Les temps sauvages

par LES VOIVRES 88240  -  12 Août 2019, 03:20  -  #maire

Les temps sauvages

Vendredi les drapeaux des mairies étaient en berne en mémoire du maire de Signes dans le Var renversé par un fourgon qui venait déposer illégalement des gravats. Une vie ôtée afin d’éviter une amende pour un camion chargé d'ordures. Qui est responsable ? Le chauffeur bien-entendu. Mais celui-ci et l'apprenti l'accompagnant étaient salariés dans une entreprise de travaux publics. Sont-ils venus de leur propre initiative déverser leurs déchets là ou sur l’ordre de leur employeur qui aurait voulu économiser les sommes demandées par une déchetterie ?

Ce cas de figure se rencontre très souvent, pas seulement dans le Var. Sur la commune de Les Voivres, régulièrement des déchets industriels sont brûlés. En général ils brûlent bien car ils contiennent beaucoup de produits inflammables, restes de peintures ou de solvants, vieux pneumatiques, bâches ou récipients en plastiques, produits chimiques.

Même si ce n'est que du bois, de la paille ou de l'herbe, de telles pratiques sont interdites. Tout cela doit être composté ou amené à la déchetterie. En payant quand ils s'agit de professionnels. C'est là que le problème se pose car le porte-feuille de chacun aura toujours plus d'importance que le respect de la loi. Car celle-ci ou les décrets ou arrêtés seront toujours foulés au pied dès qu'il s'opposent à l'intérêt particulier.

Après l’excuse est tout de suite trouvée :

"Je ne savais pas. La mairie ne m'a pas informé."

On voit ce que cela donne quand la mairie informe. Il y a mort d'homme. Pour l'avocat du meurtrier son client est parfaitement innocent. Sans aucun doute va-t-il bientôt prétendre que c'est le maire qui en voulant l’agresser est tombé sous les roues de son véhicule malgré tous les efforts qu'il a faits pour l'éviter.

Interrogé sur cette affaire Michel Fournier a déclaré :

« Si c’est avéré, s’il y a eu un homicide volontaire, il faut un acte fort et symbolique. À un moment donné, ça suffit. »

Nous ne savons pas ce qu'il entend par un acte fort et symbolique. Sans doute une sanction très lourde. Malheureusement cela ne servira sans doute pas à grand chose et les incivilités avec toutes les conséquences que cela entraîne risquent fort de se multiplier. 60 millions de nos concitoyens lavent tous plus blanc que blanc mais seulement quand il s’agit de son chez-soi, de son salon et de sa voiture. A partir du moment où cela ressort du domaine public, tous les coups sont permis. Il ferait beau voir la tête que ferait celui qui jette ses canettes de bière par la fenêtre de sa voiture ou ses déchets dans une décharge sauvage si on les ramenait chez lui pour les déverser sur son canapé en cuir acheté en 36 mensualités chez Ikéa. Il ferait beau entendre celui qui brûle illégalement dans ces même décharges sauvages ou au coin d'un champ des restes de peintures ou des vieux plastiques si on venait les mettre dans son fourneau ou sur les merguez qu'il grille au barbecue.

En attendant il semble bien que l'on revienne au temps sauvages où régnait la loi du plus fort, où un conquistador n'hésitait pas à tuer un indien pour le donner en pâture à ses chiens.

L’Homme est sensé être un roseau pensant. En fait ce sont peut-être ses instincts de meurtres qui caractérisent le plus sûrement l'homme moderne, ce fameux Homo Sapiens. Nous sommes la seule espèce à ne plus connaître instinctivement les mécanismes et le langage corporel qui permet aux autres espèces de ne pas se tuer entre-elles au moindre conflit. Cette attitude est chez l'homme un fait de civilisation car les guerres et les tueries entre différents clans sont assez récentes, environ 50 000 ans. Elles sont certainement survenues au moment où l'espèce devenait plus nombreuse tout comme les rats en cage s’entretuent à partir d'un certain nombre d'individus au mètre carré.

Certains mécanismes ont été mis en place pour limiter ces tueries, en particulier des lois. Mais quelle poids celles-ci peuvent-elles avoir si ses représentants se font massacrer par les contrevenants ?

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :