Fermez, fermez, tout le monde s'en fout

par LES VOIVRES 88240  -  22 Janvier 2018, 04:36  -  #Municipalité, #Ecole

Aucune raison, aucune morale, aucune loi, ne justifient la mise à mort d'un homme.

Aucune raison, aucune morale, aucune loi, ne justifient la mise à mort d'une école.

Aucune raison, aucune morale, aucune loi, ne justifient la mise à mort du Val de Vôge.

Tout va très bien, tout va très bien !

Tout va très bien, tout va très bien !

Il y a quelques temps, un lecteur, Noël Jean, pour ne pas le nommer s'étonnait que peu de mauvaises nouvelles soient publiées sur lesvoivres88240 et que le ton était résolument optimiste.

Çà tombait comme çà. Non, je ne fumais pas la bonne beuh locale made in Val de Vôge qui aurait pu sous cette appellation faire figure honorable au Marché de Noël de Les Voivres. Non je n'étais pas payé ou soudoyé comme plusieurs m'en ont fait le reproche, pour être le thuriféraire, de Michel Fournier maire de Les Voivres, pour le nommer.

Tout simplement les mauvaises nouvelles, à part quelques petits riens, quelques broutilles : décès, accidents, incendies, faillites... ne dominaient pas l'actualité de notre petite région et laissaient une large place dans ces colonnes pour montrer notre dynamisme.

Nous avons eu raison d'en profiter car depuis début 2018 les fermetures ou leurs annonces s'enchainent  pour donner à ce blog, un air de marche funèbre, un goût amer de rubrique nécrologique. Assez bizarrement, on ne retrouve pas cet alarmisme sur les sites municipaux des communes concernées, celle du moins qui en ont un.

Dans un bel ensemble, ils rappelleraient plutôt la photo de ce calendrier des Postes de 1944 où tout laisse à penser que cette année là, tout allait pour le mieux dans notre belle France.

Certains chômeurs de longue durée en arrivent à être tellement rebutés, tellement usés par des mois de recherches, de démarches, de refus, de vains espoirs, qu'ils n'osent plus se démener et ne demandent plus qu'une chose, même si cela peut les amener à perdre leurs derniers droits : qu'on leurs foutent la paix, qu'on les laissent crever en paix.

Les habitants des communes du Val de Vôge concernées par le risque de fermeture de la ligne Épinal-Belfort et de deux classe d'écoles primaires donnent cette même impression. Oui d'accord, on fait un petit baroud d'honneur, mais on sait bien que tout est plié, que rien ne servira à rien, alors pourquoi se casser le cul à protester.

Dans le cas des chômeurs à bout d'énergie, certains débarquent au chantier d'insertion de Les Voivres et arrivent,  grâce au suivi des responsables de la commune, de Pole Emploi et du Département, à retrouver un second souffle par le biais d'une formation ou d'une embauche.

Pas tous, c'est vrai, mais une chance leurs est offerte.

Qui, si ce n'est les élus locaux, peut donner aux habitants de ces communes, l'envie, les conseils et les moyens pour se battre contre ces décisions qui ajoutées l'une à l'autre ne font que précipiter le cercle vicieux du déclin de notre économie et de notre démographie ?

Nous attendons, nous espérons que les maires de Gruey les Surance, La Chapelle aux Bois, La Vôge les Bains, Les Voivres, Trémonsey s'opposeront par tous les moyens, aux côtés de leurs administrés, à ces fermetures.

Nous attendons, nous espérons que le sénateur Jackie Pierre qui a rénové et modernisé, à l'époque où il était maire de La Chapelle aux Bois, l'école du village prenne part à ce combat.

Nous attendons, nous espérons que Frédéric Drevet, Vice Président de la Com d'Agglo d’Épinal, qui a œuvré pour la création de la Vôge les Bains afin d'avoir une commune plus forte et plus dynamique, empêchera la fermeture d'une classe de l'école Henri Martin.

Nous attendons que Michel Fournier, Vice Président de La Com d'Agglo d’Épinal qui, il y a 25 ans, s'est battu avec l'aide de la municipalité pour éviter la mort de Les Voivres, saura aujourd'hui reprendre le combat pour défendre les intérêts du Val de Vôge et éviter sa mise à sac.

Nous espérons donc, messieurs les élus, que vous tiendrez vos engagements et défendrez les intérêts de votre commune et du Val de Vôge et en attendant, nous vous soumettons ce passage d'un article publiée sur le site de l'Association des Maires Ruraux de France :

"Comment l'intercommunalité s'est retournée contre la grande majorité des communes ?

C'était oublier la propension des élus des grandes collectivités à agrandir, avec leur pré-carré, leur champ d'influence."

