Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
LES VOIVRES 88240

Quand le Val de Vôge a décidé qu'il ne voulait pas mourir

Jean Viard, sociologue et chercheur au CNRS

Retrouvez l'interview complète de Jean Viard, sociologue et chercheur au CNRS. Pour lui la grande région est l'occasion d'une réflexion et d'une mutation de l'organisation économique de notre territoire.

Raisonner ainsi, c'est la mort assurée des petites communes!
Ce n'est pas gagné de faire revenir les jeunes s'ils sont partis vers les grandes métropoles.
Il faudrait plutôt que les possibilités soient données aux petites communes pour augmenter leur attractivité.
C'est faisable. Il faut nous donner confiance. Nous en donner les moyens. Pas tout centraliser.

ThiEvy La Massonne

La vie est là où il y a des Hommes Debout.

La vie est là où il y a des Hommes Debout.

J'avoue que les premiers instants de cet interview m'ont fait également bondir. Très haut.

Et hurler. Très fort.

"-Quoi, comment pourquoi ? Voici encore un expert de plus. Tout comme le groupe de ceux qui soi-disant étudient le devenir de la maternité de Remiremont et nous annoncent en s'appuyant sur des enquètes démographiques bidons que le natalité dans cette région va chuter de 30 % et qu'il faut donc fermer celle-ci

Les grandes villes produisent une grande partie de la richesse. Il veut nous rayer de la carte sous ce prétexte.

C'est rejouer Fahrenheit 451. C'est faire les mêmes erreurs que les holdings qui pour rentabiliser une entreprise, ferment une branche moins compétitive, ensuite une autre et à la fin liquident le tout.

Le système spéculatif permet de s'enrichir en créant des ruines, il se soucie peu des cadavres qu'il sème.

On ne peut gérer un pays à la façon d'un Bernard Tapie."

Soyons honnêtes ce sociologue n'a pas l'air, passé le début de son discours de vouloir nous enterrer.

Il parle d'échanges, de coopérations, de partage et surtout de la nécessité d'apprendre les autres et son pays.

Il parle du Cantal qui a eu la clairvoyance de se doter du haut débit contrairement aux Vosges et de l'atout que cela représente.

Si en fin de compte son discours plaide plutôt en faveur du développement des zones en dehors des grandes agglomérations, de l'effort qui doit être fait pour partager avec les plus démunis, nous craignons cependant que nos bons mait' n'écoutent que ses premières paroles.

Nous risquons de les entendre nous les envoyer dans les dents un beau matin:

"Un expert a dit que seules les grandes agglomérations produisent de la richesse."

Ils oublieront bien entendu d'ajouter que selon Jean Viard, Epinal, Metz, Nancy ou Strasbourg ne sont pas des grandes agglomérations même si elles veulent nous faire croire qu'elles ont l'autorisation de jouer dans la cour des grands.

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
N
Vive l'économie présentielle, l'art de vivre, le patrimoine et le renforcement "apaisé" de l'union franco-allemande !<br /> Pas de grande ville dans l’Est. On comprend bien que, hors des grandes métropoles, point de salut ou presque.<br /> Quant à l’échec du numérique, je pense que c’est une faute qu’il faudrait faire payer – d’une façon ou d’une autre – et demander des comptes aux responsables.
Répondre
L
Je pensais déjà au Conseiller Général, je n'ai pas suivi ses travaux de sénateur
N
A regarder les « Travaux parlementaires », pas sûr qu'il ait défendu cette affaire "bec et ongles" depuis son élection au Sénat (2004).
L
Lors des vœux du maire 2016 Mr le sénateur Jacky Pierre nous a dit de nous incliner.
E
Les réflexions suite aux analyses de cette personne seront-elles prises en compte pour l'avenir de nos petites communes? <br /> Il y a de l'autre côté les dirigeants qui adoptent une attitude méprisante envers les maires ruraux qui défendent becs et ongles leurs communes face à la multiplication des normes et des décrets qui ne simplifient pas l’exercice de leur mission.<br /> Ces fusions des régions, ces objectifs en vue d'unir les communes ne prévalent rien de bon.<br /> Je crains que leur cible est de finir par tuer notre authenticité rurale.
Répondre
L
Moi, il me semblait très impartial pour le moment c'est plutôt rare. C'est vrai qu'au début je pensais le contraire