Carnavalcade

par LES VOIVRES 88240  -  10 Avril 2018, 04:16  -  #Associations, #Saint Remi

"Apprivoise moi." dit le renard

"Apprivoise moi." dit le renard

La Saint Rémi tient toujours ses promesses. Elle avait dit qu'elle demanderait à Notre Dame de Bonne Espérance d'intercéder pour que la Carnavalcade se déroule sous le soleil.
Pari tenu. Depuis la vente des beignets le vendredi matin, en passant par le défilé du samedi et le concert de la Balnéenne le dimanche, il a fait un temps presque estival.

Il fait beau et chaud. Ce temps digne de la fameuse contrepèterie belge était le bienvenu.

Pour les spectateurs mais aussi pour les participants. Tous n'étaient pas chaudement vêtus de fourrures d'ours ou de loups comme ces vikings amis de la balnéenne et bien approvisionnés en bières brunes ou blonde. La Batucadaboum de l’école d’Uriménil était en tenue beaucoup plus légère.

Mais qu'à cela ne tienne, le beau temps était au rendez-vous. Nous avions parié aussi que le thème choisi par la Saint Rémi serait original. Pari gagné aussi. La cloison de briques aperçue lors de notre passage à la Guinguette n'était pas comme nous le pensions, une ébauche de la maison des Trois Petits Cochons. Non c'était une salle de premiers secours. Normal quand on se prépare pour le « Grand Prix de la Castagne », il faut s'attendre à recevoir quelques horions et être prêt à les soigner. Mais tout était prévu, y compris un infirmier de force 9 qui pouvait éventuellement faire appel au Docteur Folamour et à sa seringue magique géante pour remettre sur pieds les concurrents. Dans le pire des cas, l'ambulance des Sapeurs Pompiers était prête à assurer l'évacuation.

Autrement tout le monde l'a deviné en voyant tous ces cyclistes rassemblés. Le thème faisait référence à la semaine du cyclotourisme qui aura lieu cet été et c'est pour cela que plusieurs chars, le traitaient : la Saint Rémi, les sapeurs pompiers et les services de Bains les Bains.

D'autres avaient choisis de remonter le temps comme les Amis du Vieux Fontenoy avec leur démonstration de danses médiévales. De leur côté, très grand siècle et perruques poudrées, les résidents et le personnel du Sentier d'Automne, l' EHPAD de Bains les Bains roulaient carrosse pour le plus grand plaisir des romantiques. Sans doute avaient ils été invités par Cendrillon à se rendre ensemble au bal en compagnie des princesses ?

Peut-être même ce bal était il donné dans le château  de la Belle et La Bête présenté par Xertigny ?

Tous ces groupes défilaient aux sons des diverses musiques. Les deux Batucadas, la Batucadaboum d'Uriménil  et Oleocada de Léo Lagrange n'étaient pas les moins endiablées et rivalisaient avec la clique d'Hadol, la Balnéenne et les Joyeux Vignerons de Thann.

Encore une fois tout les participants avaient fait preuve de beaucoup d'imagination pour réaliser leur chars et ils méritaient tous les applaudissements du public.

Tous justifiaient le déplacement avec cependant une préférence très personnelle et manquant peut-être d'objectivité pour le char de Fontenoy le Château sur le thème du Petit Prince.

Mais celui ci dans son habit constellé d'étoiles, entouré de son ami le renard, des roses et de l'aviateur en détresse était tellement craquant que ce coups de cœur sera certainement pardonné.

Malheureusement, malgré le grand soleil, malgré la joie et la bonne humeur de tous les participants il fallait bien bien admettre que plus grand monde ne sait encore rêver en Val de Vôge.

 Et le petit prince s'en fut. Les grandes personnes sont décidément bien bizarres, se dit-il simplement en lui-même durant son voyage.

Et le petit prince s'en fut. Les grandes personnes sont décidément bien bizarres, se dit-il simplement en lui-même durant son voyage.

