Les personnes âgées comptent pour du beurre

par LES VOIVRES 88240  -  3 Avril 2020, 03:13  -  #Famille, #Société

Les personnes âgées comptent pour du beurre



Au jour le jour


Quand d'une perte irréparable
On garde au coeur le souvenir,
On est parfois si misérable
Qu'on délibère d'en finir.

La vie extérieure oppresse :
Son mobile et bruyant souci
Fatigue... et dans cette détresse
On murmure : « Que fais-je ici ?

« Libre de fuir tout ce tumulte
Où ma douleur n'a point de part,
Où le train du monde l'insulte,
Pourquoi retarder mon départ ?

« Pourquoi cette illogique attente ?
Les moyens sont prompts et divers,
Pour l'homme que le néant tente,
D'écarter du pied l'univers ! »

Mais l'habitude, lâche et forte,
Demande grâce au désespoir ;
On se condamne et l'on supporte
Un jour de plus sans le vouloir.

Ah ! C'est qu'il faut si peu de chose
Pour faire accepter chaque jour !
L'aube avec un bouton de rose
Nous intéresse à son retour.

La rose éclora tout à l'heure,
Et l'on attend qu'elle ait souri ;
Eclose, on attend qu'elle meure ;
Elle est morte, une autre a fleuri ;

On partait, mais une hirondelle
Descend et glisse au ras du sol,
Et l'oeil ne s'est séparé d'elle
Qu'au ciel où s'est perdu son vol ;

On partait, mais tout près s'éveille,
Sous un battement d'éventail,
Un frais zéphire qui conseille
Avec l'espoir un dernier bail ;

On partait, mais le bruit tout proche
D'un marteau fidèle au labeur,
Sonnant comme un mâle reproche,
Fait rougir d'être un déserteur ;

Tout nous convie à ne pas clore
Notre destinée aujourd'hui ;
Le malheur même est doux encore,
Doux à soulager dans autrui :

Une larme veut qu'on demeure
Au moins le temps de l'essuyer ;
Tout ce qui rit, tout ce qui pleure,
Fait retourner le sablier.

Ainsi l'agonie a des trêves :
On ressaisit, au moindre appel,
Le fil ténu des heures brèves
Au seuil du mystère éternel.

On accorde à cette agonie
Que la main n'abrège jamais,
Une lenteur indéfinie
Où les adieux sont des délais ;

Et sans se résigner à vivre
Ni s'en aller avant son tour,
On laisse les moments se suivre,
Et le coeur battre au jour le jour.

René-François Sully Prudhomme.
Les personnes âgées comptent pour du beurre

Pendant l'été caniculaire de 2003, 15 à 20 000 personnes sont mortes à cause de la chaleur, sans doute de déshydratation. Cela s'est produit, je ne dirais pas dans l'indifférence la plus totale mais dans l'ignorance la plus totale pour la plupart des français. Souvent ces personnes s'étaient progressivement coupées de leurs liens familiaux et de voisinages et ne recevaient aucune visite. Elles sont mortes chez elles, seules, et l'on ne s'en apercevait que plusieurs jours après. Ce sont seulement les études statiques qui ont permis, au bout de plusieurs mois ou de plusieurs années, de découvrir cela. Depuis cette date les maisons de santé ont du s'équiper de salles climatisées pour éviter que les résidents n'aient trop chaud toute la journée. Les entreprises ont été invitées à faire de même. Chez BHIR on nous donnait ainsi un brumisateur par an pour nous permettre de s'asperger le visage et de lutter contre la chaleur émises par les fours qui atteignait 40 à 50°. Devant un tel déploiement de philanthropie on comprend que l'entreprise ait été amenée à se mettre en liquidation.

Maintenant le risque de mortalité due à la canicule est pris en compte dans les maisons de retraite et les résidents sont mieux protégés. De même les Ehpad ont été les premières à tirer la sonnette d'alarme et à adopter le confinement une semaine avant que ne soit prise cette décision par le gouvernement.

Les résidents sont à l'abri du coronavirus tant que le loup  n'est pas dans la bergerie. Quand cela arrive, c'est l'hécatombe comme cela se passe au Couarôge de Cornimont.

Hier un article publié par Actu 88 annonçait 81 morts par cette maladie dans les Vosges hors Hepad. Il semblerait que ceux ci ne soient toujours pas enregistrés. De qui s'agit-il ? De tous les résidents qui décèdent du coronavirus, des seuls qui meurent sur place mais pas de ceux qui sont emmenés à l'hôpital et ne peuvent être sauvés ? Rien n'est précisé mais au moins une partie d'entre eux n'est semble-t-il pas comptabilisée. Est ce un moyen pour minimiser l'impact de cette maladie ou une mauvaise transmission des données aux services concernés ?

Nous ne le savons pas mais ils est à peu prés sûr que tout comme en 2003, ce seront seulement les études statistiques qui révèleront un jour l'étendue de la catastrophe. Déjà en Italie certains maires des régions les plus touchées s'insurgent contre ceux qui affirment que les morts recensés le sont pour la plupart à cause d'autres maladies : grand âge, problèmes cardiaques ou respiratoires...Ils affirment eux, chiffres à l'appui, que la multiplication des décès par 6 ou 7 qu'ils enregistrent est bien causée par le coronavirus.

De la même façon, il est permis de se demander si des personnes âgées isolées ne meurent pas en ce moment chez elles dans l'oubli le plus total même si des municipalités ou des bénévoles assurent des services à domicile et leur rendent visite pour connaître leurs besoins.

Ce manque de clarté dans les chiffres officiels ne cause-t-il pas un deuil plus douloureux aux familles qui viennent de perdre, une mère, un père ou un de leurs grand-parents ? A cela s'ajoute l'impossibilité de se retrouver tous au funérarium ou pendant les obsèques pour partager cette peine.

Si vous avez un parent ou un proche en maison de retraite, bien sûr vous ne pouvez aller lui rendre visite. Alors prenez le temps de lui téléphoner très souvent et passez le message pour que toute votre famille et tous ses amis le fassent. Vous pouvez aussi lui envoyer un mot, un dessin, un poème, comme le demande le directeur des Sentiers d'Automne de La Vôge les Bains.

De la même façon n'hésitez à contacter les personnes seules que vous connaissez pour leur dire un petit mot et savoir si tout se passe bien. Pas de blème c'est autorisé. Cochez la case " assistance aux personnes vulnérables " sur les attestations de déplacement. Au moins cela vous donnera une raison légale de prendre l'air plus valable que d'aller boire l'apéro chez les voisins comme le dénonçait, Benoit Aubry, le maire de La Chapelle aux Bois.

Pour eux c'est la seule façon de savoir qu'ils sont encore vivants et qu'ils comptent encore pour certains.

 

Les personnes âgées comptent pour du beurre
Les personnes âgées comptent pour du beurre
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :