Capricieuse Météo

par LES VOIVRES 88240  -  3 Mai 2018, 03:57  -  #Qu'il est beau mon village

Prévisions météo pour le mardi premier mai

DEMAIN : Les nuages s’annoncent nombreux au lever du jour, avec un dégradé Ouest-Est, les plus belles éclaircies étant réservées une fois de plus à la plaine Alsacienne. Les averses seront rares tout au long de la journée, mais possibles côté Lorrain, notamment dans l’après-midi. Les nuages joueront à cache-cache avec le soleil avec une ambiance plus agréable en Alsace.

Photo Sylvia von Kaenel

Photo Sylvia von Kaenel

Les météorologues et les politiques ont ceci en commun que si les promesses électorales ne sont pas tenues ou si le beau temps annoncé n'arrive pas, personne ne songera à mettre toute la profession au banc d'infamie.  Au contraire du bouc émissaire des antiques hébreux personne n'en mettra un à mort pour se venger des déceptions subies. Tout au plus déchirera t on la carte de son parti, votera t on extrême droite ou gauche après avoir été centriste, communiste, de droite ou socialiste dans un joyeux méli mélo dont le seul but et de crier son ras le bol.

De même en matière de Météo on pourra changer de chaine, de présentateur mais il faudra bien admettre que ce n'est pas une science exacte et qu'il arrive encore régulièrement que les professionnels se plantent en beauté.

Ce fut le cas lundi dernier. On pouvait s'attendre dans le Val de Vôge à une amélioration avec des éclaircies entrecoupées de passages nuageux et de quelques averses. Pas de quoi effrayer un Faizeux .

Dans la réalité alors que le baromètre affichait un optimisme imperturbable et une pression qui montait régulièrement depuis le matin, le vent forcissait.

La brise légère à forte prévue était en fait un vent très fort qui tournait en rafales tempétueuses, les trains de nuages amenaient des averses violentes de pluie mêlée de grêle et les orages roulaient les uns derrière les autres.

Par chance les maïs lèvent seulement , les céréales d'hiver n'étaient pas assez grandes. Les cultures n'ont donc pas été endommagées par les intempéries. Les arbres en feuilles et en fleurs ont malheureusement soufferts. Même si les troupes alliés ont subi une tempête avant le débarquement, en cette saison et dans les Vosges ce phénomène est assez rare.

Mais peut-être serait il plus juste de dire était ? Cette fois, nous ne parlons plus météo mais climat. Les spécialiste de cette discipline sont unanimes sur un point. S'il ne peuvent jurer des températures qu'il fera pays par pays ou dire qu'elles seront les conséquences d'un possible arrêt du Gulf Stream au niveau des côtes européennes, ils prévoient tous des vents plus forts et plus fréquents.

Il serait toutefois possible de protéger les cultures en entourant les parcelles de haies à conditions que la surface de chacune ne dépasse pas deux hectares.

Pour le moment si ce plan est appliqué dans certaines régions, en Afrique en Inde, en Chine ou dans quelques départements français, ce n'est pas le cas dans les endroits où les deniers remembrements réalisés ont délimité des champs de 5 à 10 hectares comme à Les Voivres. Celui réalisé à La Chapelle aux Bois au début des années 1970 n'allait pas au dela de surfaces supérieures à 2 ou trois hectares.

Entre temps le matériel employé a connu une augmentation de puissance exponentielle. Pourtant les engins que l'on croise dans le Val de Vôge ne sont encore que des jouets d'enfants par rapport aux monstres souvent pilotés uniquement par un ordinateur qui sont utilisés au Brésil, en Argentine, aux Etats-Unis, au Canada ou en Europe de l'Est et en Russie. Là ont atteint 300 à 400 CH

Il est évident que cette course au gigantisme de permet pas d'envisager de limiter la taille des parcelles et de les entourer de haies pour les protéger efficacement du vent. L'érosion éolienne qui a chassé de leurs terres des milliers de Okies pourrait bien un jour ruiner nos sols et achever de détruire ce que les vents n'auront pas desséché et cassé.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
J
On ne cesse de déplorer (et çà ne date pas d'aujourd'hui) les ravages de la suppression sauvage des haies, du remembrement "autoritaire" et pourtant on continue. Il y a bien des décideurs, non ?
Répondre
L
En fin de compte chacun coupe ce qui le gène et tout le monde en fait autant alors que très peu repiquent. Le remembrement par contre a déclenché une opération de grande ampleur dont les conséquences sont déjà visibles quand on regarde comme cet hiver les eaux brunes ou chocolat dévaler les pentes dés la première averse.