Le Pont des Fées

par LES VOIVRES 88240  -  19 Août 2015, 06:12  -  #HISTOIRE

Construction d'un pont romain mixte,  piles en pierres et  tablier en bois sur le Danube.

Construction d'un pont romain mixte, piles en pierres et tablier en bois sur le Danube.

Le Pont des Fées est un des seuls vestiges répertoriés à Les Voivres, datant des temps anciens. Mais l'histoire de la commune jusqu'à ces dernières années n'a jamais fait l'objet d'études approfondie de la part de ses habitants. Pour cette raison elle est très mal connue par ceux-ci et c'est souvent un mélange de rumeurs et de faits réels, de légendes et de transmission orale.

Il en est ainsi pour le Pont des Fées. Selon certains, il porte ce nom car il a été construit par des fées, selon d'autres, ces vestiges datent de l'époque gallo-romaine.

Nous allons essayer d'aborder ce sujet avec une rigueur toute scientifique afin de déterminer qui a tort et qui a raison.

Étudions tout d'abord la première hypothèse selon laquelle des fées auraient construit ici un pont.

Les gens de Les Voivres sont des ruraux, ils ont les pieds sur terre et beaucoup de bon sens. Dans leur grande majorité, ce sont des gens posés qui n'ont pas pour habitude de raconter des sornettes. Nous pouvons donc affirmer sans risque d'erreur, que quand ils appellent cet endroit Le Pont des Fées, c'est simplement parce que ces dames hantent régulièrement les lieux. Mais ils savent très bien qu'elles sont munies d'ailes et qu'elles n'ont nul besoin de passer sur un pont pour franchir le Coney.

De plus contrairement aux nains, ce ne sont pas un peuple de bâtisseuses.

Ainsi puisque ce ne sont des fées qui ont édifié un pont ici, ce sont des hommes.

CQFD

Mais quels hommes ?

Le docte abbé C. Olivier chassé de son couvent par la loi de séparation de l'église et de l'état en 1905, entreprit pour meubler son inactivité, nous parlerions maintenant de chômage technique, d'écrire son " Histoire de Bains les Bains ". Comme en ces temps reculés, Les Voivres étaient balnéens, il se penche sur cette question et voici ce qu'il en dit.

Les romains auraient, certainement à la fin du IV siècle, commencé de construire de part et d'autre du Coney une chaussée qui conduisait à un pont franchissant la rivière. Lors du creusement du canal l'ingénieur en chef Le Vaillant décrit celle ci que les ouvriers ont du démolir :

:-" Ce sont des blocs de très grande dimension, choisis dans leur espèce, réguliers dans leur forme et soignés dans leur taille ; tous portent dans leur centre l'entaille appelée louve* ou coche, au moyen de laquelle les anciens mettaient facilement et sans fracture aucune, ces grandes masses de pierre.

Une grande partie des pierres offrent en outre une ou plusieurs excavations le plus souvent verticales, destinées à contenir des crampons de fer."

Plus d'une centaine de blocs gisent encore autour de la chaussée, les uns prêts à être mis en place , les autres seulement ébauchés.
Si des pierres gisaient dans le lit du Coney il n'a pas été trouvé de traces de la construction de piles destinées à soutenir le tablier du pont et qui auraient été rendues nécessaires par la largeur de la rivière, 10 mètres. Ce tablier aurait été très certainement en bois selon la technique de l'époque. Ces travaux furent sans aucun doute interrompus par les invasions comme beaucoup d'ouvrages dans la région.

Le Pont des Fées devait faire partie d'une route qui aurait été établie après les ouvrages d'art, pour relier sans doute Escles à une localité de la rive gauche, probablement Bains les Bains et s'embrancher là sur la voie de Saint-Loup à Xertigny.

* En fait la louve est l'instrument qui placé dans cette entaille ou ce trou permet de lever les pierres.

Le Pont des Fées
Le Pont des Fées
Le Pont des Fées
Le Pont des Fées
Le Pont des Fées
Le Pont des Fées
Le Pont des Fées
Le Pont des Fées
Le Pont des Fées
Le Pont des Fées
Le Pont des Fées
Le Pont des Fées
Le Pont des Fées
Le Pont des Fées
Le Pont des Fées
Le Pont des Fées
Le Pont des Fées
Le Pont des Fées
Le Pont des Fées
Le Pont des Fées
Le Pont des Fées
Le Pont des Fées
Le Pont des Fées
Le Pont des Fées
Le Pont des Fées
Le Pont des Fées
Le Pont des Fées
Le Pont des Fées
Le Pont des Fées
Le Pont des Fées
Le Pont des Fées
Le Pont des Fées
Le Pont des Fées
Le Pont des Fées
Le Pont des Fées
Le Pont des Fées
Le Pont des Fées
Le Pont des Fées
Le Pont des Fées
Le Pont des Fées
Le Pont des Fées
Le Pont des Fées
Le Pont des Fées
Le Pont des Fées
Le Pont des Fées
Le Pont des Fées
Le Pont des Fées
Le Pont des Fées
Le Pont des Fées
Le Pont des Fées
Le Pont des Fées
Le Pont des Fées
Le Pont des Fées
Le Pont des Fées
Le Pont des Fées
Le Pont des Fées
Le Pont des Fées
Le Pont des Fées
Le Pont des Fées
Le Pont des Fées
Le Pont des Fées
Le Pont des Fées
Le Pont des Fées
Le Pont des Fées
Le Pont des Fées
Le Pont des Fées
Le Pont des Fées
Le Pont des Fées
Le Pont des Fées
Le Pont des Fées
Le Pont des Fées
Le Pont des Fées
Le Pont des Fées
Le Pont des Fées
Le Pont des Fées
Le Pont des Fées
Le Pont des Fées
Le Pont des Fées
Le Pont des Fées
Le Pont des Fées
Le Pont des Fées
Le Pont des Fées

