des masques, de se confiner, toutes choses qui selon vous ne font qu'empirer la situation actuelle. J' dis ça, j'dis rien. "

Confinons les anti-vaccins

C'est parti. Depuis quelques jours, on peut lire dans les médias des annonces sur la prochaine mise sur le marché des vaccins contre le Covid-19. Parallèlement il circule de plus en plus de protestations sur les réseaux sociaux contre cette vaccination qui sera peut-être obligatoire, comme le sont entre autres ceux contre le tétanos, la poliomyélite ou la tuberculose.

Qu'un vaccin puisse avoir des effets secondaires, c'est certain. Qu'il puisse dans les cas les plus graves, entrainer la mort de patients, personne ne le nie. Ces effets secondaires sont à comparer aux chiffres de mortalité qu'entrainait la maladie que le vaccin est censé combattre. À la fin du XIXe siècle, malgré une fluctuation des chiffres due à l’incertitude statistique, on pense que la tuberculose faisait plus de 80 000 morts par an en France. En 1939, elle emmenait encore avec elle 50 000 âmes.

En France, on dénombra entre 1 500 et 2 000 cas de poliomyélite chaque année pour passer à plus de 4 000 en 1957 et 2500 en 1959. Toujours dans notre pays, l'incidence du tétanos est passée de 25 cas par million d'habitants en 1946, à moins de 0,15 cas par million d'habitants au cours des années 2012 à 2017. Pour cette même période (2012-2017), 35 cas de tétanos ont été déclarés en France, dont 8 décès.

Les témoins de Jéhovah refusent les transfusions sanguines de même qu'ils ne veulent pas donner leur sang. Mais si l'un deux s'oppose à cet acte médical pour son conjoint ou son enfant, il le refusera aussi pour lui.

Par contre, dans leur grande majorité, les parents qui ne veulent pas faire vacciner leurs enfants sont eux protégés conte ces maladies, car ils ont été vaccinés quand ils étaient jeunes. Ils ne risquent pas d'avoir la tuberculose, mais jouent à la roulette russe avec la vie des leurs. Malheureusement si certains vaccins sont obligatoires*, nul ne peut refuser l’accès à l'école d'un élève même si la loi dit le contraire.

Ce matin la dessinatrice Diana Kennedy, aussi connue pour ne pas mâcher ses mots que pour son talent, partageait l'annonce d'une compagnie aérienne.

Celle-ci veut refuser à l'avenir d'embarquer des passagers qui ne seraient pas vaccinés contre le Covid-19. Diana est pour cette mesure, d'autres s'en indignent. Au risque de me faire des ennemis, j'irais plus loin.

Tout le monde s'accorde pour dire qu'il faudra soit se faire vacciner en masse, soit aller de confinement en confinement et être soumis indéfiniment aux règles sanitaires en vigueur aujourd'hui : port du masque et distanciation  sociale. Dans ce cas si l'on considère que celui qui refusera de se faire vacciner mettra en danger sa vie et celle d'autrui, je propose de ne pas lever pour ces personnes le confinement et l'obligation de respecter les gestes barrières.

Ces messieurs dames se réclament du principe de liberté pour justifier leur position. Dans ce cas ils peuvent aussi invoquer ce prétexte pour refuser de respecter les règles de sécurité routière ou n'importe quel comportement civique.

On m'a enseigné ceci.

Ma liberté s'arrête où commence celle des autres. Hé bien, je veux être libre de circuler sans entraves en France, d'aller voir des amis, de retrouver ceux que j'aime.

Et je n'accepte pas d'en être empêché à cause de l’attitude irresponsable de certains qui a entrainé cette deuxième vague.

 

*Les enfants doivent obligatoirement être vaccinés contre la diphtérie, le tétanos, la poliomyélite (souvent associés à la coqueluche) pour être inscrits dans une école. La vaccination contre la rougeole, les oreillons, la rubéole (ROR) et l'hépatite B est vivement recommandée.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
J
Six Français sur dix sont partants pour se faire vacciner, d'après un sondage BVA exclusif pour Europe 1. Mais seulement 20% des Français sont d'accord pour se faire vacciner dès maintenant. Pour plusieurs raisons : conception (trop) rapide du vaccin, crainte des effets secondaires et enjeu financier qui n'inspire pas confiance. Les doutes également sur l'efficacité du vaccin,

La division sur la vaccination contre le coronavirus se fait aussi de manière générationnelle. Les plus jeunes sont ceux qui sont les moins enclins à vouloir se faire vacciner. Ils sont majoritaires et même une très nette majorité, puisqu'ils sont 56 % à ne pas avoir du tout l'intention de se faire vacciner. Chez les plus âgés, à l'inverse, on a une intention beaucoup plus forte. Forcément, on s'adresse à des catégories qui sont potentiellement plus à risque, les 65 ans et plus.explique (d'après Adélaïde Zulfikarpasic, directrice de BVA)

Alors, qui allez-vous sacrifier ? Le Chef qui a annoncé hier soir que la vaccination (dont on ne connait pas vraiment le degré d'avancement) ne serait en aucun cas obligatoire, les commentateurs, intervenants et Cie, claironnant dans tous les médias qu'ils ne se feront pas vacciner ou qu'il est trop tôt, préférant attendre pour voir…
Allons-nous devoir envoyer les hordes du Préfet Lallemand, probablement droguées à coups d'article 24 de la proposition de loi relative à la Sécurité globale, pour "inciter" les réfractaires à la vaccination ?

Dans une vie antérieure, le Commandement nous avait "chaudement recommandé" (lire : sans trop de pédagogie) le vaccin antigrippal. Nous avions à cette époque, bon gré mal gré, accepté. Alors aujourd'hui, en dépit de toutes les incertitudes, loin d'être levées, de l'expérimentation, pourquoi pas ? Une occasion "rêvée" de se rappeler la devise des Enfants de Troupe d'Autun : « Pour la Patrie, toujours présent » et de ne pas entraver la liberté de circuler de Bernard au point qu'il se sente obligé (bien que, pour en avoir tellement pris, je ne soit pas anti-vaccins) de me confiner.
Répondre
J
Alors sanctionnons mais j’ai encore et toujours FORCEMENT (puisque concerné par une personne proche) en mémoire la polémique vaccination hépatite B/sclérose en plaques.
Au regard de tous ces éminents professeurs, médecins, etc, qui ferraillent sur tous les plateaux depuis bientôt un an à propos de la Covid-19, on peut se poser la question de savoir si la Médecine a toujours raison.
Sanctionnons donc, à commencer par les plus éminents abrutis (toutes catégories confondues) qui ont ont prétendu, mensongèrement et contre tout évidence, que les masques ne servaient à rien et même puni (ou tenté de punir) leur utilisation. Sanctionnons aussi TOUS ceux qui ont mal géré les tests, le déconfinement passé (c'était alors le Premier Ministre actuel) et à venir. (ce sera encore lui)
Tous ceux aussi qui glorifient l’Allemagne dans tous les domaines (12 000 morts Covid contre 50 000 en France) et qui - on se demande bien pourquoi - sont infichus de lui arriver à la cheville.
L
Ce n'est qu'une suggestion qui n'aura aucune conséquence car je ne parle pas à l'oreille du président. Par contre une mère qui refuse de faire vacciner son enfant contre les diverses maladies ciblées met la vie de celui-ci en danger. Comme par hasard, ce sont les mêmes qui refusent ces vaccinations et qui n'acceptent pas de respecter les mesures sanitaires. Je le répète, pour moi cela s'appelle mettre en danger la vie d'autrui et mérite des sanctions.