En passant par les carrières de Gandon et de La Colause

par LES VOIVRES 88240  -  28 Mai 2020, 03:39  -  #Qu'il est beau mon village, #HISTOIRE

Photos Genviève Marmiesse

Photos Genviève Marmiesse

La carrière de Gandon est constituée de granit. Elle offre la particularité de se trouver juste à côté de celle de la Colause qui est une carrière de grès dur. Ce sont deux roches d'origines différentes. Le granit est d'origine plutonique. Il se forme en profondeur à des températures élevées (1800 °C) et de fortes pressions. Il résulte comme les laves d'une remontée et du refroidissement de la matière en fusion des profondeurs de la terre, le magma.

Le grès est une roche sédimentaire composée de grains de sable qui se sont agglomérés et ont été cimentés par les sels dissous dans l'eau de lacs.

Les mouvements géologiques qui se sont produits lors de la formation des Vosges ont permis à ses deux roches qui s'étaient donc constituées à des profondeurs différentes, le grès au fond de lacs donc pratiquement à la surface du sol et le granit beaucoup plus bas dans le sous sol, de se rejoindre.

Un peu plus loin, la carrière de poudingue au bord de la route descendant à la Forge de Thunimont est également d'origine sédimentaires. Les pierres qui la constituent ont été arrondies après avoir longtemps été roulées dans l'eau.

La carrière de Gandon est une des rares carrières de granit dans la région. Ce qui est intéressant c'est que nous n'avons pas là deux couches géologiques qui se côtoient mais un ilot de granit pointant au milieu d'une zone de grès. Je ne suis pas spécialiste de la question et ne sais donc pas comment cela est possible.

Cette carrière n'a jamais servie à construire les maisons du village.

Ouverte dans les années 1920, elle a été exploitée par Mr Volle de Fontenoy le Château jusque dans les années 40 . Une partie des roches extraites servaient à entretenir les chemins de la commune. Un chemin fer à voie étroite Decauville transportait l'autre partie des roches jusque aux péniches sur le canal. Les deux carrières ont pu être exploités grâce au canal de l'Est mais de façon plus épisodique pour celle de la Colause.

Celle-ci avait été ouverte en 1899 pour fournir des pavés de grès dur. Son activité s'était ensuite ralentie pour reprendre afin de reconstruire la digue de l'étang de Bouzey qui s'était rompue en 1895. A l'époque, une péniche de roche était envoyée à Bouzey chaque jour. Les travaux terminés en 1920 la carrière fut de nouveau fermée. Elle rouvrit de 1935 à 1939 lorsque la digue du réservoir fut rehaussée puis arrêta définitivement.

Le canal passant à proximité avait donc permis de créer des emplois à Les Voivres. Beaucoup de personnes de la commune s'embauchaient là, à temps complet ou partiel. Ainsi mon grand-père maternel  y exerçait une activité de tailleur de pierre en plus de son métier d'agriculteur. Il avait d'ailleurs développé l'emphysème des tailleurs, mal qui s'aggrava lorsqu'il fut gazé pendant la grande guerre.

A l'époque la plupart des ouvriers travaillaient sans aucune protection. Les employeurs n'étaient pas astreints comme maintenant de respecter les normes de sécurité et les accidents étaient nombreux. Certains étaient écrasés par des roches. La dynamite était souvent mise à feu sans qu'un périmètre de sécurité soit bien délimité et personne ne se souciait de savoir si un ouvrier était ou non ivre.

Il y avait deux cafés ouverts pour ce seul endroit, le café Sartori et la Ferme de la Pierre Taillée qui servait de cantine pendant l'exploitation. Il parait qu'à la grande époque de la Colause la brasserie de Xertigny y envoyait un camion de bière par semaine.

Même si les tonnages des véhicules de l'époque étaient moins importants que maintenant cela laisse supposer que les clients ne manquaient pas.

Maintenant les seules traces de bière que l'on peut trouver là sont les canettes vides abandonnées par des promeneurs inciviques.

 

En passant par les carrières de Gandon et de La Colause
En passant par les carrières de Gandon et de La Colause
En passant par les carrières de Gandon et de La Colause
En passant par les carrières de Gandon et de La Colause
En passant par les carrières de Gandon et de La Colause
En passant par les carrières de Gandon et de La Colause
En passant par les carrières de Gandon et de La Colause
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

MEHARISTE 28/05/2020 11:13

Je me souviens d'avoir vu le chargement d'une péniche, lors d'une classe promenade avec Monsieur Felberg, à la hauteur de la carrière de la Colause, (à l'époque, on écrivait Colosse). Les pierres étaient chargées à la carrière sur des wagonnets, lesquels étaient poussés par des carriers, ils franchissaient le Coney sur un pont en bois, le déchargement était manuel, les pierres étant empilées dans la péniche. De l'autre côté de l'écluse de la Colause, il y avait également une carrière dont les pierres étaient chargées également sur des péniches, ce qui faisait une observation complémentaire pour la rédaction de notre sortie. La classe promenade était toujours assortie d'une rédaction. Chaque élève relatant ce qu'il avait vu et retenu, il y avait disparité de point de vue lors des lectures, certains avaient les yeux plus pointus que les autres. ce qui donnait du grain sur le moment, chacun voulant s'exprimer.

LES VOIVRES 88240 28/05/2020 11:33

Merci pour ce srenseignements