La Météo des Vallées

par LES VOIVRES 88240  -  8 Mars 2018, 04:31

Photo Météo des Vallées

Photo Météo des Vallées

Jeudi 8 mars: Pas mal...

► Si quelques averses nous concernent encore ce soir, elles deviendront de plus en plus rares. Elles laisseront place à un ciel variable alternant périodes claires et passages nuageux. De ce fait, les températures en profiteront pour baisser un peu plus. Les gelées blanches seront possibles en plaine.

► Demain, nous retrouverons un ciel variable à peu nuageux, les cumulus inoffensifs alterneront avec de belles éclaircies. La fraîcheur matinale laissera place à un temps relativement doux mais de saison en journée.

La suite?

► C'est un temps de nouveau humide et instable qui se mettra en place dès vendredi et ce week end. Les passages pluvieux et venteux seront nombreux. Seul lot de consolation, une grande douceur avec pas moins de 16 à 18°C samedi.

Bonne soire à tous!

Lionel

Page Météo des Vallées

Harasault hier soir. Photo Diana Kennedy

Harasault hier soir. Photo Diana Kennedy

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
B
Diana, ce n'est plus Harsault, il faut écrie au nom de la Vôge les Bains !
Répondre
J
Pas tout compris le commentaire mais, dans la droite ligne de mes pensées, en voilà encore qu'elle est bonne : « Si le gouvernement a promis de ne pas créer de nouveaux impôts durant le quinquennat, il se réserve le droit d'en faire évoluer des anciens. Et cela pourrait être le cas de la taxe foncière. » (selon Darmanin)
L
Ouest-France ose encore écrire. il a pour le nombres de ses lecteurs
J
Bien entendu mais, en attendant - ou en même temps - on se fait étriller en silence et, cerise sur un gâteau qu'il n'est plus possible de partager, l’État s'apprête à vendre (à perte, cela a été largement démontré) des "bijoux de famille", suite sans doute à des élucubrations scabreuses des élites qui nous gouvernent et dont on connait l' aisance à tourner leur veste tout en se hâtant d'appliquer le principe de « responsable mais pas coupable »;
Quand on sait que Vinci s'intéresse à ADP et ce qu'il est advenu des autoroutes, passagers et contribuables réunis ont tout de même de sérieuses raisons de s'inquiéter !
Conduire des réformes à, si je puis écrire, un train d'enfer (cf. SNCF) avec le soutien dans l’hémicycle d'une majorité "aux ordres", et d'un tel renfort d'applaudissements que cela en devient pénible, est peut-être souhaitable mais les réussir, c'est mieux.

En réalité, c'est plus la méthode, truffée d'injustice, et sa brutalité qui heurtent les esprits. Opposer sans cesse les citoyens (actifs et retraités ; riches et pauvres ; urbains et ruraux ; grandes agglomérations et ruralités ; public et privé ; fonctionnaires et autres catégories ; etc) n'est pas convenable. Certes cela marche et il y a fort à parier que grèves et autres manifestations envisagées, non sans difficultés, ce mois ci, ne vont pas soulever les foules.

Cela marche, oui mais pour combien de temps ? A force de repousser les hypothétiques résultats aux calendes grecques, il est à craindre que les Français finissent par s'impatienter. L'argument du pouvoir d'achat en hausse ne va pas leur suffire quand ils s'apercevront, qu'au final, il se seront fait berner. Le fort ressentiment qui couve sera alors plus difficile à juguler.

Refuser, exiger, d'accord mais quasiment anesthésiés que nous sommes par une indifférence coupable (cf. la propension à l'abstention), sans réelle opposition (constructive, pourquoi pas ?) et ce n'est pas ce que nous avons vu au débat pour la présidence du Parti socialiste qui va nous encourager, nous sommes véritablement mûrs - à moins d'un sursaut - pour supporter une sorte de démocratie au régime autoritaire (opposition liquéfiée, "monarque" aux pleins pouvoirs, syndicats quasiment liquidés et impuissants, Presse et médias souvent complaisants, voire muselés) à qui il est pourtant urgent de cesser "d'accorder le bénéfice du doute", sous prétexte que, « tout nouveau, tout beau », ses dirigeants ont encore besoin de temps, d'expérience et de confiance qu'ils s’ingénient pourtant, eux-mêmes, à.troubler.

« Peut-on construire une société solidaire et fraternelle en opposant les Français entre eux ? » : tel était le titre du courrier d'un lecteur dans le journal Ouest-France de ce matin. Je laisse, bien sûr, la réponse à votre appréciation.
L
C'est à nous aussi de refuser que des sites Internet comme celui du Val du de Vôge soit fermés depuis le passage en com d'Agglo ou celui de l'Office du tourisme Sitlor depuis que ce n'est plus géré par Bains les Bains.
C'est à nous aussi d'exiger que chaque municipalité publie les informations qui la concerne et pas seulement au niveau administratif.
J
« Notre identité, notre richesse » : c'est ce que soulignait - pour les territoires - un article de "La France agricole" l'an dernier, en février 2017.

Malheureusement, je crains fort que le ruissellement jupitérien et l'inventivité (même à vitesse réduite) de son "collaborateur" fassent fi des états d'âme des sherpas et autres pions, numéros que nous sommes. Quant au patrimoine, il faudra autre chose que le loto de Bern pour le sauvegarder.

A coups d'ordonnances aux potions amères, de décisions abruptes, de concertation bidon et donc forcément pipée, de « moi je veux » hautains, la colère gronde. Enfin, pas trop, en sourdine, probablement trop tardive au final et évidemment pas chez les véritables nantis qui ne manquent pas de se réjouir à nos dépens.

Nous n'en avons pas non plus fini avec la révision constitutionnelle que ces gouvernants, imbus de leur pouvoir, nous préparent !
L
Non, pas question. La Vôge les Bains, c'est une entité administrative. Harsault, Hautmougey, ce sont des personnes, une histoire, un patrimoine. On peut aussi tous s'appeler par notre matricule INSEE ou de Sécu. On n'a qu'une richesse notre identité, ne nous la laissons pas voler.