Mais cet endroit est tellement beau qu'il vaut mieux venir s'y promener plutôt que de se plonger dans de vieux grimoires pour le découvrir.

L'invitation au voyage

Mon enfant, ma soeur,
Songe à la douceur
D'aller là-bas vivre ensemble !
Aimer à loisir,
Aimer et mourir
Au pays qui te ressemble !
Les soleils mouillés
De ces ciels brouillés
Pour mon esprit ont les charmes
Si mystérieux
De tes traîtres yeux,
Brillant à travers leurs larmes.

Là, tout n'est qu'ordre et beauté,
Luxe, calme et volupté.

Des meubles luisants,
Polis par les ans,
Décoreraient notre chambre ;
Les plus rares fleurs
Mêlant leurs odeurs
Aux vagues senteurs de l'ambre,
Les riches plafonds,
Les miroirs profonds,
La splendeur orientale,
Tout y parlerait
À l'âme en secret
Sa douce langue natale.

Là, tout n'est qu'ordre et beauté,
Luxe, calme et volupté.

Vois sur ces canaux
Dormir ces vaisseaux
Dont l'humeur est vagabonde ;
C'est pour assouvir
Ton moindre désir
Qu'ils viennent du bout du monde.
- Les soleils couchants
Revêtent les champs,
Les canaux, la ville entière,
D'hyacinthe et d'or ;
Le monde s'endort
Dans une chaude lumière.

Là, tout n'est qu'ordre et beauté,
Luxe, calme et volupté.

.
Charles Baudelaire

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
N
- Rectificatif : lire Moulin Rouvart au lieu de Moulin du Rouart.
- Pour les liens : mettre en surbrillance le lien, souris clic droit puis clic sur "Ouvrir le lien"
Répondre
N
► Trouvé dans :
http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k55053728/texteBrut
Le Pont-des-Fées de Bains.
Dans son ouvrage : Le Département des Vosges, Léon Louis le cite comme ruine, avant d'en parler comme il suit :
Le Pont-des-Fées, récemment détruit par les ingénieurs et entrepreneurs du Canal de l'Est, et qui était situé près de Bains, sur le territoire des Voivres, était un ouvrage du IVe siècle, d'après M. Voulot

► Je me permets de donner le lien vers l'ouvrage très intéressant du « docte abbé C. Olivier » :
http://gerard.beuchot.free.fr/Genealogie/Histoire/Bains-les-Bains_Abbe_Olivier_part_1.pdf
On y trouve, entre autres, une explication sur l'origine possible de "La Colause" et on y découvre - sans autres détails, hélas - que le Moulin des Voivres s'est appelé le Moulin du Rouart.
► L'invitation au voyage : beau poème, mis en musique par Léo Ferré, mais existe-t-il, pour vivre ensemble, un pays idéal ?
Répondre
L
Moulin rouvart : rouvart entre autre sens en vieux français voulait aussi dire rouvert
il pourrait s'agir d'un moulin qui fonctionnerait de nouveau et c'est tout à fait possible que de rouvart on ait glissé à Voivres
N
Pages non moins intéressantes sur Les Voivres :
http://gerard.beuchot.free.fr/Genealogie/Histoire/Bains-les-Bains_Abbe_Olivier_part_2.pdf
L
Merci
N
Et pour faire bonne mesure, j'ajoute un lien permettant de mieux connaître cet abbé :
https://fr.wikipedia.org/wiki/Constant_Olivier
N
Bien sûr, mais on fait avec les archives que l'on trouve. L'ouvrage était consacré à la ville de Bains-les-Bains et les quelques pages et les croquis traitant du "Pont des fées" ainsi que les lignes sur Les Voivres et les environs ne sont pas à négliger.
L
J'ai bien peur que le brave ait quelques peu oublié son enseignement chrétien car il est manifeste qu'il donne très peu d'explications pour Les Voivres. Je pense que la séparation de la commune avec Bains les Bains n'a pas été pardonnée.