Rain and tears

par LES VOIVRES 88240  -  10 Janvier 2016, 04:33

Rain and tears

Il pleut sur le Ru Migaille. Il pleut gris, il pleut nuit. Mon nouvel appareil n'aime pas être mouillé, frileux comme une belle qui craindrait pour sa permanente.

Il s'arrête, je change les batteries, j'essuie tout. Dix photos, rebelote, le bug.

Allons quand même dire bonjour à Hêtre Nomade. Ouf, au moment de repartir il redémarre, cadrons la belle yourte en construction. La prochaine fois où il fera ce temps, je prendrai l'autre.

Photos grises, photos de suies, j'aurais voulu aller vers la zone humide. Ce sera pour une autre fois.

Santana sur Woodstock tout en écrivant. Encore un qui se sortait les tripes.

Pas gai gai tout çà.

Sur un ciel de tristesse et de mélancolie,

Sur un ciel de tristesse et de mélancolie,

Depuis l’aube, ses bras, comme des bras de plainte,

Depuis l’aube, ses bras, comme des bras de plainte,

 et les voici Qui retombent encor, là-bas, dans l’air noirci

et les voici Qui retombent encor, là-bas, dans l’air noirci

Le moulin

Le moulin tourne au fond du soir, très lentement,
Sur un ciel de tristesse et de mélancolie,
Il tourne et tourne, et sa voile, couleur de lie,
Est triste et faible et lourde et lasse, infiniment.

Depuis l’aube, ses bras, comme des bras de plainte,
Se sont tendus et sont tombés ; et les voici
Qui retombent encor, là-bas, dans l’air noirci
Et le silence entier de la nature éteinte.

Un jour souffrant d’hiver sur les hameaux s’endort,
Les nuages sont las de leurs voyages sombres,
Et le long des taillis qui ramassent leurs ombres,
Les ornières s’en vont vers un horizon mort.

Autour d’un vieil étang, quelques huttes de hêtre
Très misérablement sont assises en rond ;
Une lampe de cuivre éclaire leur plafond
Et glisse une lueur aux coins de leur fenêtre.

Et dans la plaine immense, au bord du flot dormeur,
Ces torpides maisons, sous le ciel bas, regardent,
Avec les yeux fendus de leurs vitres hagardes,
Le vieux moulin qui tourne et, las, qui tourne et meurt.

Emile Verhaeren, Les soirs

Et le silence entier de la nature éteinte.

Et le silence entier de la nature éteinte.

Et le long des taillis qui ramassent leurs ombres,

Et le long des taillis qui ramassent leurs ombres,

Les ornières s’en vont vers un horizon mort.

Les ornières s’en vont vers un horizon mort.

Autour d’un vieil étang,

Autour d’un vieil étang,

, quelques huttes de hêtre Très misérablement sont assises en rond

, quelques huttes de hêtre Très misérablement sont assises en rond

 au bord du flot dormeur, Ces torpides maisons, sous le ciel bas, regardent,

au bord du flot dormeur, Ces torpides maisons, sous le ciel bas, regardent,

Rain and tears
Rain and tears
Rain and tears
Rain and tears
Rain and tears
Rain and tears
Rain and tears
Rain and tears
Rain and tears
Rain and tears
Rain and tears
Rain and tears
Rain and tears
Rain and tears
Rain and tears
Rain and tears
Rain and tears
Rain and tears
Rain and tears
Rain and tears
Rain and tears
Rain and tears
Rain and tears
Rain and tears
Rain and tears
Rain and tears
Rain and tears
Rain and tears
Rain and tears
Rain and tears
Rain and tears
Rain and tears
Rain and tears
Rain and tears
Rain and tears
Rain and tears
Rain and tears
Rain and tears
Rain and tears
Rain and tears
Rain and tears
Rain and tears
Rain and tears
Rain and tears
Rain and tears
Rain and tears
Rain and tears
Rain and tears
Rain and tears
Rain and tears
Rain and tears
Rain and tears
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
E
Mais c'était fort rigolo, bien sûr :-)
Répondre
E
C'est bien simple, j'ai chanté rain and tears toute la journée...
Chanson dans la tête du matin au soir.
Ça allait bien avec la météo ceci dit. J'espère ne pas avoir aggravé la situation.
J'aurais préféré fredonner Santana
Répondre
L
Freedom, Freedom
N
« Le moulin » : comme le Moulin des Voivres... dont la dénomination reste toujours un mystère ?
Répondre
L
Moi non plus, mais pour moi le principal est de savoir que le Moulin des Voivres doit son nom à un moulin qui était implanté sur le Ru Migaille
N
Au 30 août 1773, la redevance annuelle et perpétuelle, le cens, était de 3 deniers sur le Moulin Jean Rouvart dit le Moulin des Voivres. Rien d’autre pour l'instant;
L
Pour en avoir plus il faudrait pouvoir avoir des renseignements sur cette famille Rouvart mais ce genre de recherche n'est pas mon fort.
L
C'était plutôt les pieds dans l'eau
N
Certes, mais une fois que l'on a écrit cela, on se retrouve un peu "le bec dans l'eau" sans beaucoup plus de précisions.
L
Mais non relisez l'abbé Olivier il y avait un moulin, le moulin Rouvart, comme sur tous les cours de la commune, le moulin Jeandin, le rupt Milenot
E
Donc...le "hangar" à côté? c'est à cet endroit que se fait la restauration des yourtes ?
Répondre
L
Oui, restauration, construction, auto construction, actuelement ils cherchent un repreneur.