Economisons l'eau

par LES VOIVRES 88240  -  5 Décembre 2017, 04:30

Economisons l'eau

Lors de sa dernière réunion la Transition d'Ici a commencé de préparer son Assemblée Générale et continué d'étudier le programme de l'Ecofestival 2018.

L'AG se tiendra le 28 janvier à la salle des fêtes de Les Voivres

L'Ecofestival aura lieu le 7 juillet 2018. Le thème choisi est l'eau.

Des conférences traiteront de ce sujet. L'eau qui est en abondance dans la région mais qui risque de manquer un jour si des mesures ne sont pas prises pour une meilleure gestion.

Economisons l'eau

Les étangs de la commune sont de nouveau pleins, les petites sources ont retrouvé un débit normal. Pour le moment, comme  disait l'homme qui tombait du 30 ème étage : "-Tout va bien."

Si les prairies permanentes ont souffert cette été, les prairies artificielles ont eu de meilleurs rendement et les maïs étaient très beaux. Pour le moment, tout va bien.

Les jardiniers étaient contents. Ils ont récolté des légumes magnifiques. Pour le moment tout bien.

Il y a eu des champignons en abondance.

Qui diantre crie au loup et parle d'un manque de d'eau.

Quelques journalistes un peu hurluberlus commencent d'évoquer les conséquences de la sécheresse devant l'épidémie de sapins de Noël qui cassent quand la grue les manipule. En fait, la forêt a énormément souffert cette année encore. Si les pluie tombées durant la belle saison étaient suffisantes pour alimenter les cultures, elles n'étaient pas assez abondantes pour subvenir aux besoins de la forêt.

C'est ainsi que l'on pouvait voir fin juillet alors que la végétation était luxuriante, les houppiers des hêtres jaunir. Les pluies ont maintenu les plantes moins gourmandes en eau sous perfusion mais n'étaient pas assez conséquentes pour empêcher les arbres de dépérir et d'éviter la baisse des nappes phréatiques.

Dans certaines régions, dont la plaine des Vosges, celle-ci est accentuée par les pratiques sauvages d'industriels qui ont usé de leurs influences pour mettre l'eau en coupe réglée. Ils versent des dividendes aux actionnaires mais laissent aux particuliers le soin de payer la facture.

Il est prévu de faire des travaux pharaoniques pour tenter d'enrayer la baisse de la nappe phréatique qu'ils asséchent. Le cochon de contribuable paiera comme dab.

L'eau a enrichi les vosgiens en faisant pousser leurs cultures et leurs fourrages. Elle a permis d'installer partout des roues à eau pour actionner les installations des scieries, meuneries, forges, tissages, féculeries, cidreries. Mais toutes ces utilisations n'appauvrissaient pas la nappe phréatique. Chacune rejetait au ruisseau l'eau qui lui avait fourni l'énergie nécessaire. Quand les indiens Amazonie se battent pour que les sociétés internationales cessent de leurs voler leurs terres, pourquoi laisserions nous les même spéculateurs nous voler notre eau, un des rares bien que la nature avait donné en abondance  aux habitants de la région ?

Venez au Festival participer aux conférences sur l'eau qui seront données.

 

Economisons l'eau
Economisons l'eau
Economisons l'eau
Economisons l'eau
Economisons l'eau
Economisons l'eau
Economisons l'eau
Economisons l'eau
Economisons l'eau
Economisons l'eau
Economisons l'eau
Economisons l'eau
Economisons l'eau
Economisons l'eau
Economisons l'eau
Economisons l'eau
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
B
On ne peut pas savoir combien l'eau est précieuse, j'ai vécu cinq années dans l'ouest saharien, une de nos missions était la protection des puits recensés dans les ergs, Iguidi, Grand, Chech, certes, c'était une eau saumâtre que tous les méharistes, de passage, appréciaient. Plus d'entretien , disparition des puits, où se désaltérer? En consommant cette eau salée dont nous étions obligés de nous contenter, je crois que nous rêvions de voir une cascade d'eau fraîche jaillir d'une dune de sable, un mirage,comme il en existe tant au Sahara.
Répondre
L
Et pourtant il y à 10 000 ans le Sahara connaissance un climat sub tropical avec crocodiles et hippopotames dans les fleuves. Plus prés de nous les Garamantes le traversait encore avec des chars à bœufs