Demain sera à nous.

par LES VOIVRES 88240  -  9 Janvier 2016, 09:15

We'll overcome tomorrow

C'est ce que les spectateurs du film "Demain" doivent se dire à la sortie, emportés tout là haut par une grande bouffée d'oxygène. En revenant de le voir, nous étions 4 dans la voiture, Annick, Pascale, Gerlinde et moi, à rêver, à empiler des oui, oui, oui , et des :

"-Tu as vu leurs légumes !

-Et l'école en Finlande !

- Et la monnaie locale dont se servent les artisans et les PME en Suisse.

-Et ceux qui font çà aux États-Unis

-Tu les as vu arriver les autres de Les Voivres et de La transition d'ici ?

- Ben non, je croyais qu'ils n'étaient pas là, en fait ils étaient aux premiers rang.

- Ouai, ils étaient tous là, Charlotte et Guillaume, Marie-Michèle et Jean-Luc, Adeline...

-Et Johnny des Colibris, c'est eux qui ont beaucoup relayé l'information avec Épinal en Transition."

Le bouche à oreille de mail avait bien fonctionné. Toutes les associations du monde alternatif avaient des représentants même si tous n'avaient pu entrer dans la salle pleine.

Rassurez vous, les responsables du Ciné Palace ont annoncé la diffusion d'autres séances cette semaine. Renseignez vous donc pour voir leur programmation.

" - Ils ont l'air de s'impliquer beaucoup dans le mouvement.

- Oui, et il y avait aussi des représentants de la municipalité d’Épinal"

Vosges Nature Environnement, La Souris Verte, Coalition Climat 88, Colibri 88, Les Jardins de Cocagne, Épinal en Transition, La Transition d'ici et combien d'autres, ont voulu montrer que Demain c'est eux aussi, que Demain c'est ici.

"- Épinal en Transition sont en train d'étudier pour créer une monnaie locale au niveau départemental.

-Il y en a un dans la salle qui a dit qu'à Nancy ils sont en train d'en faire une.

- Oui, et le suisse interrogé expliquait que si en Grèce ils en avaient une, toutes les aides que l'Europe leurs verse ne pourraient être réinvesties à l'étranger par les banques. "

L’Islande qui blackboule ses banquiers et son gouvernement.

Des villes qui se couvrent de jardins et de serres. Un jardin en permaculture en Normandie où ils produisent pour 57 000 € de légumes en année 3 sur 1 000 m².

Un intouchable, maire de sa ville en Inde qui construit des maisons mitoyennes pour tous les pauvres de sa ville, toutes castes confondues.

Des passants en Angleterre qui cueillent une tomate dans un bac d'incroyables comestible devant le poste de police.

Copenhague, objectif presque réalisé de 100% énergie renouvelable, des vélos, des transports en commun où l'on monte avec son vélo, des piétons.

Finies les routes nouvelles, elles ne servent qu'à mettre des voitures dessus.

40 000 entreprises aux États-Unis en partenariat avec une monnaie locale.

La Finlande du bois et ses enfants qui apprennent à apprendre. pas d'autres richesses que les forêts et des enfants heureux à l'école. Des classes de 15, plus des enseignants pour les élèves en difficulté.

Le Bhoutan 100 % d''énergies renouvelables et le bonheur inscrit dans le PIB.

« Non aux banquiers et aux gouvernements corrompus » crient pendant des mois les islandais. Et ils arrivent à les faire partir.

Un système de choix des responsables politiques par tirage au sort, comme en cours d'assise les jurés, serait plus efficace que des élections.

Une PME française qui ne veut pas engraisser ses actionnaires, qui recycle tout, un toit végétabilisé et des ruches, une usine de tri de déchets en Californie, du compost pour enrichir les terres agricoles. Deux équipes fières de travailler.

Des élèves finlandais sur un tourniquet, l'école est entièrement gratuite pour eux, même la cantine.

Esprits chagrins, traqueurs de contradiction, empêcheurs de créer nos rêves n'allez pas voir " Demain "

Allergiques aux bouffées d'oxygène, pessimistes convaincus, banquiers trop gras et politiques aux carnets d'adresses remplis de multinationales, n'allez pas voir « Demain »

S'il n'est pas trop tard faites tout pour que jamais ce jour n'arrive.

Peut-être est il déjà trop tard pour empêcher cela si l'on en juge par les dizaines de témoignages venant des personnes présentes hier soir ?

