Les étangs ont la gueule de bois

par LES VOIVRES 88240  -  11 Septembre 2017, 04:28  -  #Qu'il est beau mon village

Les étangs ont la gueule de bois

Les étangs du Grand Bois ont la gueule de bois. Les étang du Grand Bois sont gris, les étangs tirent la langue comme après un évènement trop arrosé. Leur niveau a baissé mais les pluies des jours ci n'amèneront sans doute que du gris et du froid sans faire revenir les sources.

Il y a quelques jours c'était l'été, aujourd'hui tout a des parfums ou des relents ou des miasmes d'automne et presque d'hiver. Si les étangs ne sont pas encore gelés, c'est nous qui le sommes. Enfin ce sont des petites misères si on les compare aux dégâts que font les ouragans les jours ci du coté des Caraïbes et des états de notre non ami trumpien. Le Val de Vôge connait bien des alertes régulières, quelques toitures sont alors chahutées, quelques portions de forêts mises à terre, quelques caves inondées mais cela n'a rien à voir en intensité avec les dévastations qui se produisent régulièrement ici et là. Même la tornade de 1994 l'avait relativement épargné.

Le nombre des catastrophes recensées sur terre augmentent régulièrement. Encore une fois la faute en est certainement du au réchauffement climatique. Tous les climatologues prévoient que le réchauffement des océans entrainera une plus grand évaporation et des vents plus violents. Par contre ils ne sont pas encore absolument sûr que ce soit déjà le cas cette année.

"La question est loin d'être facile, admet de son côté Hervé Le Treut, éminent climatologue et directeur de l'Institut Pierre Simon Laplace. On sait que les ouragans sont favorisés par la température des océans qui se réchauffent, mais il y a beaucoup d'autres facteurs. Des études ont été menées et montrent que plus le réchauffement climatique sera important, plus les cyclones seront puissants et nombreux. Est-ce déjà le cas ? Il y a un soupçon très fort, mais cela reste un sujet de recherche qu'on ne peut pas trancher de manière définitive pour l'instant." 

 Le Centre National Américains  des Ouragans (NOAA) prévoit entre 14 et 19 ouragans dans l'Atlantique d'ici la fin de la saison, soit bien au-dessus de la moyenne des saisons, qui est de 12.

Contentons nous donc de nos petits événements. Si pour faire la une des médias nationaux il faut accumuler les morts et les dégâts, il vaut mieux rester anonyme. S'il n'est  pas possible d'éviter l’œil d'un cyclone et de le faire dévier de sa trajectoire, évitons au moins celui de nos bons mait'.

Ils sont sensés engraisser le bétail rien quand le regardant. Le bon La Fontaine a omis de dire qu'il dégraissent aussi nos porte-feuilles. Les gens du Val de Vôge ne sont pas des "fainéants" l'activité de la région le prouve mais ils n'entendent pas se faire dépouiller du fruit de leur travail Or il semblerait que le sport à la mode favorisé par un élastique tendu maintenant à donf consiste à supprimer des subventions pour tout un tas de bonnes raisons.

Le chauffeur de la Com Com est ainsi passé à la mairie avec les horaires de la navette à distribuer dans les boîtes aux lettres pour la dernière fois, passage à la Com Com d'Agglo obligado.

De même plus de subventions pour la revue des "L’Écho des Trois Provinces". Tu le veux, tu l'achètes. Le goulet se resserre également pour ce que la région va verser aux départements et l’État aux régions. Pierre-Olivier et Aurélie ont intégré une commune libre. Malheureusement cela ne les met pas hors de portée de leur percepteur.

Chaque année les étangs asséchés pendant l'été voient les eaux de leurs sources revenir à l'automne. ils n'est pas du tout sûr que les subventions qui se tarissent soient remplacées par autre chose que des promesses.

Les étangs du Grand Bois ont la gueule de bois. Avez vous une recette pour soigner la votre ?

Les étangs ont la gueule de bois
LASSITUDE

 

La terre immensément s’efface au fond des brumes
Et lentement aussi les frênes lumineux
D’automne et lentement et longuement les nœuds
Des ruisselets dans l’herbe et leurs bulles d’écumes ;

Lointainement encor des sons pauvres et las.
Voix par des voix lasses au fond des soirs hélées ;
Et les chansons et les marches, par les vallées,
Des mendiants qui vont, sait-on vers où, là-bas ?


Et des rames en désaccord, et l’autre, et l’une.
Et boitantes et tombantes — et, longuement,
Un vol d’oiseaux qui plane et plane et, lourdement.
Chavire en un ciel gris, où se fane la lune.

