Le Roland est mort

par LES VOIVRES 88240  -  12 Mars 2018, 04:11

Chapelle de Bonne Espérance

Chapelle de Bonne Espérance

C'est en ces termes que Michel Fournier commença de parler de Roland Didier à la fin de la cérémonie des obsèques.

Oui, le Roland est mort, et avec lui est mort le dernier des bénévoles qui décidèrent un beau matin de restaurer la Chapelle de Bonne Espérance endommagée par la chute d'un arbre. Roland était le dernier. Avant, en quelques années, sont morts André Munier, Pierre Sartori et Bernard Thièblemont.

Normal, c'était la même génération. Et en même temps que Roland, est mort le dernier représentant de cette génération qui est passée en autodidacte de la vieille école aux techniques agricoles modernes, qui sans avoir fait elle même de grandes études, en comprenait l’intérêt, et à envoyé la plupart de ses enfants au collège et au lycée, tout en sachant qu'ils risquaient ainsi de les voir quitter un jour le village pour travailler au loin.

Pourtant ils étaient tous profondément attachés à ce petit coin du Val de Vôge et n'auraient pas conçus de vivre sans s'impliquer dans la vie de la collectivité. C'est pour cela qu'ils ont eu à cœur de restaurer cette chapelle car elle faisait partie du patrimoine de la commune, de sa culture.

La cloche payée par l'Impératrice Eugénie ! Il fallait bien se retrousser les manches pour sauver l'édifice.

Comme se sont sans aucun doute retroussés les manches et saignés au quatre veines les villageois de la commune de Les Voivres nouvellement créée en décidant d'avoir leur église à eux.

C'est quand elle est complètement remplie par des centaines de personnes, comme à l'occasion de l'enterrement de Roland Didier, que l'on se rend compte de la démesure de ce projet si l'on se réfère à la population des années 1830-40, environ 900 habitants, et aux faibles revenus de l'époque. Pour une ville comme Épinal cela équivaudrait maintenant à raser la cathédrale Notre-Dame et à la remplacer par la Chapelle Sixtine. Mais garder la population attachée au village méritait tous les sacrifices.

Comment ont été choisies les dimensions de l'édifice ? Je ne sais. Mais il permettait de loger facilement la moitié de la population en se serrant un peu.

Comme le faisait remarquer la personne assise à l'église derrière moi, un peu gênée aux entournures dans les petits bancs de la travée latérale : " Ils étaient moins grands à l'époque. "

Sans doute, mais s'ils étaient moins grands, ils voyaient grands, ils voyaient plus grands que nous et pour plus longtemps.

Aujourd'hui, le Roland est mort, un des dernier du village faisant partie de la génération d'après-guerre qui a permis par son travail de reconstruire la France et de la hisser aux premiers rangs.

A l'heure présente quels grands projets avons nous, je ne dirais même pas à Les Voivres mais dans le Val de Vôge, pour conjuguer les maux dont il souffre et éviter l'hémorragie de ses enfants ?

Pour le moment il y en a bien quelques uns ici ou là comme la Couveuse d'entreprises ou la réhabilitation des friches industriels de Bains les Bains. Malheureusement cela ne procure que quelques emplois dans chaque cas bien que ces réalisations et ces projets soient importants. Rien à l'image des travaux ambitieux faits à Les Voivres au 19 ème siècle qui en quelques années s'est dotée d'une mairie, d'une église et de deux écoles.

Alors cette église construite pour résister aux siècles ne servira t elle maintenant qu'à célébrer les obsèques des derniers Roland, des derniers enfants du pays ?

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
J
« un des dernier du village faisant partie de la génération d'après-guerre qui a permis par son travail de reconstruire la France et de la hisser aux premiers rangs.» : si qui vous savez vous téléphone, ne manquez pas de le lui faire remarquer. Lui et ses "spadassins" baisseront peut-être d'un ton leur ostentatoire arrogance à l'égard de ceux « qui ne sont rien » et pour lesquels ils s'affranchissent allégrement (pour le moment) de leur sentiment d'être trahis ici et là.
Sinon le peuple finira, un jour ou l'autre, par suivre le conseil présidentiel adressé dernièrement, selon "Paris Match" du 10 mars, aux étudiants indiens : « ne respectez jamais les règles ».
Répondre
L
C'est fait, l'article est en attente de publication suite à l'annonce des sénateurs Jackie Pierre et Daniel Gremillet qui dénoncent aujourd'hui dans Vosges Matin l'attitude du gouvernement qui vient de bloquer la revalorisation des retraites agricoles.