La visite guidée de l'été (suite)

par LES VOIVRES 88240  -  4 Août 2016, 04:17  -  #HISTOIRE, #Qu'il est beau mon village

La visite guidée de l'été (suite)
La visite guidée de l'été (suite)

Les Sentiers des Pierres étaient le fil conducteur de cette fameuse visite guidée de l'été. La pierre de grès, celle qui a servi à construire les maisons du village et ses édifices, la carrière des Champs Founés près du centre, le grés dur de la Colause dans lequel on taillait des pavés ou des lauzes puis exploité pour reconstruire la digue de l'étang de Bousey, la carrière de granit de Gandon tout à côté, celle de poudingue des Blanfols, ont donné son nom à ce chemin de randonnée qui fait le tour de la commune.

Il va être intégré aux circuits du département.

La visite guidée de l'été (suite)
La visite guidée de l'été (suite)La visite guidée de l'été (suite)

La Vierge du Moulin des Voivres que Noël Jean avait posée n'est plus, il ne reste qu'une cicatrice en témoignage. Enlevée également l'ancienne fontaine où les femmes du hameau allaient laver leur linge.

Mais à côté du chêne où était fixé le reposoir, un calvaire et des auges ont été installés, taillés dans le grès, ils rappellent cette époque pas très éloignée où beaucoup de cultivateurs pour compléter les revenus d'une ferme qui ne comptait que quelques hectares, allaient travailler à la Colause ou dans les diverses carrières du village.

Tout le monde savait plus ou moins façonner la pierre qui était employée partout : maisons, auges, canalisations, clôtures.

Un grand oncle, Elie Munier, connaissait encore la technique des égyptiens constructeurs de pyramides. Il fendait des roches en utilisant des coins de chêne bien secs qu'il plaçait aux points de rupture et mouillait régulièrement. Au bout de quelques jours la roche éclatait.

Elle donnait assez de mal quand il fallait la sortir des champs où elle gênait la culture, il fallait bien qu'elle serve à quelque chose.

La Forge Quenot
La Forge QuenotLa Forge Quenot

La Forge Quenot

Du plus ancien site industriel connu, il ne reste presque rien. Quelques pierres en travers du ruisseau, certainement les restes de la retenue qui permettait d'alimenter la roue à eau. Quelques murs en amont, non identifiés, maisons d'ouvriers ou de cultivateurs.

Car cet endroit a été cultivé, du moins certaines zones, en témoignent les murettes de pierres sèches que l'on trouve. en plusieurs endroits.

A une époque où la terre nourrissait souvent mal son homme il est probable que ceux qui travaillaient à la Forge quand elle était en activité et quand la sécheresse n'arrêtait pas la roue à eau, étaient des paysans ouvriers et avaient tous un peu de terre pour aider à faire bouillir la marmite.

Etrange destin que cette Forge Quenot, détruite par les suédois en 1634, à peine était elle construite. Rebâtie, elle fournira un acier réputé jusqu'au jour où elle fut supplantée par la Manufacture de Bains les Bains.

On peut d'ailleurs se demander pourquoi cette entreprise s'était installée là. Il lui fallait de l'eau. Celle ci manquait régulièrement. Il fallait des bons chevaux pour transporter les matériaux pondéreux qu'elle utilisait et fabriquait. Au dire de l'Abbé Olivier, ceux ci étaient rapidement épuisés, les mauvais fourrages de la région ne permettant pas de les nourrir correctement.

Il y avait sans doute le bois à disposition qui avait incité à choisir ce site. Le bois qui a été brulé sous forme de charbon à un point tel que la surface des forêts françaises n'était que de 75.000 km2 au milieu du XIXe siècle pour 155.000 km2 aujourd'hui.

Celui qui la reconstruisit avait en effet cette autorisation. En 1771, un maître de forges, un Suisse, Jean-Jacques Rochet, demanda au chapitre de Remiremont l'autorisation de remonter une forge pour y produire du fer ou de l'acier. Ce droit lui fut accordé avec 80 ares de terre moyennant un cens annuel de 7 francs. Il pouvait de plus acheter le combustible nécessaire dans les forêts avoisinantes.

Le bois à portée de main et des impôts très faibles devaient inciter les colons à s'installer là pour repeupler la région vidée de ses habitants par la Guerre de Trente Ans et la Peste Noire. Ce sont des taxes trop élevées cette fois, sur le minerai venant de Franche Comté, qui ont amené la fermeture des forges de la région au 19 ème siècle.

La visite guidée de l'été (suite)

Dans le cadre du remembrement, la réserve foncière va permettre à la mairie de devenir propriétaire de ces prés entre le Ruisseau des Ecrevisses et le chemin menant à la Forge Quenot. Un projet est en cours pour installer là des maraîchers, serres et pleine terre.

La visite guidée de l'été (suite)
La visite guidée de l'été (suite)La visite guidée de l'été (suite)
La visite guidée de l'été (suite)

La roue à eau de la ferme Ory actionnait un axe qui traversait la route et la cour pour faire tourner les machines dans le bâtiment principal. Elle produisait aussi son électricité.

Longtemps les principales richesses de Les Voivres ont été l'eau (les moulins ont été installés par les premiers colons), le bois, la pierre et les hommes.

Aujourd'hui plus personne sur la commune n'utilise l'énergie de l'eau ou les pierres de ses carrières.

Il reste le bois. Nous avons vu que les surfaces des forêts sont en augmentation depuis la fin du 19 ème siècle. Contrairement à certaines commune, celles ci n'ont pas été reconstituées avec des résineux à croissance rapide tel l'épicéa, Ce sont principalement des feuillus, hêtres et chênes qui pourront être valorisés en bois d'oeuvre par les entreprises qui vont s'installer dans la Couveuse d'Entreprises.

La première des richesses de Les Voivres est toujours la même. Ce sont les hommes. Ceux qui vivent et travaillent dans la région. Ceux qui arrivent et retroussent leurs manches.

A suivre...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
E
Ah Panturle et Arsule, je ne me lasse pas ...
Quel beau pays que celui qui contient des terres, des pierres et des bois et qui sait conserver son âme rurale !
Avec ces hommes qui relèvent leurs manches et qui portent leur village dans leur cœur, Les Voivres continueront de vivre.
Répondre
L
Cela fait pas mal de choses. Pour la Vierge du Moulin une réflexion se fait.
N
Pas facile de relever ses manches quand on réside à plus de 600 km de ce village vosgien qui est évidemment plus facile, pour moi, de porter dans mon cœur.

A force d’entendre parler (à juste titre) des « Faizeux » de la commune de Les Voivres et de ses hameaux qu’il ne s’agit surtout pas d’oublier, je me sens naturellement tout petit face à leurs nombreuses initiatives diverses et variées mais toujours bienvenues et conduites brillamment.
Aussi, me suis-je demandé ce que je pourrais bien avoir – éventuellement – de commun avec eux. Pas grand-chose au regard de ce que leur imagination fertile, créatrice, les conduit à concrétiser au bénéfice du village tout entier (ou presque). Je me suis néanmoins amusé – toute modestie mise à part – à dresser une liste de ce que j’avais pu, à mon tout petit échelon, initier ou réaliser :
- au commencement (une soixantaine d’années) il y eu donc la Vierge du Moulin des Voivres, qui a résisté longtemps sur son chêne, pour finalement céder (pas de miracle donc) à quelque main païenne ou au ravage impitoyable du temps,
- après un trou abyssal lié aux aléas de la vie, l’organisation de retrouvailles appréciées (2007) d’anciens élèves des écoles des Voivres,
- l’initiative de faire réhabiliter (2014) la tombe du soldat Marchand, que la Municipalité a souhaité prendre à son compte dans le cadre de la commémoration du Centenaire du début de la Grande Guerre,
- la résurrection de "la Chanson des cerises" qui a pas mal animé le début de l’année 2015 dans quelques foyers de la commune,
- la mise en ligne (juin 2015), après autorisation de la famille, de la brochure de Marie Houillon "1793 Les Voivres cent quatre-vingt unième anniversaire 1984",
- une étude (juin 2015) sur "la Bataille des Voivres-juin 1940", fait de guerre passablement ignoré mais qui a ravivé quelques souvenirs et surtout montré qu’au cours de « la Débâcle », quelques artilleurs courageux ont su, au cœur de notre village, sauver un peu d’honneur des Armées françaises,
- une présence à la Saint-Rémi (octobre 2015), formidablement organisée
- un soutien (mai 2016) à "Cœur de Yourte"

C’est évidemment peu et ce n’était peut-être pas à moi de dresser ce modeste inventaire mais je veux ainsi tenter de démontrer qu’il est possible, même éloigné par le temps et la distance, de porter quelque intérêt au village de son enfance et à ses racines. .Je serais d’ailleurs prêt à examiner, scanner, numériser, traiter tout document relatif au village de Les Voivres pour en "épaissir" l’Histoire (et la mienne par la même occasion) mais là, j’ai l’impression que, malheureusement, le gisement, déjà peu important, se tarit…
N
Je l'ai déjà écrit, ce gros plan - beaucoup trop bas - ne correspond pas à l'emplacement de la niche abritant la vierge. Elle se trouvait, selon mes souvenirs, fixée en hauteur, au niveau de cette tache plus claire, quasiment rectangulaire et donc correspondant à ses dimensions, située à peu près au 1/3 du chêne.
Soyons optimistes, peut-être que quelqu'un prendra l’initiative de procéder au remplacement.
Répondre
L
La correction est faite mais c'est moins poétique.