In : L'intercommunalité contre la commune, extrait

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
J
« un lecteur, Noël Jean, pour ne pas le nommer s'étonnait que peu de mauvaises nouvelles soient publiées sur lesvoivres88240 et que le ton était résolument optimiste. » : ce n'était pas un reproche, au contraire, mais plutôt de l'étonnement face aux difficultés, injustices, dédain et mépris dans lesquels sont tenus les petits de toutes sortes (classes moyennes [-] et laborieuses, petits retraités, petits territoires, petites ruralités, petites villes, etc.), auxquels sont soumis ceux que la pensée de Macron (même s'il .remet toujours en cause le contexte... comme pour d'autres paroles malheureuses) a bien identifiés : « ceux qui ne sont rien ».
Le lecteur et vous me permettrez d'ajouter contributeur que je suis s’étonne en effet - tout en se réjouissant grandement des actions, mérites, initiatives des édiles, employés municipaux, entrepreneurs, bénévoles, associations, administrés de « ce village qui ne veut pas mourir » - , parfois de la "candeur" (malgré des « coups de gueule » bienvenus du modérateur Bernard) de ce blog un peu trop optimiste par rapport au « monde de brutes » qui nous entoure ; un monde que je prétends dur... plus pour certains que d'autres ; loin, très loin des fées, des elfes, des fleurs, des dessins, des manifestations festives telles que nous les entendons, bref de tout ce que nous aimons sur ce site et qui en fait son attrait et sa richesse mais où personne n'est le thuriféraire de quelqu'un. Cohésion sociale ? J'ai pourtant du mal à y croire et je vais donc revenir.à ce monde beaucoup moins utopique qu'il ne pourrait y paraitre quelques fois.
En rédigeant ce commentaire, j'ai une oreille attentive.pour notre Président qui, après Toyota, Versailles et maintenant Davos nous fait bien comprendre que son «ennemi N'EST PAS LA FINANCE. Oui, il est brillant - en anglais aussi - et certainement dans son rôle, plus à l'aise cependant, et c'est ce qui me gêne, avec les "Grands" tels que précités plutôt qu'avec des usines (ou des écoles, des bibliothèques, des gares, des maternités, etc.) en instance de fermeture, des travailleurs angoissés pour leur emploi, des "pénitentiaires" face à une ministre au sommet du principe de Peter.
« France is back », je veux bien. Bien vendre la France à tout le gratin mondial c'est parfait mais ce serait.encore mieux de la vendre à ses propres compatriotes (29 % seulement estiment qu'il les comprend bien)..
Répondre
L
"Je vous ai compris". Il est vrai que d'une actualité assez conviviale et optimiste nous subissons tout comme avec la météo uns série de douches. Pour le moment même les fées semblent dégoûtées de la gadoue et ne montrent pas le bout de leur nez.
E
Combien de classes sur l'école et quel est l'effectif total de l'école ?
Il ne faudrait pas que penser chiffres et statistiques dans ces cartes scolaires mais « élève et intérêts de l’élève ». Une classe perdue pour l‘école et les environs a de lourdes conséquences. Les municipalités concernées doivent en être convaincues. Un poste en moins et toute l'école bascule : son fonctionnement, les moyens d'enseignements mis en place par l'équipe éducative. Une classe en moins réduit l’aide aux élèves en difficultés et menace la qualité de l’enseignement : mise en place de cours doubles, voire triples, toute l'école a son fonctionnement chamboulé et le collègue touché par cette mesure de suppression de poste se retrouve en souffrance, en stress.
Le budget communal sur les investissements prévus ou déjà engagés va devoir être revu, La survie du commerce local déjà bien mis à mal dans ce secteur de la Vôge va en subir les conséquences tout comme l’habitat de proximité, la volonté de s’installer ou non sur les villages environnants….. "L’école coûte moins cher que l’absence d’école !!!!! "
Les mairies ont tout à gagner en se bougeant et ne pas juste signer une motion de soutien en conseil municipal, elles peuvent considérer vivement la mesure de la perte et se manifester auprès des parents, au conseil d’école et dans la presse
L'école peut réaliser un conseil d'école extraordinaire avec comme ordre du jour la suppression d'un poste pour déterminer aussi les moyens de pression et d'actions. Nous savons que dans cette époque sur-médiatisée, toute action se fera entendre... dans le secteur comme jusqu'à l'Inspection Académique.
N'hésitez pas à vous mobiliser, soyez offensifs et déterminés. L’éducation Nationale est un système qui ne veut pas de vague, soit ! Eh bien soyez exceptionnels et marquez des points.
Répondre