Fresque à l'église de Les Voivres

par LES VOIVRES 88240  -  16 Septembre 2020, 03:43  -  #Artistes, #Eglise Chapelle

Photos Monique Ferry

Photos Monique Ferry

Comme promis et après quelques finitions, je vous envoie la fresque terminée de l'église de Les Voivres. Des photos prises cette après midi avec mon amie complice Muriel. Nous l'avons arrosée avec une bonne bière, son accompagnement, de gros délires et de fous rires. Ces moments ne sont que du bonheur. Et j'en profite pour y joindre notre première fresque pour ceux qui ne la connaissent pas.

Monique Ferry

Fresque à l'église de Les Voivres
Fresque à l'église de Les Voivres
Fresque à l'église de Les Voivres
Fresque à l'église de Les Voivres
Fresque à l'église de Les Voivres
Fresque à l'église de Les Voivres
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
J
Superbe travail même si je n’en partage pas une partie de la description faite : « La grande figure centrale incarne la féminité. La mère aimante a un regard bienveillant.» (LES VOIVRES 88240 - 8 Juillet 2020)

Je ne ressens, en effet, pas la même impression mais plutôt celle d’une très belle femme envoûtante mais secrète, mystérieuse, sorte de "Mata-Hari orientale" au regard quelque peu fuyant, peut-être craintif ou encore soupçonneux. Une beauté à la bouche pulpeuse mais dure à la fois, capable d’aimer, certes, mais dont je cherche désespérément la bienveillance.

Loin, en tout cas de la première fresque avec la douceur, voire de la tendresse (celle des deux "petits vieux") que j’avais soulignée dans mon compte-rendu (De la Basilique de Brioude à la fresque de l’Eglise des Voivres - 14 oct. 2019) de notre court séjour aux Voivres : « L'inauguration de la fresque se fera à la grande réjouissance des paroissiens en présence des deux artistes qui l'ont réalisée et même avec le sourire d'un tout jeune enfant sur le point d'être baptisé.
Si cette belle fresque a été particulièrement appréciée dans son ensemble, je dois signaler que ma compagne m'a demandé expressément de photographier cette image des deux "petits vieux" allant tendrement mais tout autant certainement vers leur destin. Message subliminal ? »

Cela n’enlève absolument rien au mérite des deux « complices » et artistes que je complimente à nouveau et pour lesquelles je mesure toute l’imagination créative, la grande sensibilité et le travail considérable consacré à ces deux réalisations que j’irai, si rien ne s’y oppose, revisiter pour l'une et découvrir pour l'autre début octobre.

Puisque j’ai parlé de message subliminal et bien que nous ne serions évidemment pas dans le même registre, je me jette à l’eau. Je suggère à ces deux brillantes jeunes femmes qu’elles pourraient "s’éclater" au moins avec autant de joie : « Nous l'avons arrosée avec une bonne bière, son accompagnement, de gros délires et de fous rires. Ces moments ne sont que du bonheur. » en s’interrogeant sur la "nudité" du mur (du moins telle que je l’ai remarquée le 18 juin dernier) bordant l’espace dédié aux morts du 11èeme R.A.C.L.H. Mais cela est, bien entendu, une autre histoire…
Répondre