Les étangs sommeillent

par LES VOIVRES 88240  -  20 Janvier 2016, 07:11  -  #Qu'il est beau mon village

Les étangs sommeillent

Il a fait - 13° cette nuit et les étangs aux Bouleaux et au Grand Bois sont gelés.

Mais à la météo, ils annoncent déjà un redoux pour la fin de la semaine.

Alors vite prenons quelques photos avant que le paysage ne change de nouveau.

Wanted un duplex au Sahara ou en Antarctique ou c'est toujours le même sable, le même blanc pour un photographe rêvant d'un long repos.

Ah! comme la neige a neigé!

Ah! comme la neige a neigé!

Tous les étangs gisent gelés,

Tous les étangs gisent gelés,

Mon âme est noire! Où-vis-je? où vais-je?

Mon âme est noire! Où-vis-je? où vais-je?

Soir d’hiver

Emile Nelligan

Ah! comme la neige a neigé!
Ma vitre est un jardin de givre.
Ah! comme la neige a neigé!
Qu’est-ce que le spasme de vivre
A la douleur que j’ai, que j’ai.

Tous les étangs gisent gelés,
Mon âme est noire! Où-vis-je? où vais-je?
Tous ses espoirs gisent gelés:
Je suis la nouvelle Norvège
D’où les blonds ciels s’en sont allés.
Pleurez, oiseaux de février,
Au sinistre frisson des choses,
Pleurez oiseaux de février,
Pleurez mes pleurs, pleurez mes roses,
Aux branches du genévrier.

Ah! comme la neige a neigé!
Ma vitre est un jardin de givre.
Ah! comme la neige a neigé!
Qu’est-ce que le spasme de vivre
A tout l’ennui que j’ai, que j’ai…

Emile Nelligan

Je suis la nouvelle Norvège D’où les blonds ciels s’en sont allés.

Je suis la nouvelle Norvège D’où les blonds ciels s’en sont allés.

Qu’est-ce que le spasme de vivre A tout l’ennui que j’ai, que j’ai…

Qu’est-ce que le spasme de vivre A tout l’ennui que j’ai, que j’ai…

Les étangs sommeillent
Les étangs sommeillent
Les étangs sommeillent
Les étangs sommeillent
Les étangs sommeillent
Les étangs sommeillent
Les étangs sommeillent
Les étangs sommeillent
Les étangs sommeillent
Les étangs sommeillent
Les étangs sommeillent
Les étangs sommeillent
Les étangs sommeillent
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
N
« Où-vis-je? où vais-je? ». Je ne résiste pas à « transformer l'émotion d'un poème », m'exposant ainsi à l'ire de Bernard : « Où-vis-je? où vais-je? à quel étage j'erre ? »
Répondre
N
Oui, oui, vous avez bien fait de citer, puisque confirmé par "Apprendre la philosophie", posant le ridicule de certaines questions philosophiques.
E
"à quel étage j'erre" je cite...
A gauche du paquet de fécule ...de patate bien sûr ☺
E
Jolies photos. Je vois que l'arbre vainqueur résiste.
Répondre
L
Croisons les doigts