Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
LES VOIVRES 88240

Quand le Val de Vôge a décidé qu'il ne voulait pas mourir

Premier tour

Analyses et réactions dans les Vosges après la qualification d'Emmanuel Macron et Marine Le Pen pour le second tour des présidentielles 2017. Le candidat du mouvement "En marche" crée la surprise aussi dans notre département. La candidate du Front national  progresse et le FN domine en nombre de votes la vie politique vosgienne. Immense déception à droite chez Les républicains, François Fillon distancé n'est qu'en 3ème position. Jean-Luc Mélenchon pour la France insoumise double son score de 2012 et enfin la gauche socialiste s'effondre.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
B
affirmatif mon cher Jean, nous allons vivre, inévitablement, une cohabitation. En résumé, les primaires ne servent à rien, preuve pour les deux principaux partis, on voit le résultat: FILLON et HAMON, retour dans leur bambouseraie ou dans leur bourbier à caractère politique.
Répondre
B
Un FILLON, lequel au cours de la campagne électorale, a dénigré inlassablement MACRON, aujourd'hui, nous invite à voter MACRON au second tour, ça dépasse l'entendement. Ces politiciens sont vraiment des pourris. Ils n'ont pas de sang sous les ongles, ils font comme ça les arrange. Nous ne sommes pas dupes!
Répondre
J
« Nous ne sommes pas dupes! » : certes mon cher Pierre mais, d'une façon ou d'une autre, nous serons quand même dupés.
J
On ne va pas pleurer sur la déception des Républicains (qui ne sont, en fait, pas plus républicains que d'autres citoyens) dont je ne comprends toujours pas l’entêtement coupable à soutenir un candidat. Dans une course, quand le premier est disqualifié, c'est le second, voire le troisième qui reprend le flambeau. Dès les premiers soupçons, il fallait mettre Fillon "en réserve" (l'écarter) pour le protéger lui et son Parti.<br /> Dans les Vosges avec Heinrich et les déclarations de quelques autres mais aussi dans le Pays tout entier,, on sent bien qu'il faut se préparer à une "guerre parlementaire" impitoyable qui ne va pas servir notre France qui ne mérite pas ces basses manoeuvres politiciennes.
Répondre