Harcèlement

par LES VOIVRES 88240  -  24 Septembre 2015, 05:30  -  #Ecole

Harcèlement

Une élève s'est plaint de harcèlement.

A ses parents, à ses amis, à son entourage.

Elle a eu la chance ou le courage d'en parler alors que malheureusement dans la plupart des cas les victimes se taisent.

Parce qu'elles ont honte, parce qu'elles se sentent dévalorisées, parce qu'elles ont peur, peur que personne ne les croit, peur de s'attirer encore plus la vindicte du bourreau, peur d'être sanctionnées par les responsables de l'établissement.

Une victime s'est forcément suspect.

Une équipe s'est mise en place pour l'écouter et lui donner des conseils pour qu'elle puisse rapporter ces faits aux personnes qui pourront intervenir efficacement.

J'entends déjà certains s’exclamer :

" - Mais enfin, c'est scandaleux, le gestionnaire de lesvoivres882440 n'a que ce mot en tête, Dénoncer. Où est la liberté d'expression ? C'est pire que sous la Gestapo ou la Stasi ! "

N'en déplaise aux donneurs de leçons, en cas de harcèlement la seule chose qui permette à un scolaire de trouver une solution est d'en parler, à ses parents, à ses amis et surtout aux responsables de son établissement, au CPE ou encore à la permanence d'un psychologue conseiller d'orientation .

Si personne n'est au courant, personne ne pourra agir, il ne faut donc pas que l'élève craigne d'être taxé d’exagération ou de jouer les fauteurs de troubles. Il doit raconter ce qu'il vit à quelqu'un. Évidemment, à ses parents en premier, sauf que c'est souvent à eux qu'il est le plus difficile de se confier et eux mêmes ne sauront pas forcément quoi faire. Mais il ne doit pas se dire que nul ne peut être à son écoute. Il y a toujours quelqu'un.

Mais tout cela n'est que des mots et du brassage de vent. Car dans la réalité, trop d’élèves se taisent jusqu'à ce que brusquement un drame se déclenche.

Baisse des résultats scolaires, déprime et parfois suicide.

C'est pour cela que tout l'entourage de l'enfant, les parents, les éducateurs, se doit d'être vigilant, et ne pas rester sans réagir devant les signes qui peuvent indiquer un mal être.

Quand une élève se plaint de harcèlement ce n'est déjà plus un signal, c'est une alerte rouge et il devient urgent de faire intervenir les personnes compétentes.

Il faut que le ou les responsables puissent être désignés par l'élève ou par ses parents, pour qu'ils soient ensuite surveillés et éventuellement transférés dans une autre école.

Alors avant d'accuser de censure, avant de pousser des cris d'orfraies, avant de hurler à la mort , de demander à voir des preuves d' insultes ou de messages dégradants , de vouloir des comptes rendus de médecins ou des photographies d'hématomes demandez vous tout simplement, vous qui prétendez agir au nom de la liberté d’expression , vous qui ne reconnaissez en fait qu'une seule loi, celle du plus fort, si vos enfants, vos enfants adorés ne font pas partie, eux aussi, des victimes ou des bourreaux.

Il y une chance sur cinq pour que cela soit soit un jour le cas.

Et quand vous apprendrez que cela vous est tombé dessus, vous serez comme les copains.

Bien mal.

Ce n'est pas nécessaire de donner le nom de cette élève car vous la connaissez très bien.

Elle, ou un autre élève dans la même situation, dans la même souffrance.

Vous la connaissez car elle habite dans votre commune, dans votre quartier, peut-être même sous votre propre toit et à l'heure où vous lirez ces lignes, sera t elle dans sa chambre à quelques mètres de vous en train de ressasser une journée noire de plus, en essayant de trouver la force d'en affronter une autre qui sera encore plus noire ?

C'est pour cela, parce que le pire est toujours possible, parce que ce possible se réalise trop souvent, que parler aux responsables de l'établissement est la seule solution quand l'intégrité ou la vie d'un enfant sont menacées.

Menacées par un dealer, par un pédophile, par un bourreau.

Mais trop souvent la politique de l'autruche reste la règle. Ha oui, de temps en temps, une ou deux fois par an, en allant sur facebook vous serez invités à vous mettre en rang par deux et à cliquer "J'aime" sous la photo relatant un tel drame qu'un de vos amis facebookien a partagée.

Quelle incongruité d'ailleurs dire " J'aime" pour exprimer son indignation. Vous aurez donc, ayant lavé plus blanc que blanc votre linge sale de 6 mois, gagné le droit de montrer du doigt ceux qui veulent jouer les empêcheurs de harceler en rond.

Vous oubliez cependant qu'en vous taisant vous êtes complices et qu'au regard de la loi vous pouvez être accusés de non assistance à personne en danger.

Et vos trous de mémoire n'empêcheront, qu'au jour du Jugement, Christ vous demande :

" _ Qu'avez fait de mes petits, vous qui les avez laissés assassiner ? "

Harcèlement
Harcèlement

L'éducation nationale fait de nombreuses campagnes pour sensibiliser adultes et professeurs au problème du harcèlement et l'attitude que nous sommes tenus d'avoir n'est surtout pas d'ignorer la chose. Les professeurs et les surveillants doivent écouter et entourer, soutenir ceux qui se plaignent et non les menacer de sanction.

Il est souvent difficile de prouver le harcèlement et les disputes entre élèves sont souvent confuses, viennent de loin et sont difficiles à régler mais si un élève a été surpris plusieurs fois en train d'en tabasser d'autres, il devrait y avoir exclusion de ce dernier.

Autre chose, il est important d'avoir un contact avec les parents qui doivent être les premiers juges de l'affaire car ce sont eux qui pourront aller porter plainte contre l'élève en question. Si il y a coups, les parents doivent à chaque fois amener l'enfant chez le médecin pour faire attester les coups.

Je pense que porter plainte est la meilleure chose à faire et il faut aussi que les parents se réunissent autour de l'enfant avec des adultes à même de porter l'affaire plus haut.

En espérant t'avoir apporté quelques conseils.

Harcèlement
Harcèlement

En cas de harcèlement avéré,

déjà en parler à l'équipe éducative (surveillants et professeurs) si ça se passe au collège et apporter si possible des preuves (preuves qui peuvent aussi être apportées une fois que les adultes seront plus vigilants face au problème.)

Elle doit garder tous les messages, mails et lettres insultantes s'il y en a, les photocopier et les montrer à ses parents et aux adultes de confiance qui l'environnent.

Ensuite, les parents peuvent porter plainte contre x ou contre la personne ou les personnes à l'origine du harcèlement. La première chose à faire en tout cas est d'alerter l'entourage adulte de l'adolescente pour qu'ils agissent concrètement.

Harcèlement
Harcèlement

Bonsoir

Es tu certain qu'elle va mieux?

Ne pas se battre d'accord!

Mais de l'aide il lui en faut, elle doit continuer d'en parler, pour trouver une solution...

Merci pour cette jeune fille.

A t'elle écrit à sa prof principale?

.

Mais il faut qu'elle continue à se confier comme elle a réussi à le faire.

Harcèlement
Harcèlement

Bonjour

J'ai lu avec attention votre message. Le problème relaté n'est pas à prendre à la légère....la jeune s'est confiée à un adulte, c'est plutôt bien, c'est qu'elle a confiance.

Je serai à .........................., nous pourrons en reparler plus tranquillement.

Si vous avez d'autres contacts avec la jeune, c'est peut être la rassurer et lui dire qu'elle a eu raison de se confier, que peut être d'autres jeunes subissent eux aussi du harcèlement et ne disent rien..... que des adultes vont l'aider pour que cela puisse s'arrêter et qu'elle aille au collège sereinement.

Bonne journée

Vous pouvez consulter les sites mis en place par l'éducation nationale sur ce thème : halte au harcèlement.gouv

Harcèlement
Harcèlement

Si elle demande de l'aide, c'est qu'elle doit être à bout!!!​

Trop de jeunes n'osent pas en parler, mais il faut qu'ils trouvent la bonne oreille!!!

Surtout ne pas la laisser seule dans sa détresse.

Si le proviseur ne veux pas l'entendre, ce qui n'est pas normal, elle doit en parler à son prof principal, écrire sur un papier, son mal être et lui donner discrètement.

En en tête de lettre : Besoin d'aide à Mr le proviseur et professeur principal

Le faire dès demain et bien leurs faire comprendre qu'ils sont là pour lui venir en aide, qu'elle n'aurait pas envie d'appeler le numéro d'aide.

Tiens moi au courant.

Harcèlement
Harcèlement
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :