Pille, tue, viole

par LES VOIVRES 88240  -  1 Février 2016, 04:33  -  #Municipalité

Pille, tue, viole

Les membres du Club du Pont des Fées étaient dans la salle des associations : jeu de belote, tarot, scrabble, plaisir d'être ensemble, d'échanger des nouvelles.
J'ai donc pu rendre comme convenu son précieux Almanach 1916 du Pèlerin à Pierre Broginni en le remerciant encore pour tout l
'intérêt de cet ouvrage.

Mais comme je lui ai signalé rapidement, hé oui pendant qu'il me parle ses partenaires attendent, cette lecture est très perturbante, dans la mesure où on peut presque mettre des noms sur les personnes de Les Voivres qui ont eu la possibilité de lire elles aussi ces articles en 1916.

On peut se demander comment elles recevaient cette information. Si le contraste entre la sinistre réalité et les articles les faisaient hurler, elles qui souffraient, qui avaient peut-être déjà perdu des proches dans cette tuerie ou qui tremblaient pour eux.

Perturbant aussi dans la mesure où nous nous retrouvons cent ans après dans une situation équivalente. Il n'y a pas eu autant de morts dans les attentats que pendant la grande guerre mais l'autre grand drame que connait la nation, le chômage affecte, tout comme les combats, en 1916, des millions de personnes.

Et tout comme en 1916 ces millions de victimes sont tues par les médias. Sauf qu'à l'époque une veuve de guerre n'était pas regardée avec mépris par ses voisins.

Tout comme en 1916 l'état déclare se battre tous les fronts. Mais alors, même si les offensives n'aboutissaient pas, au moins un énorme effort était mis en oeuvre pour vaincre.

Aujourd'hui, c'est toujours le bourrage de crâne mais seulement accompagné de gesticulations.

Pille, tue, viole

Le plus perturbant maintenant c'est de voir qu'au lieu de prendre les bonnes mesures, que ce soit pour lutter contre le chômage ou les terroristes, l'état se contente de jouer les amuseurs publics, les bateleurs sur le Pont Neuf nous montrant des singes savants faire leurs numéros.

En quoi parler d'une modification de l'état d'urgence est ce important alors que la loi existe déjà ?

Renforcer cette loi ? Au-dessus c'est l'état de guerre. Nous ne sommes pas en guerre civile, ceux qui protestent et manifestent actuellement le font pour survivre. Ce ne sont pas des révolutionnaires ou des terroristes.

En quoi la déchéance de nationalité peut elle affecter un tueur qui ne respecte pas la loi et saura toujours se procurer de faux-papiers ? Les récents évènements ont prouvé qu'ils passent les frontières à leur gré.

Tout cela est à peine digne d'amuser quelques chalands à la foire de Poussay et ne sert qu'à masquer le manque de volonté de nos dirigeants qui ne veulent pas s'attaquer aux sources du mal.

Pille, tue, viole

"- Je dis que quiconque tremble en ce moment est coupable; car jamais l'innocence ne redoute la surveillance publique."

Robespierre, dans son discours du 31 Mars 1794 défendant la Terreur.

C'est le discours dont nous abreuve depuis des semaines l'état français.

Et nous, nous lui répondons :

"-Nous ne tremblons pas parce que nous sommes coupables. Nous tremblons car nous sommes les ruraux que vous voulez faire mourir.

Nous tremblons, car tout comme pendant la guerre de Trente Ans, le roi de France et les seigneurs rivaux ont lâché sur la région, chauffeurs, routiers, lansquenets et mercenaires avec ce mot d'ordre " Pille, Tue , Viole", vous avez lancé sur nous vos fossoyeurs assermentés pour transformer nos campagnes en cimetières."

Nous tremblons car comme avec les reîtres des Grandes Compagnies vous avez programmé et semé la désolation dans nos campagnes en donnant aux Orange, Total et Monsanto l'autorisation de nous mettre en coupe réglée.

