Les fraisiers nouveaux frappent à la porte

par LES VOIVRES 88240  -  1 Février 2018, 04:17  -  #Cultivar

Les fraisiers nouveaux frappent à la porte

"-Il n'y a plus de saisons ma bonne dame."

Nous sommes bien d'accord, si l'hiver continue comme cela, dans 2 semaines, les menaces d'une offensive rigoureuse comme on en a connu l'an dernier seront écartées. La semaine à venir prévoit plus de pluies que de gelées pour notre région. Attendons le 15 du mois pour savoir si février va févrioler.*

Ceux qui n'ont pas l'intention d'attendre, ce sont les fraisiers de la ferme de La Massonne. Il y a quelques semaines seulement il était encore possible de récolter quelques fruits pour la plus grande joie des gourmands petits et grands. Déjà la végétation est repartie et de nouvelles pousses se développent.
Pour les protéger de gelées tardives Thierry va poser dessus un voile en non tissé. Ce serait dommage qu'il y ait des dégâts. Il vaut mieux prendre des précautions.

*Un des dictons de Mme veuve Jules Munier qui en avait en réserve pour toutes occasions. Là elle aurait pu dire :

"-Pentecote, fraisotes, Trinité cueille les. "

ou

"- A la Pentecote les fraises mettent leurs rouges culottes."

En attendant ménagères préparerez vos verrines. Pour notre part, nous allons comme dab solliciter Notre Dame de Bonne Espérance et si grâce à elle les fraises de la Massonne sont aussi grosses que l'an dernier on ne pourra pas citer le dicton favori de ma grand mère cette fois :

"-Autant une fraise dans la gueule d'un loup. "

Les fraisiers nouveaux frappent à la porte
Les fraisiers nouveaux frappent à la porte
Un Sonnet à Saveur de Fraise

Une petite fraise, au matin du printemps
Rouge et rayonnante comme l’éclat du soleil
Belle et charmante comme la magie du ciel
De sa chair a laissé une offrande aux gourmands

Et je fus le premier, qui les yeux grand ouverts
Contempla cette enfant de la verte contrée
La cueillant gentiment de mes doigts envoûtés
Je futs vite charmé par son parfum d’hier

Je ne puis que penser à ces chaudes journées
De ma courte jeunesse où la beauté d’un fruit
Me faisait rêvasser aux couleurs infinis

C’est alors que je vis, que ce fruit n’était seul
Puisque Dame Nature, à laissé en mon œil
Les reflets de cents fraises en la ferveur de mai

Eric Vaillancourt

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
B
Et les phacochères locaux ne vont pas être tentés par ces belles fraises bouboulanciennes ?
Répondre
L
Gare aux caméras qui filment les intrus.
J
« Gare aux intrus ! » : que nous fûmes, René et moi, en octobre dernier.
E
Vous me faites rire
Véritable base de surveillance en projet.
Gare aux intrus !
J
Ou des rouges culottes à la Pentecote
L
Caméra haute résolution embarquée sur drone avec vision infrarouge, on pourra lire l'étiquette de leur slip même s'ils ne l'ont pas lavé depuis longtemps.
B
Merci pour cette belle promo. Les fraises vont rougir d'orgueil ☺
On vous donnera des nouvelles au fur et à mesure des semaines.
Les cervidés n'ont qu'à bien se tenir, le jus passe dans les fils !
Répondre
L
Ouille, ouille, ouille !