 

We'll overcome tomorrow

Une école pour apprendre à apprendre. Photos EvelyneUne école pour apprendre à apprendre. Photos Evelyne

Une école pour apprendre à apprendre. Photos Evelyne

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
E
"Je "titillais" Evelyne l'enseignante☺"
Mr Noël je ne lis que ce soir votre remarque. Vous avez tout à fait raison. Et même si Bernard n'est pas très pointu sur le sujet, j'affirme que la phrase est très mal tournée et aurait - en supposant que cela soit correct- nécessité l'emploi du subjonctif. Au moins...
Je ne chercherai pas d'excuses mais
PAS TAPER sur les doigts... ça ne se fait plus ☺
Répondre
L
L'important n'est pas le style mais le rythme. Les deux vont souvent ensemble mais pas toujours. Notre professeur de français nous disait que Flaubert lisait ses manuscrits à sa bonne illettrée. Si elle n'aimait pas il recommençait.
E
Chaque enfant a un potentiel énorme, mais il n'a pas la possibilité de le mettre en oeuvre car le système scolaire français n’apprend pas à avoir confiance en soi.
Dans les pays scandinaves, l'école offre cette assurance, cette force de puiser en soi. Elle ne pratique pas de sélection dès les premières années des apprentissages, elle réduit les inégalités.
Chaque enfant n’apprend pas de la même façon, il faut tenter d’individualiser le plus possible l’enseignement et offrir un climat où les enfants seront heureux et épanouis en exprimant toute leur personnalité affective, émotionnelle et intellectuelle. Il faut nous en donner les moyens aussi...
J'aime enseigner. Pourtant cela devient de plus en pus difficile. Les programmes chargés qui changent avant même qu'on puisse se les approprier et vérifier leurs résultats. C'est éprouvant et douloureux de se substituer aux parents qui n'ont plus trop confiance en nous, enseignants, d'ailleurs !
Mais tous ces moment de doutes, de lassitude sont balayés quand je réussis à donner de la lumière dans les yeux de mes élèves quand je leur raconte une histoire, en voyant celui-ci sourire parce qu'il a su lire ce mot qui semblait si difficile à déchiffrer ou encore dans les compositions plastiques comme le montrent les photos que Bernard a "casée" dans cet article, alors là je suis heureuse. Dans ma vie professionnelle, je me sens utile. Je crois en mes élèves malgré que tous les moyens ne sont pas réunis pour que tous réussissent. Le système éducatif français a encore fort à apprendre de ses voisins plus ou moins éloignés.
Répondre
L
D'accord je ne suis pas très pointu sur le sujet
N
Je "titillais" Evelyne l'enseignante☺
L
Please j'ai écrit malgré et je crois que dans mon article il y a bien des prohibitudes
N
« malgré que » : de mon temps, l'expression était prohibée...
L
J'avais déjà remarqué que dans la classe de Mme malgré ses compétences, son dynamisme, les enfants manquaient de confiance dans leurs capacité. A mon avis la faute à ce sacro saint programme qui est très rigide. Mais quand je vois la course aux cours particuliers actuelle je me demande si ce n'est pas voulu en haut lieu pour éliminer une partie des élèves.
N
Puisque, malgré le contexte où il n’est plus question que de déchéance de nationalité, révision de la constitution (vraiment de réels problèmes ou masques de fumée ?), une sorte de campagne présidentielle prématurée, l’heure est à l’optimisme, je voudrais, moi aussi, participer à la "liesse générale" et à cet optimisme vivifiant du blog en citant un motif de satisfaction que je viens de découvrir dans le journal Ouest-France de ce matin.
Il s’agit d’une fille, Audrey Barbaud, qui a du cran, originaire de Bourgogne mais Bretonne d’adoption… pour le moment. J’écris pour le moment car elle est plutôt une sorte de citoyenne du monde, grande voyageuse, pas - hélas - avec un âne, ce qui n’est déjà pas si facile, mais en fauteuil roulant.
Vous me direz qu’elle n’a s pas-grand-chose à voir avec Les Voivres mais je suis pratiquement sûr que son blog
http://roulettes-et-sac-a-dos.com:
intéressera Diana Kennedy notre "baroudeuse des Pouilles", Evelyne notre amoureuse de la Colause et de son atmosphère magique, la photographe "professionnelle" de ce blog Sylvia von Kaenel et bien d’autres également, sans doute un peu tristes – parce que femmes et admiratrices de l’art en général - que le couturier Courrèges, promoteur de la minijupe et des robes-trapéze, ait aussi, après un chanteur, un acteur et un musicien,. tiré sa révérence.
Répondre
E
Merci de nous avoir fait part du blog d'Audrey.
Quelle énergie malgré son handicap !
Audrey = Positive attitude <3
L
Pour Audrey : +++