Carnavalcade
Carnavalcade
Carnavalcade
Carnavalcade
Carnavalcade
Carnavalcade
Carnavalcade
Carnavalcade
Carnavalcade
Carnavalcade
Carnavalcade
Carnavalcade
Carnavalcade
Carnavalcade
Carnavalcade
Carnavalcade
Carnavalcade
Carnavalcade
Carnavalcade
Carnavalcade
Carnavalcade
Carnavalcade
Carnavalcade
Carnavalcade
Carnavalcade
Carnavalcade
Carnavalcade
Carnavalcade
Carnavalcade
Carnavalcade
Carnavalcade
Carnavalcade
Carnavalcade
Carnavalcade
Carnavalcade
Carnavalcade
Carnavalcade
Carnavalcade
Carnavalcade
Carnavalcade
Carnavalcade
Carnavalcade
Carnavalcade
Carnavalcade
Carnavalcade
Carnavalcade
Carnavalcade
Carnavalcade
Carnavalcade
Carnavalcade
Carnavalcade
Carnavalcade
Carnavalcade
Carnavalcade
Carnavalcade
Carnavalcade
Carnavalcade
Carnavalcade
Carnavalcade
Carnavalcade
Carnavalcade
Carnavalcade
Carnavalcade
Carnavalcade
Carnavalcade
Carnavalcade
Carnavalcade
Carnavalcade
Carnavalcade
Carnavalcade
Carnavalcade
Carnavalcade
Carnavalcade
Carnavalcade
Carnavalcade
Carnavalcade
Carnavalcade
Carnavalcade
Carnavalcade
Carnavalcade
Carnavalcade
Carnavalcade
Carnavalcade
Carnavalcade
Carnavalcade
Carnavalcade
Carnavalcade
Carnavalcade
Carnavalcade
Carnavalcade
Carnavalcade
Carnavalcade
Carnavalcade
Carnavalcade
Carnavalcade
Carnavalcade
Carnavalcade
Carnavalcade
Carnavalcade
Carnavalcade
Carnavalcade
Carnavalcade
Carnavalcade
Carnavalcade
Carnavalcade
Carnavalcade
Carnavalcade
Carnavalcade
Carnavalcade
Carnavalcade
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
J
Maillot jaune et maillot vert (ou presque) pour la Saint-Rémi. Impressionnant le tour de cuisse de René digne d'un coureur du Paris-Roubaix d'hier, hélas endeuillé par le décès d'un coureur..

On suppose que « fourrures d'ours ou de loups » étaient synthétiques, le contraire pouvant provoquer l'ire de Brigitte (Bardot) et surtout celle d’Évelyne grande protectrice comme on sait et elle a raison, devant la planète, de la faune et de la flore.

Je note également que si la météo favorable a autorisé une consommation - avec modération, je suppose - de bière brune et blonde (les deux sont bien ☺), elle n'a pas rassemblé autant de spectateurs que souhaités. Cela se remarque nettement avec des photos focalisées, naturellement et peut-être par la force des choses, plus sur les participants que sur les spectateurs... quelque peu "aux abonnés absents". Dommage !
Répondre
J
,« la dite fleur n'a pas retrouvé la fraîcheur de ses débuts » : c'est presque un lieu commun que de l'écrire. ☺
E
C'est vrai que je ne peux admettre les maltraitances en tout genre.
Vendredi je me promenais, j'ai cueilli une petite violette sauvage. Elle était parfumée, je désirais la faire sécher et la poser entre deux feuilles d'un livre. Je ne ramène d'habitude que des photos de mes balades.
Après 2 heures de marche, la dite fleur n'a pas retrouvé la fraîcheur de ces débuts même après un séjour dans un petit verre d'eau.
A ma grande honte, j'ai du la jeter. Je m'en suis voulue pour cette cueillette idiote.
L
Les Vikings étaient trop effrayants. Je n'ai pas osé leurs demander l'origine de leurs fourrures. Par contre leurs cartouchières remplies de canettes étaient authentiques. La panoplie du professionnel.