Émile Verhaeren

Les étangs ont la gueule de bois
Les étangs ont la gueule de bois
Les étangs ont la gueule de bois
Les étangs ont la gueule de bois
Les étangs ont la gueule de bois
Les étangs ont la gueule de bois
Les étangs ont la gueule de bois
Les étangs ont la gueule de bois
Les étangs ont la gueule de bois
Les étangs ont la gueule de bois
Les étangs ont la gueule de bois
Les étangs ont la gueule de bois
Les étangs ont la gueule de bois
Les étangs ont la gueule de bois
Les étangs ont la gueule de bois
Les étangs ont la gueule de bois
Les étangs ont la gueule de bois
Les étangs ont la gueule de bois
Les étangs ont la gueule de bois
Les étangs ont la gueule de bois
Les étangs ont la gueule de bois
Les étangs ont la gueule de bois
Les étangs ont la gueule de bois
Les étangs ont la gueule de bois
Les étangs ont la gueule de bois
Les étangs ont la gueule de bois
Les étangs ont la gueule de bois
Les étangs ont la gueule de bois
Les étangs ont la gueule de bois
Les étangs ont la gueule de bois
Les étangs ont la gueule de bois
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
J
En effet, il n'y a pas que les étangs du Grand Bois qui ont la gueule de bois. J'imagine que ceux qui n'ont pas voté Macron (espérant peut-être secrètement qu'un jeune Président, dégageant les partis traditionnels, pourrait "sauver" le Pays) et même une bonne partie de ceux qui l'ont élu, ont toutes les raisons de l'avoir.
Ne voilà-t-il pas que, n’ayant évidemment pas pris la mesure de sa tâche de Président et devant son ampleur, c’est depuis l'étranger qu’il se met à insulter les Français. On aurait dû s’en douter, il y avait eu des prémices avec « les illettrées », « les alcooliques » et autres signes avant-coureurs, mais peut-être que nous rappelant les invectives de Sarkozy par exemple, on n’y avait pas plus que cela prêté attention. Erreur, fatale erreur ! Même de Gaulle l'avait "approximativement" et dans un sens assez différent, dit autrement, dans d'autres circonstances au moins aussi graves.
Avec ses déclarations méprisantes, suffisantes à l’égard des Français sans parler de ses relations avec les médias « Les journalistes ne m'intéressent pas » et les intellectuels « Des esprits tristes englués dans l'invective permanente », il n’élève pas forcément le débat, prend le risque de briser la cohésion apparente des Français à laquelle il fait pourtant appel en ne tolérant aucune polémique, en demandant de la solidarité à un moment – celui de cyclones ravageurs – où il ne se montre pas véritablement « le chef » tant il semble y avoir du « retard à l’allumage », d’imprévisibilité face à cette calamité pourtant annoncée. « Manque de rigueur, affirmations gratuites, généralisation abusive, préjugés à l'emporte-pièce », l’invective est certes plus facile que la véritable action.
Il faut "admirer"les contorsions du tout aussi cynique que lui, Castaner, pour faire passer la pilule de la parole présidentielle vraisemblablement plus orientée vers les manifestations à venir que vers les sinistrés de ces îles qui furent – dit-on - paradisiaques. Le Ministre de l’Intérieur Colomb, lui aussi, peu convaincant au possible, quand il "monte au front" pour assurer que l’État fait tout ce qui est en son pouvoir dans ces circonstances, va finir par regretter d’avoir abandonné sa bonne ville de Lyon ou même de ne pas avoir pris une retraite sans doute méritée (non puisque fainéant) mais à laquelle il devrait cependant songer.
Pour le reste, les subventions État, Région, Département, Com d’Agglo, Com Com, Commune, qui c’est ? C’est nous… « Obligado.» pour reprendre un terme du message.
La recette serait sans doute de ne plus être imposés à un tel niveau par les différentes strates du mille-feuille, de ne plus leur verser autant de notre argent sans un réel espoir de juste redistribution et que chacune, d’un peu moins des 36 000 « communes libres » en devenir, puisse gérer ses propres ressources, de ce fait augmentées, au profit de ses administrés.

Non, contrairement à ce qui vaut pour le cochon, tout n'est pas bon dans le Macron.

thttps://www.egalitenationale.com/single-post/2017/09/10/Une-attitude-arrogante-un-pr%25C3%25A9sident-rat%25C3%25A9-une-tribune-dans-le-New-York-Times-accable-Macron
Répondre
L
Dommage cela vaut tous les jus de fruits achetés.
E
J'ai tout raté, j'aurais aimé voir les prouesses de notre blogueur !
Quant à Dame Brigitte, elle n'a pas donné signe de vie ce week-end. Une part de plus pour tout le petit monde vêtu de cirés et ponchos venu apprécier la douceur et saveur de nos bonnes fraises. Je m'étais appliquée, j'avoue... même si j'ai jeté le jus dans l'évier... Promis, la prochaine fois, je ne recommencerai point !
L
Il faut aussi admirer les contorsions du bloggeur fou qui en partant des étangs à réussi, sans se les mouiller, à mette les pieds dans le plat. Heureusement ce n'était pas l'énorme jatte de fraises qu'avait préparé Evelyne et dont elle a recopié la recette pour dame Brigitte, si l'on en croit Pierre Broggini.
J
Observation : pour le bon fonctionnement du lien, il faut supprimer le t situé devant le h de https, apparu là malencontreusement.