Morts pour la France de Les Voivres

par LES VOIVRES 88240  -  11 Décembre 2017, 04:48  -  #Histoire

Suite à la demande de Michel Georges de la Chapelle-aux-Bois qui voulait avoir des informations sur les soldats de Les Voivres, Morts pour la France et enterrés à Les Voivres Noël Jean nous a communiqué ces renseignements :

 

Il semble que quelques informations ont évolué, en raison du "Centenaire de la Grande Guerre". Rien de très significatif c/t Les Voivres mais je continue à creuser et je vous tiendrai au courant.

Pour revenir  aux 5 sépultures, il y en aurait en réalité, sous réserve de vérification, 6 maintenant :

- 2 au cimetière du village :                                                   Théodule Claudé et André Marchand (ce dont on est pratiquement certain)

- 1 à Gruey-lès-Surance :                                                       Marie Joseph Honoré

- 1 à la Nécropole nationale de Rambervillers :                  Jules Munier

- 1 à la Nécropole nationale de Notre-Dame de Lorette : Joseph Dany

- 1 à la Nécropole nationale du Pont-de-Marson :              Adrien Claudé

pas d'information (actuellement) pour les  22 autres.

Noël Jean viens de partager ce tableau récapitulatif. Nous l'en remercions.

Nous partageons de nouveau quelques uns des articles publiés sur ce sujet.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
J
Je ne m'attendais pas non plus à ce partage mais je vous en remercie.
Pour fin novembre 2018, je vais tenter - si tout va bien - de réaliser (en PDF sur le Net) une sorte de plaquette qui rassemblerait les renseignements que nous connaissons sur chacun de ces soldats, leurs régiments, monument aux morts, etc., qui marquerait la fin de ce cycle de commémorations de la Grande Guerre.
Dans un prochain message sur mon blog, vous pourrez voir un exemple de ce qui a été fait dans la Sarthe pour des soldats d'un village proche de La Flèche et qui pourrait m'inspirer.
Répondre
L
Il est évident qu'en France ce n'est pas l'armée qui prend la décision de déclarer ou non une guerre. Et oui, des civils comme Barrés et bon nombres de dirigeants et autres qui ont réclamé à grands cris la revanche sont encore plus responsables car eux voulaient cette guerre.
J
Je ne dis pas le contraire et je n'énonce pas une justification non plus mais un constat. Je veux simplement relever qu'il ne s'agit pas d’imputer SEULEMENT tous les malheurs du monde aux Armées (qui y prennent, certes et parfois mal, trop leur part) mais AUSSI aux civils qui nous dirigent, parfois très mal aussi et souvent en dépit du bon sens.
La "débâcle" de 40 a largement mis en cause les troupes mais les historiens honnêtes reconnaissent que beaucoup de soldats (peut-être 100 000 et plus) ont fait admirablement leur devoir, en dépit des errements des politiques "impotents" et des états-majors incompétents. Même punition, même motif en Indochine. Même combat pour l'Algérie. On voit bien que, in fine et c'est sans doute mieux ainsi, que ce sont TOUJOURS les politiques qui gagnent, mais à quel prix ? L'affaire du C.E.M.A. de Villiers, qu'on ne peut pas soupçonner d'avoir eu "le petit doigt sur la couture du pantalon" le démontre encore... s'il en était besoin. Et hasard ou pas, j'entends en ce moment la langue de bois de la Ministre des Armées pendant les "Questions au Gouvernement" : quelle tristesse !
(PS : je retire un des 2 « essentiellement » de mon commentaire précédent)
L
D'accord, mais il y a une marge entre obéir à un ordre qui demande aux troupes de ne plus reculer ou d'attaquer et ne pas tout faire pour éviter des pertes inutiles. Ces morts auraient mieux servi l'effort de guerre en étant épargnés dans le mesure du possible. La justification d'obéir aux ordres ne tient même pas puisque ces massacres réduisent la puissance de l'armée et nuisent à la victoire.
Les ordres que recevait l'état major allemand n'étaient pas moins impérieux et pourtant l'armée s'efforçait de réduire les pertes. C'est du simple bon sens, pas de la désobéissance.
J
Je suis d'accord pour « les bouchers » et/ou tout autre qualificatif pour ces militaires de haut-rang impliqués dans ces massacres de masse.
Il ne faut cependant pas oublier que l'Armée obéit (cela a été rappelé il n’y a pas si longtemps) au Gouvernement essentiellement constitué essentiellement de politiques, politiciens, gouvernants (peu importe leur appellation finalement) civils donc et nommés ou élus en tant que représentants du Peuple.
De quoi certainement méditer...
L
De toute façon pour les bouchers de l'état-major les morts ne servaient plus à rien . Ils leurs auraient pourtant suffi de lire dans les lettres des combattants, l'effet produit sur leur moral par les cadavres qui se décomposaient autour d'eux pour avoir au moins une bonne raison de les enterrer dignement.
J
Votre hypothèse ne figure pas toujours dans tout ce que j'ai pu parcourir sur le Net. Cependant, vous avez entièrement raison et elle apparaît clairement ET EN PREMIER dans cet article
http://atelier.leparisien.fr/sites/histoire/2016/02/07/grande-guerre-rendez-nous-les-corps/
où on peut lire :
« La France, pendant la guerre, ne restitue pas les morts aux familles. Pourquoi ?
BÉATRIX PAU. Cette interdiction intervient trois mois après le début de la guerre, d’abord pour maintenir le moral des troupes : la vue incessante des cercueils en partance pour l’arrière aurait risqué de démobiliser les autres. Les raisons matérielles priment aussi, puisque restituer les corps nécessitait des moyens humains et logistiques (chemins de fer, camions…) qu’il fallait réserver à la guerre. »

PS : preuve que l'immédiat avant-guerre et la guerre elle-même ont traumatisé pour longtemps et ont été sources d'inspiration, 2 téléfilms programmés hier soir "L'Orange de Noël" (1996) et un, plus récent, "La Permission" (2014)
L
Deux seulement inhumés à Les Voivres. En fin de compte pendant toute la guerre les morts ne comptaient pas. Mais n'y avait il pas aussi une volonté de la part des autorités de ne pas rapatrier les corps pour éviter les enterrements à répétition qui aurait entamés "l'esprit combatif " cher à l'état major ?