Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
LES VOIVRES 88240

Quand le Val de Vôge a décidé qu'il ne voulait pas mourir

Ce jour là

J'étais arbre j'étais source

J'étais arbre j'étais source

Communiquer ii

Ce jour-là

J'étais arbre j'étais source
J'étais herbes j'étais pierre
J'étais toi j'étais nous

Ce jour-là

à perdre écailles à perdre lianes

à perdre murs

En mille milliards de voies

J'étais partout!

La ville trempa sa nuit dans nos gorges
Le temps émietta ses frontières
Les murs larguaient leurs toits

Nous étions nous et nous n'étions personne
Nous perdions trace de tout ce qui nous nommait

La terre virait virait
Vers je ne sais quelle plage
Vers je ne sais quel monde
Plus dur plus doux?

Au fond des fonds de nous
Les étangs du silence
Répandaient dans nos veines
La seule réponse à tout.


Poèmes d'Andrée Chedid

J'étais herbes j'étais pierre

J'étais herbes j'étais pierre

à perdre écailles à perdre lianes

à perdre écailles à perdre lianes

à perdre murs

à perdre murs

En mille milliards de voies
En mille milliards de voies

En mille milliards de voies

J'étais partout!

J'étais partout!

Les murs larguaient leurs toits

Les murs larguaient leurs toits

Au fond des fonds de nous Les étangs du silence

Au fond des fonds de nous Les étangs du silence

Photos Sylvia von Kaenel et Bernard Munier
Photos Sylvia von Kaenel et Bernard Munier
Photos Sylvia von Kaenel et Bernard Munier
Photos Sylvia von Kaenel et Bernard Munier
Photos Sylvia von Kaenel et Bernard Munier
Photos Sylvia von Kaenel et Bernard Munier
Photos Sylvia von Kaenel et Bernard Munier
Photos Sylvia von Kaenel et Bernard Munier
Photos Sylvia von Kaenel et Bernard Munier
Photos Sylvia von Kaenel et Bernard Munier
Photos Sylvia von Kaenel et Bernard Munier
Photos Sylvia von Kaenel et Bernard Munier
Photos Sylvia von Kaenel et Bernard Munier
Photos Sylvia von Kaenel et Bernard Munier
Photos Sylvia von Kaenel et Bernard Munier
Photos Sylvia von Kaenel et Bernard Munier
Photos Sylvia von Kaenel et Bernard Munier
Photos Sylvia von Kaenel et Bernard Munier
Photos Sylvia von Kaenel et Bernard Munier
Photos Sylvia von Kaenel et Bernard Munier
Photos Sylvia von Kaenel et Bernard Munier
Photos Sylvia von Kaenel et Bernard Munier
Photos Sylvia von Kaenel et Bernard Munier
Photos Sylvia von Kaenel et Bernard Munier
Photos Sylvia von Kaenel et Bernard Munier
Photos Sylvia von Kaenel et Bernard Munier
Photos Sylvia von Kaenel et Bernard Munier
Photos Sylvia von Kaenel et Bernard Munier
Photos Sylvia von Kaenel et Bernard Munier
Photos Sylvia von Kaenel et Bernard Munier
Photos Sylvia von Kaenel et Bernard Munier
Photos Sylvia von Kaenel et Bernard Munier
Photos Sylvia von Kaenel et Bernard Munier
Photos Sylvia von Kaenel et Bernard Munier
Photos Sylvia von Kaenel et Bernard Munier
Photos Sylvia von Kaenel et Bernard Munier
Photos Sylvia von Kaenel et Bernard Munier

Photos Sylvia von Kaenel et Bernard Munier

Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
N
Le pur hasard a fait que, précédemment à la lecture de ce message me poussant à quelques recherches sur Andrée Chedid telles que, par exemple :<br /> « Si elle retourne sans cesse à la poésie comme à une source essentielle, avec ses romans (Le sommeil délivré, le sixième jour, L'Autre, La cité fertile...) elle a créé un monde où des êtres en but au malheur, à la tragédie, affirment toujours l'espoir d'un monde meilleur et font de la vie un bien précieux, une conquête. Face au consensus de la défaite et de l'abandon, son œuvre constitue une troublante exception. » (France Culture),<br /> je venais de découvrir sur le Net cette information sur un ressortissant de Les Voivres :<br /> • BOURGEOIS (Florent) Voivres : « BOURGEOIS (Florent) Né vers 1798 Lieu de naissance : Les Voivres (Vosges) Profession : Maréchal ferrant Emprisonné au bagne de : Toulon Date d’évasion : 27 juillet 1822 Date d’arrestation : 12 août 1822 Condamné pour : Vol aux travaux forcés à perpétuité <br /> F/7/10232, dossier 12500 A ».<br /> Je me dis donc, que condamné pour vol aux travaux forcés à perpétuité, il lui a sans doute fallu une bonne dose « d'espoir d'un monde meilleur » pour supporter cette peine très certainement injuste, en tout cas comparée à ce que l'on peut constater de nos jours. Je sais bien qu'il faut toujours replacer les choses dans leur contexte mais, tout de même, quoi qu’ait fait ce Voivrais d'origine, la condamnation me parait bien sévère.<br /> Ce serait intéressant si on pouvait avoir plus de détails sur cette affaire mais les années 1800 sont bien loin...
Répondre
N
Oui, sauf que Jean Valjean a une trentaine d'années en plus et qu'il est surtout un personnage de roman, ce que n'est évidemment pas notre Voivrais.
L
Ce serait un compatriote de Jean Valjean