Challenge pour les communes rurales

par LES VOIVRES 88240  -  12 Octobre 2017, 04:46  -  #ECONOMIE, #Municipalité

In Bô au Silmo Paris. Photo In Bô

In Bô au Silmo Paris. Photo In Bô

Les start-up installées sur les grandes métropoles de la French Tech, Bordeaux, Toulouse, Lyon, Nantes, Lille et Paris investissent des millions d'€ et créent des dizaines de milliers d'emplois.

Face à ces incubateurs qui drainent les cerveaux et l'argent quels atouts peuvent proposer les communes rurales ?

Pour la plupart elles n'auraient même pas le réseau internet suffisant pour que l'installation de telles entreprises soit possible. Mais ce n'est pas pour cela qu'elles n'offrent pas d'attraits pour des sociétés dynamiques. Naguère, passant par les Bouleaux avec ma mère, elle s'étonne en arrivant devant la Zone Aménagée :

"-Mais pourquoi y a t'il autant de voitures là ? "

C'était en fait les véhicules des personnes travaillant chez Corba et In Bô. Effectivement on aurait presque cru le parking d'un super-marché.

A force de dire que les communes rurales se meurent, qu'il n'y a pas d'emplois et que tous les jeunes sont obligés de partir, tout le monde va finir par le croire. Dans la réalité il est vrai qu'il faut déployer beaucoup d'énergies, se démener comme un diable dans un bénitier, harceler toutes les instances pour récupérer des subventions et surtout faire de la promotion tous azimuts pour se faire connaître si l'ont veut que leurs activités se développent ou au moins se maintiennent.

C'est un des combats menés par les maires ruraux, un combat de tous les jours.

C'est aussi le combat de la plupart des habitants, des associations et entreprises pour faire savoir ce qu'ils font. Certains comme la société Corba ont un carnet de commandes suffisamment bien garni pour ne pas avoir besoin de publicité. Leurs jeunes voisins In Bô mènent une politique diamétralement opposée et multiplient tous les contacts : salons, réseaux sociaux, interviews qui leur permettront de développer leurs activités.

Dans un cas comme dans l'autre, tous apportent la preuve qu'il est possible de s’installer et de se développer à Les Voivres et dans le Val de Vôge.

Mais encore une fois, il est urgent que la région tienne ses promesses et nous dote du très haut débit dès 2018 comme elle s'y est engagée.

A force d'attendre en vain l'Arlésienne, on risque de crever même si nous mettrons pour ce faire le plus de mauvaise volonté possible.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
J
Un combat dites-vous. Je souhaite, évidemment, qu'il se gagne mais je ne suis pas sûr que les petites communes rurales intéressent RÉELLEMENT nos dirigeants.
Quant à la Région du Grand Est, qui dit que le successeur de Richert tiendra les engagements pris ? Mais chut ! le pessimisme pourrait bien devenir un délit.
Répondre
E
Il y a trois ans, ça date un peu mais c'est toujours bon de revoir cette vidéo
https://vimeo.com/113406261
Répondre
B
Notre petite fille, commerciale en lunetterie, réseau Alsace-Franche-Comté-Suisse, accompagnée de son employeur et ses collègues, a sillonné le salon idoine à Villepinte, samedi et dimanche. Ayant l'information concernant la présence de la société In'bô à ce salon, n'a pas trouvé, malheureusement ce stand, qui plus est, ne figurait pas sur le listing des exposants français-étrangers qu'il lui avait été remis précédemment. Étrange tout de même !
Répondre
L
Je ne suis pas allé au salon mais sur le site du Silmo j'ai trouvé cela

IN'BÔ - Montures Optiques et solaires
IN'BÔ

FRANCE

https://www.silmoparis.com/Catalogue/Liste-des-exposants/(search_text)/lunette%20en%20bois/(search_on)/all/(limit)/48/(sort)/raisonSociale_asc/(page)/2
J
« Étrange tout de même ! » : « ... Moi, j'ai dit bizarre, bizarre, comme c'est étrange ! ...» (Louis Jouvet dans "Drôle de drame" de Marcel Carné)