Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
LES VOIVRES 88240

Les Dîners insolites au régime sec

par LES VOIVRES 88240  -  8 Novembre 2017, 19:31

Evelyne a partagé cet article

Evelyne a partagé cet article

La manifestation des dîners insolites a été mise en stand-by à la suite d’un déficit chronique. Sa future formule se discute aujourd’hui.

Photo HD Manger sous la rotonde de Thaon-les-Vosges, voilà le genre de repas proposés par les dîners insolites. Photo archives RL/Pascal BROCARD

Après avoir écumé les musées, friches industrielles, édifices religieux ou monuments historiques, les dîners insolites, lancés en 2010 par le Pays d’Épinal, sont en stand-by depuis mai dernier. Ses six salariés, qui arrivaient en fin de contrat, n’ont pas été renouvelés. La faute à un déficit chronique.

Vers plus de modestie

Les dirigeants de la Sem (Société d’économie mixte) Les Insolites du patrimoine, qui a en charge depuis 2015 la gestion de l’opération, se réunissent aujourd’hui pour envisager la suite à donner. « On a grandi trop vite et nous ne parvenions plus à équilibrer le budget. Au départ, c’était une idée. Mais à l’arrivée, c’est devenu un métier compliqué à maîtriser et nous avons besoin de gérer cela de manière plus professionnelle, notamment pour nos achats. Le fait de s’étendre a aussi occasionné des coûts importants de déplacement. Je pense que nous avons besoin de revenir à plus de modestie », commente Michel Fournier, maire des Voivres (88), à la tête de la Sem depuis février.

En s’exportant au-delà des Vosges et en ne faisant plus appel qu’à des chefs de renom, elle est devenue une petite entreprise. Mais elle s’est brûlé les ailes. La manifestation a peut-être aussi perdu un peu de son âme en faisant le choix de l’excellence, ce qui a eu pour effet d’augmenter considérablement ses tarifs. Au départ, les repas coûtaient 55 ou 60 €. L’an dernier, l’addition allait de 75 à 105 € par convive. C’est tout cela qui sera mis sur la table aujourd’hui. « Le concept n’est pas remis en cause, mais c’est la façon de le programmer qui doit être revue », prévient Michel Fournier, qui espère assainir la situation pour repartir sur de bonnes bases courant 2018.

Philippe MARQUE

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
J
« C’est tout cela qui sera mis sur la table aujourd’hui. » :çà tombe bien quand il s'agit de diners.
Répondre