Nous n'irons plus au Grand Bois

par LES VOIVRES 88240  -  7 Novembre 2019, 03:34  -  #Qu'il est beau mon village

Photos Geneviève Marmiesse

Photos Geneviève Marmiesse

Non je n'irai pas au Grand Bois regarder l'automne qui s'installe. Ce sera pour une autre fois, une autre année. Il faut du moins l'espérer. Tout porte à croire en effet que beaucoup de ces arbres que nous voyons jaunir ou rougir en ce moment, que de nombreux sapins et épicéas qui se détachent vert sombre au milieu de ces palettes de couleur ne seront plus là ou du moins seront en train de mourir quand les beaux jours reviendront.

Une année de plus trop sèche et trop chaude en aura desséché beaucoup, affaibli un nombre encore plus grand. A la prochaine saison ou dans 2 ou 3 ans ceux-ci vont être attaqués par toute sortes de parasites.

Alors que les responsables de l'ONF prévoient la fin de l'épicéa pour dans 3 ans dans les Vosges, c'est au tour du sapin pectiné d'être mal en point. Le maire de Saint Dié, David Valence, lance une alerte. Auparavant les anciens disaient toujours que le sapin noir ou pectiné était moins attaqué par les scolytes car il avait un meilleur enracinement lui permettant de mieux résister à la sécheresse et aux parasites.

Il semblerait que trop c'est trop. Pour le moment on voit partout les grumes de résineux malades stockées au bord des routes en attente d'être chargées par les grumiers.

Enfin ne désespérons pas il restera encore de belles promenades à faire dans nos forêts même si cela fait mal au cœur de voir tous ces arbres morts ou malades. Il y aura toujours des découvertes intéressantes à voir pour celui qui sait regarder.

Ce champignon sur une souche en est un bel exemple. Coïncidence ce matin un reportage de Via Vosges vante ce matin les bienfaits de la sylvothérapie. Alors sans doute, même si à l'avenir il y aura moins de bels arbres dans nos bois, celui qui aime la nature pourra toujours admirer les paysages de nos régions et aura toujours une bonne raison de se promener en forêt.

Nous n'irons plus au Grand Bois

 

Requiem d'automne

L'automne fait gronder ses grandes orgues grises
Et célèbre le deuil des soleils révolus,
L'avare automne entasse aux rebords des talus
Les vols de feuilles d'or que flagelle la bise.

Stérile et glacial reliquaire où s'effrite
Ce qui ne peut pas être avec ce qui n'est plus,
L'âme s'entrouvre, et son fragile cristal nu
Vibre et s'étoile au bruit des branches qui se brisent.

Le dôme clair de la forêt tremble sans trêve,
Tandis que, prompt et froid et sifflant comme un glaive,
Le vent aigu du Doute effeuille tes croyances.

Que ce soit donc l'automne enfin de ta jeunesse,
Ô toi qui vas, au temps où les roses renaissent,
Ramasser d'âcres fruits sous l'arbre de Science.

Charles Guérin

Dans le petit village de Champdray, les séjours insolites dans les cabanes dans les arbres rencontrent depuis plusieurs années un large succès. La société de tourisme Nids des Vosges vient de lancer une nouvelle thématique, un stage de sylvothérapie. Avez-vous déjà testé le bain de forêt, cette thérapie naturelle est dans l'air du temps et reconnue comme une médecine préventive au Japon.

Nous n'irons plus au Grand Bois
Nous n'irons plus au Grand Bois
Nous n'irons plus au Grand Bois
Nous n'irons plus au Grand Bois
Nous n'irons plus au Grand Bois
Nous n'irons plus au Grand Bois
Nous n'irons plus au Grand Bois
Nous n'irons plus au Grand Bois
Nous n'irons plus au Grand Bois
Nous n'irons plus au Grand Bois
Nous n'irons plus au Grand Bois
Nous n'irons plus au Grand Bois
Nous n'irons plus au Grand Bois
Nous n'irons plus au Grand Bois

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :