Almanach Le Pélerin 1916

par LES VOIVRES 88240  -  26 Janvier 2016, 04:24  -  #HISTOIRE

Pierre Broggini m'a prêté un almanach datant de l'année 1916.

Bravo vous êtes forts en calcul mental, il a 100 ans.

Vous êtes même sans doute plus forts que moi car, quand il me l'a donné, je me suis dit :

"-Mais c'est bien sûr, 1916, Verdun, ils ne passeront pas ! On va tout savoir."

Pas la peine de rigoler, autrement j'arrête là. L'almanach 1916 relate les événements qui se sont déroulés en 1915, donc il n'est pas question de Verdun.

Il n'est même presque pas question de la Grande Guerre en 1915.

On cite Maurice Barrés vantant l’héroïsme d'un mort. Je le retiens Maurice Barrés, avec 100 comme lui, on dépeuple un pays, on envoie tout le monde se faire trucider au nom de la France en oubliant un peu vite que seuls les académiciens sont immortels.

Dans les récits sur la guerre de 14-18, je préfère nettement, Dorgeles ou Genevoix qui ont eux payé de leur personne et savaient de quoi ils parlaient quand ils racontaient toute l'horreur des tranchées.

On parle aussi de Jeanne d'Arc, heureusement que l'on a eu Jehanne, elle est sympa, toutes les sauces, tous les drapeaux lui conviennent. On évoque un premier communiant exemplaire. On tartine le tout avec des blagues ékkulées sur l'armée allemande qui se saigne dans des attaques aussi vaines que meurtrières, pour elle bien entendu, contre les armées françaises, anglaises, russes, italiennes ou serbes. Celles ci partent à l'offensive tous les matins et tous les soirs campent sur les positions reconquises.

Ce mythe de l'offensive auxquels se cramponnaient tous les états-majors et leurs si glorieux maréchaux et généraux a valu à nos soldats d'avoir à supporter toutes les souffrances de tranchées mal emménagées et en première ligne. Il ne fallait pas s'installer dans le grand confort qui amollit la troupe.

Un Martien qui arriverait et tomberait sur cet almanach aurait du mal à comprendre que 1915 fut en fait le plus bel exemple de boucherie que l'homme avait alors inventé.

Une broutille, un petit rien.

Que l'on se rassure, il a fait mieux depuis.

Dès 1916.

Comme le rappelle le Pèlerin, ces deux années de guerre n'auront pas été inutiles puisqu'elles auront permis d'améliorer très rapidement l'armement et l'art de tuer.

Et ce même martien ce serait sans doute indigné que dans un pays en guerre, des civils dont les frères, les maris, les fils ou les pères mouraient par dizaines de milliers puissent supporter de lire des propos aussi lénifiants, aussi éloignés de la réalité.

Si cet observateur revenait aujourd'hui, comment pourrait il croire, alors que maintenant chaque citoyen français est saturé d'informations, qu'aux lendemains d'attentats qui ont fait 130 morts, nos gouvernants réussissent à nous faire gober que la menace d'une déchéance de nationalité va faire reculer des barbares ? Qu'en arrêtant quelques écologistes plus ou moins revendicateurs, le risque d'une nouvelle tuerie va être supprimée ?

Il y a 100 ans les obus allemands n'éclataient pas, l'armée française continuait son offensive victorieuse.

C'est toujours la même chose, le même bourrage de crâne, un tss, tss ! quel vilain garçon vous fûtes ! censé mettre à genoux un terroriste.

Et pourtant rien ni personne ne devrait pouvoir nous mentir et nous tromper.

Nous en 2016, nous sommes bien informés.

Que pouvaient penser les veuves Munier, Golbain et autres, Mr Noël Jean vous dira leurs noms mieux que moi, elles qui avaient vu Michel Fournier s'arrêter devant leur porte, hésiter avant d'entrer pour délivrer son message de mort, que pouvaient elles penser en lisant cet almanach ?

Et celles qui tremblaient en attendant d'apprendre la terrible nouvelle.

Ce serait leurs faire insulte que de croire qu'elles allaient verser une larme à l'annonce de la mort de sieur Deroulède ou aux envolées creuses de l'Immortel Barrés.

Et pourtant c'est ce que l'on voudrait nous faire admettre.

Mais d'un autre côté il serait intéressant de se demander pourquoi, par qui cet almanach était acheté ? Et ce serait sans doute réducteur de dire que tous les lecteurs étaient des personnes qui approuvaient cette guerre et étaient prêtes à en supporter tous les malheurs qu'elle engendrait.

Peut-être que tout simplement, ayant assez souffert, connaissant déjà le vrai visage de cette boucherie par toutes les lettres que les soldats envoyaient à leurs familles, n'avaient ils pas envie de se plonger dans des récits d'autres souffrances.

C'est peut être nous en 2016 qui, aveuglés par les médias et les discours officiels sommes plus dénués de jugement que les lecteurs du Pèlerin en 1916.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
N
« Mr Noël Jean vous dira leurs noms mieux que moi » : ce n'est pas forcément exact mais, baignant dans une étrange atmosphère depuis mardi (message de Bernard) et la veille (rediffusion du téléfilm "l'Orange de Noël"), je vais poster un message sur mon blog, reprenant quelques uns des éléments de ce billet. Pour ce qui est de Verdun et bien que tout ou presque en ait été dit, je tâcherai d'en parler aux alentours du 20 février prochain.
Répondre
L
Je n'ai pas pu le scanner à cause de la façon dont il était relié il n'était pas possible de le mettre à plat
N
Exact, mais ce n'est pas ce que j'ai voulu dire. Je pense surtout qu'en plus de vos compétences parfaitement reconnues, vous avez aussi l'avantage d'être sur place : archives mairie et départementales éventuellement, contact avec les personnes ayant encore entendu parler de cette époque, etc.
Pourquoi ne pas nous faire profiter tant de l’almanach que du cahier d’écolier à travers quelques "scans" ?
L
J'ai quand même les liens avec vos deux articles où vous donnez leurs noms
B
Oui, ÉVELYNE, ce document est précieux, comme ce cahier d'écolier en ma possession: cahier spécial de devoirs mensuels réservé à l'écolier Albert Pernot né le 18/8/1872, école communale d'Haudompré, cours supérieur, date: 11/11/1884 ( à cette date, on ne parlait pas de l'armistice), en 1ère page: extrait de l'arrêté du 27/7/1889, cahier destiné recevoir les devoirs mensuels pendant la durée complète des 3 cours, élémentaire, moyen et supérieur. Il y a les problèmes, dictées, rédactions, etc... note et visa de l'instituteur, à l'encre rouge, bonne marche, soignez votre écriture et cependant quelle écriture, les majuscules avec les déliés !! La lecture de ce cahier est un régal !!
Si d'aventure, vous passiez à Harsault, je vous le montrerais.
Répondre
E
Monsieur Broggini,
J'imagine comme ce cahier doit être un pur délice à feuilleter. Je prends en note votre invitation et passerai vous voir un prochain jour où nous viendrons par chez vous. Merci
J'annote souvent les cahiers de mentions relatives au soin à apporter en écriture mais je ne vois pas d'améliorations flagrantes. Je vois le temps passé en écriture dirigée avec les CP pour leur montrer comment les lettres doivent être formées, la liaison entre elles et sans négliger le respect des interlignes pour arriver, deux ans après, à me retrouver face à des cahiers de ces mêmes élèves où de nombreuses lettres n'ont plus la forme qu'elles devraient avoir.
Mais bon, je crois en la Chanson des Cerises que je nommerais volontiers en 2016 la chanson d'Ipono :-)
L
Je vous remercie encore pour le prêt de cet almanach. J'aurais aimé faire comme avec les cahiers de La Chanson des Cerises mais ce n'était pas possible. Peut-être vous même vous souvenez vous d'avoir entendu des témoins de cette époque parler et quels étaient leurs sentiments. C'est çà qui serait intéressant aussi pour comparer avec cet almanach
E
C'est un document précieux que cet almanach.
Cet article m'a fait feuilleter celui que j'ai dans ma bibliothèque : le grand messager boiteux de Strasbourg de mon année de naissance. On est loin de 1916 mais l'année se termine aussi par 6...!
Répondre
L
Précieux comme document mais je n'aime pas trop ce style tout va très bien madame la marquise alors que tout n'allaient pas très bien. Mais à l'époque beaucoup de permissionnaires s’indignaient déjà de cela.