Les Voivres brûlent ils ?

par LES VOIVRES 88240  -  24 Août 2016, 04:08  -  #Municipalité

Les forces alliées progressent vers l'est, les généraux américains Eisenhower et Bradley, engagés dans les combats de la poche de Falaise, prévoient de contourner Paris pour ne pas être ralentis dans leur progression, notamment au niveau logistique, la libération des 4 millions d'habitants parisiens nécessitant 4 000 tonnes de vivres par jour. Le général Bradley écrit dans ses mémoires à propos de la capitale française : « La ville n'avait plus aucune signification tactique. En dépit de sa gloire historique, Paris ne représentait qu'une tache d'encre sur nos cartes ; il fallait l'éviter dans notre marche vers le Rhin »

Vu sur Wikipédia

Relais à la Chapelle de Bonne Espérance
Relais à la Chapelle de Bonne Espérance

Relais à la Chapelle de Bonne Espérance

Noël Jean avait mentionné dans un commentaire l'anniversaire de la libération de Paris du 19 au 25 août 1944. Il y a de cela 72 ans. Les Voivres n'étaient pas directement concernés par cet évènement. Mais en changeant de stratégie et en libérant Paris, les Alliés ont sans doute retardé leur avance vers l'Est et permis à une partie des troupes allemandes stationnées dans la capitale et aux abords de rejoindre les Vosges. Partant de là on peut imaginer que le sort du maquis de Grandrupt de Bains n'aurait pas été aussi dramatique si Paris avait été contourné.

On ne refait pas l'histoire mais il bon de s'en souvenir. Manifestement il semble que beaucoup ont la mémoire courte.

Si pour les alliés en 1944, Paris ne représentait qu'une tache d'encre sur la carte, maintenant nos dirigeants estiment que ce sont les Vosges qui ne représentent qu'une tache blanche.

Plus question ici de libération. Cette politique représente plutôt un arrêt de mort.

Faut s'incliner qui disent. Si Les Voivres n'ont pas libéré Paris il y a 72 ans, s'ils n'attendent donc aucune reconnaissance de cette agglomération, ils ont décidé qu'ils pouvaient ne pas tenir compte de ces diktats.

Zone blanche, oui, la commune l'est au point de vue réseau Internet. Il est même assez ironique de constater que nos bons mait', qui n'en sont pas à une pirouette près, vous classent zone blanche pour refuser de vous donner des subventions et ne veulent pas reconnaître ce fait quand c'est vous qui le demandez.

Etant donné que l'on n'est jamais si bien servi que par soi-même, la commune a donc fait appel à une entreprise qui depuis plusieurs semaines pose des relais afin que les zones qui reçoivent mal Internet soient mieux connectées.

Toute la partie reliée à l'armoire installée à Gremifontaine par l'opérateur ne pose pas de problème, contrairement à celle qui reçoit depuis Bains les Bains. C'est pour cela que les relais installés captent les ondes venant du hameau voisin.

Le premier est installé à La Chapelle de Bonne Espérance, le second au Gaec chez Roger puis sur la ZA qui renvoie vers le Moulin des Voivres et la Couveuse d'entreprise.

Celle ci, malgré les affirmations des Cassandre, aura donc une liaison Internet compatible avec ses besoins.

Moralité : que vous soyez Paris ou une petite commune rurale si vous ne voulez pas qu'on vous laisse périr, faites vous même ce qui vous permettra de survivre sans tenir compte des avis contraires.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
P
Cela reste de l'ADSL (5 Heures minimum pour télécharger 300 à 400Mo) , mais c'est déjà un pas dans le bon sens, et les administrés les moins bien desservis seront déjà contents d'obtenir une amélioration de leurs connexions internet.
Donc, je remarque qu'à force de réclamer des améliorations, on arrive quand même sans subventions à réaliser des choses dans notre village.
Alors, pourquoi avoir fait attendre si longtemps vos administrés?
Encore une fois, quand on veut on peut!
Répondre
N
► Bientôt, il faudra donc fixer un ex-voto à la Chapelle de Notre-Dame de Bonne Espérance pour remercier d'une meilleure connexion Internet !☺

► Pour la Libération, les questions posées
http://www.loomji.fr/les-voivres-88520/vie-locale/liberation-voivres-21465.htm
demeurent mais on peut penser, malgré une libération de Les Voivres datée le 4 septembre, que l'hypothèse de Bernard concernant le Maquis de Grandrupt soit assez crédible.

- « […] les éléments de la 2e DB du capitaine Dronne (un Sarthois, ndr) ) entrent dans Paris par la porte d'Orléans le 24 août 1944 : la 9e compagnie du régiment de marche du Tchad (surnommée la Nueve, car essentiellement constituée de républicains espagnols) est forte de 15 véhicules blindés (11 half-tracks, 4 véhicules accompagnés de trois chars17) et va se poster en renfort des FFI devant l'Hôtel de Ville, le 24 août à 21 h 22 » (WikipediA)

- « Et ce fut la Libération, le 4 septembre 1944, par l’armée américaine, sans avoir tiré un coup de fusil sur le territoire communal. » Marie Houillon
On notera, au passage, qu'elle ne cite pas de troupes françaises, ce qui parait logique, mais alors de quelles troupes américaines peut-il s’agir ?.

- « Le 7 septembre 1944, après un combat inégal contre des forces allemandes qui détenaient en otages les habitants des villages de Grandrupt de Bains, Vioménil et Hennezel (700 personnes environ), les maquisards se rendent. »
http://monumentsmorts.univ-lille3.fr/monument/23354/grandrupt-de-bains-rueroute/
Répondre
L
Je n'ai pas donné de date j'indique d'après ce témoigne que ce seraient les français qui sont arrivés les premiers dans la région.
N
Je ne mets aucunement en doute le témoignage d'André Munier mais si l'on parle bien de troupes françaises, celles de Leclerc quittant Paris le 8 septembre et celles de de Lattre étant encore aux environs de Dijon le 12 septembre, je ne vois pas très bien de quelles troupes il peut s'agir et, en tout cas, pas le 4 septembre.
L
D'après Munier André des troupes française venant par Les Voivres de l'ouest et d'autres par la Forge de Thunimont du sud se seraient tirées dessus à la Cense des Coupes suer e le versant nord de la vallée du ruisseau Jeandin commune de la Chapelle aux Bois. Mais j'ai déjà relaté cela il y a donc eu des troupes françaises dans la région. Les balles sifflaient autour de la Chapelle de Bonne Espérance.