Epinal en utopie

par LES VOIVRES 88240  -  29 Septembre 2016, 04:44  -  #Municipalité

Photo Vosges Matin

Photo Vosges Matin

Certaines informations valent leur pesant de cacahuètes mêmes si elles donnent envie de mordre.

Une fois n'est pas coutume, un média ose dire la vérité sur les résultats de la gestion de la ville d'Epinal

Lu dans Vosges Matin

"-Un logement sur cinq du centre ville est aujourd'hui vide, soit 1230 ! Voilà un chiffre qui fait mal. Néanmoins, rien de très surprenant pour qui déambule en centre ville régulièrement et voit fleurir les pancartes " A vendre" ou "A louer "

-Des freins auxquels il faut ajouter le souci de stationnement, la fuite des commerces de proximité et une fiscalité jugée trop élevée."

Fermez le ban.

En bon français, cet article de Vosges Matin veut tout simplement dire que la ville d'Epinal est en perte de vitesse. Des logements vides de plus en plus nombreux signifient tout simplement une population qui diminue.

Mr Heinrich parle pour enrayer le phénomène de mettre en place "une opération complexe et ambitieuse"

Voilà qui nous surprend car s'il ne manque pas d'ambitions, ce n'est pas dans ses habitudes de mettre en place des opérations complexes. Jusqu'à maintenant la seule politique qu'il connaisse et applique pour compenser la fuite des Spinaliens vers d'autres cieux c'est de vouloir croquer tout ce qui se porte bien dans le reste du département.

Ainsi il pèse de tout son poids pour amener la fermeture de la maternité et sans doute ensuite celle de l'hôpital de Remiremont.

Sous quel prétexte ? Il affirme que les naissances à Epinal vont augmenter dare dare dans les 30 prochaines années. A la lecture de cet article nous avons une preuve de plus, déjà les très sérieuses enquêtes de l'INSEE allaient dans le même sens, cela ne sera pas le cas. Les chiffres avancés par Mr Heinrich, l'ARS, les prétendus experts désignés sont totalement faux.

Ce ne sont pas les mères d'Epinal qui rempliront la maternité de cette ville, se seront celles qui au lieu d'aller à Remiremont seront contraintes et forcées de se rendre là.

Doit on vider le département de toutes ces infrastructures, de toutes ses forces vives pour les verser dans le tonneau des Danaïdes qu'est la préfecture des Vosges ?

Ce ne serait pas correct de frapper un homme à terre. Nous nous contenterons de soulever la question et de dire comme le petit garçon du conte d'Andersen :

"-Le roi est nu !"

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :