Inondations du 4 janvier

par LES VOIVRES 88240  -  8 Janvier 2018, 04:30  -  #Qu'il est beau mon village, #Municipalité, #maire

Photo Michel Fournier qui entre deux visites à l'Elysée, a montré une fois de plus qu'avec l'équipe municipale et les volontaires du village, il pouvait chausser les bottes en caoutchouc et mettre les mains dans la gadoue pour sauver les biens communaux. Il a du au cours de cette nuit lancer souvent son fameux cri de guerre :

"- Nom de Dieu, faudrait peut-être se bouger."

L'eau a noyé la salle des asso

L'eau a noyé la salle des asso

Jeudi soir tout débordait, tout inondait dans la région. Chaque pré était un marais, chaque fossé se transformait en torrent d'eau.

Au centre du village la réunion de la Transition d'Ici a été interrompue quand un des membres s'est aperçu qu'il avait les pieds dans l'eau. C'était le Grand Bois qui arrivait. Une eau bien boueuse qui avait au passage traversée le rez de chaussée et les écuries de la ferme voisine, une eau aux senteurs bien rurales qui tentait de pénétrer dans la maison Bekry et menaçait dans la foulée le restaurant du Pont des Fées.

Le maire, Michel Fournier aidé par des membres du conseil municipal et des habitants a lutté une partie de la nuit pour tenter de canaliser le flot.

A l'autre bout de la commune, l'Etang Lallemand débordait et menaçait de submerger la digue. Le moine nouvellement construit est certainement trop haut et le niveau de l'eau s'est élevé de 50 cm de plus que la normale, inondant toute la zone humide et arrivant presque jusqu'au sous-bassement des yourtes.

Par contre, contrairement aux maisons en dur du centre et à la salle de associations, il n'y a pas eu de dégâts là puisque côté ruisseau, le plancher repose sur 30 cm d'agglo. Maintenant la preuve est faite. En cas d'inondation encore plus importante l'eau passera sur la digue de l’Étang Lallemand avant d'atteindre le plancher des yourtes.

De même, elles ont très bien résisté à la tempête. C'est encourageant car il faut reconnaître que sous les bourrasques de pluie et de vent les trois structures avaient l'air bien fragiles.

L'eau s'est arrêtée avant les yourtes. Photo Michel Houillon

L'eau s'est arrêtée avant les yourtes. Photo Michel Houillon

La digue de l'Etang Lallemand est presque submergée

La digue de l'Etang Lallemand est presque submergée

Inondations du 4 janvier

Photos Michel Fournier, Michel Houillon, Aurélien Munier, lesvoivres88240

Après avoir éventré un barrage dressé dans la ruelle entre la maison anciennement Georges et celle de Roland Didier, une partie de l'eau a dévalé celle-ci. Une autre partie traversait la maison Didier, les écuries de la ferme et menaçait la maison Bekri et le restaurant.

Inondations du 4 janvier
Inondations du 4 janvier
Inondations du 4 janvier
Inondations du 4 janvier
Inondations du 4 janvier
Inondations du 4 janvier
Inondations du 4 janvier
Inondations du 4 janvier
Inondations du 4 janvier
Inondations du 4 janvier
Inondations du 4 janvier
Inondations du 4 janvier
Inondations du 4 janvier
Inondations du 4 janvier
Inondations du 4 janvier
Inondations du 4 janvier
Inondations du 4 janvier
Inondations du 4 janvier
Inondations du 4 janvier
Inondations du 4 janvier
Inondations du 4 janvier
Inondations du 4 janvier
Inondations du 4 janvier
Inondations du 4 janvier
Inondations du 4 janvier
Inondations du 4 janvier
Inondations du 4 janvier
Inondations du 4 janvier
Inondations du 4 janvier
Inondations du 4 janvier
Inondations du 4 janvier
Inondations du 4 janvier
Inondations du 4 janvier
Inondations du 4 janvier
Inondations du 4 janvier
Inondations du 4 janvier
Inondations du 4 janvier
Inondations du 4 janvier
Inondations du 4 janvier
Inondations du 4 janvier
Inondations du 4 janvier
Inondations du 4 janvier
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
J
« Patrice de Mac Mahon : Que d'eau ! Que d'eau !
Préfet : Et encore, monsieur le Maréchal, vous ne voyez que le dessus.»
(mots qui auraient été prononcés le 26 juin 1875)

Impressionnant ! Je n'ai pas vraiment souvenir d'un tel événement qui fera certainement date aux Voivres. Espérons que les dégâts soient minimes.
Répondre
L
C'est arrivé il y a une vingtaine d'années