Nous tremblons car au nom du profit vous avez décidé d'abolir tous nos services publics.

Nous tremblons car sous le prétexte que nous sommes en train de mourir vous achevez de nous saigner.

Mais ne croyez pas que pour vous être agréable nous allons creuser nous même notre fosse et nous agenouiller au bord.

Tout comme les bisons attaqués par une meute de loup, nous avons bien l'intention de résister et ce pendant longtemps.

Pille, tue, viole

Et tout comme les maires ruraux qui montent tout les jours au créneau pour faire entendre leurs voix, refusant qu'elles ne soient mises sous l'éteignoir, refusant de dire oui, s'ils veulent dire non, vous avez encore ce mois ci, pu faire entendre la votre à travers lesvoivres88240.

En janvier, plus de 3 600 lecteurs sont venus lire 13 900 de ces pages. Cette progression régulière et rapide est une des meilleures preuves de la vitalité de Les Voivres et de la région.

S'il ne se passait rien, il n'y aurait rien à dire et pas de lecteurs.

Continuons donc de demander à Michel Fournier et aux maire ruraux de sacrer, tempêter et s'élever contre ces mesures létales.

Qu'il se batte pour avoir ce sacro saint réseau, c'est entendu et que tout ceux qui sont concernés ou sensibles à ce problème continuent de faire entendre leurs voix.

Si tu te tais tu meurs, si tu parles tu meurs. Alors parle et meurs.

Kamel Daoud

Mais encore une fois, nous déplorons que beaucoup trop d'informations, de communications, ne passent pas dans notre région, non par manque de réseau mais parce qu'il n'y a ni publications, ni partages de celles ci.

En venant régulièrement sur ces pages, vous faites la preuve qu'il est possible de faire entendre sa voix sur le web à défaut de se faire écouter dans les ministères et de sieur Orange.

Il faut communiquer pour montrer ce que l'on fait, ce que les autres font. Pour dire que l'on est d'accord ou pas du même avis. Mais il faut que l'information passe et soit partagée.

Alors exigeons du réseau car certains en un un besoin criant. Mais exigeons aussi des municipalités du Val de Vôge que chacune s'active à faire connaître ce qui se fait chez elle. Il y a assez de réseau pour cela, ce site en est la preuve. Chaque mairie a ses ordinateurs. Il est possible de recruter pour ce faire, des contrats aidés, des stagiaires, des bénévoles.

Grâce à cela, en tissant cette toile dans notre région, nous arriverons à montrer que nous existons, que nous créons, que nous sommes une richesse pour le pays et non un poids mort dont il faut se séparer comme d'un membre gangréné.

Le site consacré au partage de liens est maintenant lui aussi bien référencé et visité, augmentant ainsi les chances de faire connaître les acteurs de notre région.

Si vous même voulez que l'on partage le votre nous le feront dans la mesure ou cela concerne une activité ou une personne de la région.

Alors même si pour cela il faut sans cesse se démener, continuons de faire savoir partout qu'il y a toujours ici des hommes debout qui refusent de mourir

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
E
Et ce soir, je lis ça
http://www.actu88.fr/olivier-besancenot-arretons-de-nous-apitoyer-sur-notre-sort-et-recreons-les-grands-mouvements-sociaux/
Répondre
E
Que de surprises aujourd'hui sur le blog !
Maël et son dessin, Mr Noël et son article (mais maintenant, je chante "Il est l'homme qui tombe à pic. Il est l'homme qui vient de loin), le joueur de tarot aussi ^^ ... Séquence émotion.
Si j'avais été Cécile...? Déjà, je n'aurais pas bloggué, c'est sûr mais j'aurais certainement eu sa conviction.
C'est bon de savoir que le site est de + en + visité. J'aimerais crier aussi "Eh les communes qui ne partagent pas encore, réveillez-vous!" Un réseau se met en place. Debout!!
Répondre