La Bruyère avait raison

par LES VOIVRES 88240  -  1 Avril 2020, 03:12  -  #Société

La plupart des hommes emploient la meilleure partie de leur vie à rendre l'autre misérable.

Jean de La Bruyère
Est-ce qu'on a le droit d'abandonner un être humain ? Et même s'il meurt, est-ce qu'on ne doit pas tout faire pour qu'il meure moins mal si l'on peut ?

Le Hussard sur le Toit

Jean Giono

La Bruyère avait raison

Oui bon on en était où ? C'est bien gentil de citer ses classiques mais l'actualité du jour ne se laisse pas oublier. Pour la résumer il suffirait de reprendre ce que les amoureux font graver sur la bague ou sur le cœur qu'ils offrent à leur petite amie le jour de la Saint Valentin "Aujourd'hui plus qu’hier et moins que demain".

Sauf que là ce serait pour parler des dégâts que le coronavirus fait dans divers pays du monde.

Ce qui est étonnant c'est le fait que pas un seul de ces pays n'adopte la même politique. Il y a ceux qui nient le problème comme le président brésilien Bolsonaro continuant de prendre des bains de foule. Notre cher ami Macron est un sage. Lui il met un masque quand il sort. Et même un masque haut de gamme. Même si cela ne sert à rien on n'est jamais trop prudent. On se demande pourquoi les français toujours aussi indisciplinés refusent de suivre un si bel exemple de civisme ?

Il y a les pays qui ont adopté avec plus ou moins de bonheur un confinement plus ou moins dur et plus ou moins respecté et ceux qui comme la Suède ne veulent pas le mettre en place. Il y a ceux aussi qui comme à Hong Kong voient tous les habitants porter un masque.

La Corée du Sud et Singapour ont préféré un dépistage intensif. Autant de pays, autant de mesures différentes. On peut se demander pourquoi. Les particularismes de chaque nations jouent. Leur degré de préparation à de telles épidémies a permis à certaines de réagir plus vite et mieux. Mais en se basant sur l'expérience asiatique qui a été la première région a être touchée, pourquoi les pays occidentaux n'ont-ils pas pu mettre au point une action commune ? Le pire exemple est sans doute celui des USA où il y a quelques jours encore tous les états n'appliquaient pas le confinement.

On observe la même disparité au niveau des traitements. On autorise la chloroquine ici et pas ailleurs ou bien dans des conditions plus strictes. Pour le moment rien n'indique qu'elle est efficace malgré les déclarations médiatisées du professeur Raoult. Son taux de réduction de la charge virale ne semblant pas supérieur au taux de guérison observé sans traitement. D'autres antirétroviraux sont testés tels le remdesivir développé sans succès contre Ebola et qui semble une piste prometteuse. Encore une fois ces stratégies différentes, même si certaines font leurs preuves, désorientent bon nombres de citoyens avec à chaque fois la même question :

-"Pourquoi ne font-ils pas comme cela ? Pourquoi prennent-ils telle décision ? " Nous avons l'impression d'être revenu à l'époque de La Bruyère où chaque région, chaque ville et même chaque village avait ses propres unités de mesure, sa monnaie et ses lois : lieux, toises, pieds, pouces, cordes, aune, journal, hommée...

Ainsi à Les Voivres le jour (journal) valait 20 ares tout ronds. Il fallait 12 hommées pour faire un jour mais seulement 10 à Gruey lès Surance. Entre ces deux époques il y a cependant toujours le même point commun : l’inconséquence des hommes. Chacun de nous est déjà son pire ennemi et trouvera toujours des regrets sur ce qu'il aurait du faire. Il désirera toujours ce qu'il ne peut avoir.

Le côté positif de cette maladie, c'est qu'elle touche tout le monde, riches ou pauvres, députés ou électeurs. Elle rattrape les parisiens qui ont voulu la fuir en allant à la campagne et sans doute frappera bientôt en masse les banlieues où de nombreux jeunes pensent être intouchables et font un fuck au confinement.

Par contre elle ne s'attaque peut-être pas aux cons. Si l'on en juge par les actes d'incivisme envers les personnels soignants qui se multiplient, par le vandalisme croissant commis sur leurs biens, ils sont en parfaite santé.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
J
Parmi les « cons », on peut ajouter ceux des régions moins atteintes (Bretagne, Pays de Loire, par exemple) qui protestent contre le "jeu de chaises musicales" (par avions, hélicos, trains) destiné à soulager les hôpitaux en surchauffe.
Répondre
L
L'espèce n'est pas en voit d'extinction.