En passant par les Blanfols

par LES VOIVRES 88240  -  14 Août 2017, 04:49  -  #Qu'il est beau mon village

En passant par les Blanfols

A première vue rien ne change dans la forêt des Blanfols. Le chemin est peut-être un peu plus envahi que d'habitude par une végétation exubérante et il faut parfois louvoyer pour éviter les passages les plus boueux. Ceux qui passent là en VTT doivent avoir régulièrement les mollets griffés par les ronces.

Pourtant malgré la pluie qui tombe régulièrement certains arbres, en particuliers des bouleaux et des hêtres, ont déjà des feuilles qui jaunissent et tombent. Les précipitations même régulières ne suffisent certainement pas à les alimenter.

Tout ce vert n'est il pas qu'une illusion d'une forêt en bonne santé, comme les joues rouges du malade souffrant d'une forte fièvre cachent son état?

Derrière les serres Thomas René la balsamine de l'Himalaya gagne du terrain. Il y avait l'an dernier quelques pieds en bord du chemin. Maintenant ils se sont étalés sur plusieurs ares. Si cette plante affectionne les endroits humides, elle semble tout comme la prêle, très bien s'accommoder de zones sèches.

Même si au point de vue biodiversité la France n'est pas la plus mal lotie des pays européens, le nombres d'espèces animales et végétales est très réduit par rapport au continent asiatique ou américain. C'est la conséquence des dernières glaciations qui ont surtout touchées l'hémisphère Nord : Amérique, Europe et Asie. Mais la Méditerranée a empêchée que de nombreuses espèces disparues de nos régions à cause du froid puissent se réimplanter lors du réchauffement. Il n'y a donc pas eu chez nous une concurrence aussi forte entre les différentes espèces pour s'assurer une niche écologique. La faune et la flore que nous connaissons sont donc moins aptes à lutter contre des intrusions nouvelles.

C'est ainsi que le frelon asiatique progresse régulièrement et se rencontre de plus en plus souvent, que la renouée du Japon ou la balsamine en arrivent à étouffer la reine des prés dans les zones humides ou à faire de l'ombre aux ronces sur le bord de ce chemin.

Une grande partie de ces plantes et de ces animaux a été introduite par l'homme intentionnellement ou accidentellement. C'est le ragondin qui s'échappe d'un élevage, la coccinelle asiatique censée lutter contre les pucerons dans les serres qui envahit la campagne et les maisons. C'est la tortue de Floride achetée par un particulier et relâchée dans un étang.

La balsamine de l'Himalaya introduite en 1839 comme espèce ornementale s'est elle aussi très bien adaptée. Naturalisée dans de nombreux endroits, elle se répand principalement le long des cours d'eau, sur les talus et les pentes. Elle aime les lisières ou les zones ombragées ainsi que les sols frais mais comme nous le voyons ici, elle se porte très bien à flanc de colline et au beau milieu d'une clairière.

Les échanges commerciaux et les voyages rendent de plus en plus fréquentes ces invasions qui seront d'autant plus importantes qu'elles rencontreront peu de résistances.

En sélectionnant pour ses besoins alimentaires un nombre de plus en plus réduit d'espèces sans parler de celles qu'il extermine ou condamne à disparaître, l'homme risque encore d'accentuer le phénomène.

En France douze races comptent moins de 1 000 vaches : armoricaine, béarnaise, bretonne pie noir, casta, ferrandaise, froment du Léon, lourdaise, maraîchine, mirandaise, nantaise, saosnoise, villard-de-lans. Si aujourd'hui elles font l'objet d'un plan de conservation, elles ont failli disparaître dans les années 60. Par contre il y a  2,8 millions de prim'holstein pour la production du lait et 1,8 million de charolaises pour celle de la viande.

Le même phénomène se constate avec la culture des céréales et en particulier celle du blé. Sa diversité  génétique a lentement augmenté de la préhistoire au XIX ème siècle, mais a régressé à la suite du passage d'une sélection réalisée par les paysans à une sélection généalogique réalisée par des semenciers. Une étude sur les variétés de blés tendres utilisées en France au XX ème siècle a confirmé une tendance à l'homogénéisation génétique des variétés cultivées dans ce pays. C'est la même tendance pour le riz.
Si certains meuniers ou paysans s'attachent à faire revivre des variétés anciennes comme le petit ou le grand épeautre, aux Etats-Unis, des firmes dont la trop célèbre Monsanto intentent des procès aux agriculteurs qui font eux-mêmes leur semences. Pourtant tout comme la balsamine envahit chez nous de plus en plus de terrains, de plus en plus de plantes deviennent résistantes au fameux Roundup. Malgré les contestations de certains sénateurs qui s'apparentent davantage à du lobbying qu'à une bonne connaissance de la dangerosité de ce produit, il est prouvé qu'il n'est pas détruit en touchant le sol comme le proclame la publicité, mais empoisonne la terre et les eaux.

Arrêtons de jouer aux apprentis sorciers. Arrêtons de prétendre qu'une connerie faite par un homme peut être rattrapée par une connerie encore plus grande qu'un autre fera et qu'il essaiera de nous vendre.

 

En passant par les Blanfols
En passant par les Blanfols

La forêt magique

La forêt songe, bleue et pâle,
Dans un féerique demi-jour.
Tout s'y voit spectral, d'aspect sourd,
Par cette nuit d'ambre et d'opale.

Là, c'est un cerf blessé qui râle...
La forêt magique

La forêt songe, bleue et pâle,
Dans un féerique demi-jour.
Tout s'y voit spectral, d'aspect sourd,
Par cette nuit d'ambre et d'opale.

Là, c'est un cerf blessé qui râle...
Ici, d'autres, pâmés d'amour...
La forêt songe, bleue et pâle,
Dans un féerique demi-jour.

Ailleurs, une laie et son mâle
Et leurs marcassins tout autour !...
Et, tandis qu'un frais zéphyr court,
Venant la reposer du hâle,
La forêt songe, bleue et pâle.

Maurice Rollinat (1846-1903)
Recueil : Paysages et paysans

En passant par les Blanfols
En passant par les Blanfols
En passant par les Blanfols
En passant par les Blanfols
En passant par les Blanfols
En passant par les Blanfols
En passant par les Blanfols
En passant par les Blanfols
En passant par les Blanfols
En passant par les Blanfols
En passant par les Blanfols
En passant par les Blanfols
En passant par les Blanfols
En passant par les Blanfols
En passant par les Blanfols
En passant par les Blanfols
En passant par les Blanfols
En passant par les Blanfols
En passant par les Blanfols
En passant par les Blanfols
En passant par les Blanfols
En passant par les Blanfols
En passant par les Blanfols
En passant par les Blanfols
En passant par les Blanfols
En passant par les Blanfols
En passant par les Blanfols
En passant par les Blanfols
En passant par les Blanfols
En passant par les Blanfols
En passant par les Blanfols
En passant par les Blanfols
En passant par les Blanfols
En passant par les Blanfols
En passant par les Blanfols
En passant par les Blanfols
En passant par les Blanfols
En passant par les Blanfols
En passant par les Blanfols
En passant par les Blanfols
En passant par les Blanfols
En passant par les Blanfols
En passant par les Blanfols
En passant par les Blanfols
En passant par les Blanfols
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :