Combats du 18 juin 1940 à Les Voivres

par LES VOIVRES 88240  -  13 Juillet 2017, 04:51  -  #HISTOIRE

A l'occasion de la viste de l'Association pour le Développement du Pays aux 3 Provinces, Michel Fournier avait signalé qu'auparavant le patrimoine de Les Voivres n'était pas valorisé et était resté longtemps ignoré. Si maintenant les pierres sont davantage mises en valeur, si beaucoup de maisons anciennes ont nettoyé celles portant les indications sur leurs anciens propriétaires et les dates de construction, l'histoire des hommes qui ont fait Les Voivres reste encore trop souvent plongée dans l'oubli.

 Même Pierre Broggini dont tout le monde connait l'excellente mémoire et qui en tant qu'ancien militaire a l'habitude des comptes rendus précis ne parle dans son article sur les combats du 18 juin à Les Voivres que de trois soldats tués. Ce sont ceux qui, à l'entrée du village, barraient la route de Bains les Bains.

Silence de toute la population sur les deux tués à la Tranchée. Ils ont pourtant été inhumés là provisoirement. Au moins quelques personnes les ont donc vus.

Silence de l'instituteur qui a pourtant rempli lui-même les cinq actes de décès et qui emmenait les élèves fleurir les tombes des 3 soldats enterrés là. Tout se passe comme si, s'ajoutant aux difficultés de la vie en cette période de guerre, une obligation de travestir la vérité venant dont ne sait où, la rumeur, les mots d'ordre officiels ou suggérés des autorités françaises et/ou allemandes, devait être respectée :

"-En juin, 1940 les soldats français se sont sauvés devant l'ennemi sans combattre."

Les chiffres réels des pertes de l'armée qui prouvent le contraire n'ont été publiés que des années après. Ils ont été ignorés de presque tout le pays, seule n'est restée que l'image d'une débâcle honteuse.

Pourtant il n'y a pas eu que les cadets de Saumur qui se sont sacrifiés. Noël Jean avec l'accord de la municipalité se bat pour rétablir la vérité sur les combats du 18 juin 1940 à Les Voivres qui ont fait au moins sept si ce n'est huit morts.

Il prépare pour 2020 une cérémonie commémorative de cette journée. Tous vos témoignages sur cette époque sont précieux, même la plus petite anecdote, la moindre piste en particulier sur le fanion du régiment dont la trace s'est perdue à Les Voivres. Merci de prendre contact si vous détenez un renseignement.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
J
Merci pour ce partage !
Les recherches progressent doucement et, ce qui est encourageant, quelques personnes répondent, même si les renseignements ne sont pas toujours à la hauteur de ce que je pourrais espérer.
Il est clair que retrouver le fanion de la 10ème Batterie, serait un événement majeur. Le lieutenant-colonel Gagnaire pense, tout en suggérant qu'un employé de la mairie de Bains-les-Bains était vaguement au courant... il y a quelques années, qu'il aurait pu être camouflé sur place, sur les lieux de l'accrochage, par (ou sur les ordres) du capitaine Couëtdic.
Répondre
L
Les personnes actuellement employées à la mairie de Bains les Bains que j'ai interrogé n'était pas au courant de ces combats.