Nom de code Pluto

par LES VOIVRES 88240  -  3 Juillet 2015, 06:09  -  #HISTOIRE

Nom de code Pluto

Dans son recueil sur l'Histoire de Les Voivres, Marie Houillon évoque le pipeline posé par les alliés qui avaient construit une station de pompage au Beaulieu.

C'était une branche de celui conçu pour le débarquement afin de pallier le manque de ports opérationnels en France et l'infrastructure routière et ferroviaire du pays désorganisée. Partant d'Angleterre il traversait la Manche sur le fond marin et alimentait les armées , progressant pratiquement au même rythme qu'elles. Ces installations, servirent encore quelques temps après la guerre.

Des stations de pompages installées à intervalles réguliers permettaient de maintenir la pression nécessaire pour acheminer le carburant.

C'est là que les militaires, chauffeurs des camions citernes ou transportant des jerrycans venaient faire le plein. Des civils pouvaient également avoir droit à la précieuse essence avec une autorisation.

Ceux qui n'en possédaient pas utilisaient le système D pour se ravitailler. Régulièrement des fuites provoquées ou non se produisaient. Chacun venait avec ses récipients pour les remplir autant que possible.

D’après les souvenirs des habitants de Les Voivres cette station de pompage était le théâtre de tous les trafics et le carburant qui était pourtant vital pour les armées se trouvait dilapidé et gâché dans des proportions énormes.
Certains, en évoquant cet endroit, parlaient d'une mare de boue.

Ces récits concordent parfaitement avec celui de Mr Bernard Lemière (voir lien )

Nom de code Pluto
Nom de code Pluto
Nom de code Pluto
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
B
Effectivement, l'armée américaine avait réalisé un pipeline, lequel, venant de Bains les Bains, traversait Les Voivres, en dehors du village, côté forêt de la Michotte, puis près de la petite maison située sur le chemin du Grand Bois pour rejoindre la station de pompage située approximativement à l'emplacement de la maison d'André FRECHIN, géré par un sergent américain à qui j'allais rendre visite de temps en temps. À ma connaissance, il y a une petite fuite dans le jardin de la maison précitée sans possibilité de prélèvement de carburant, par contre à Rasey, il y a eu un incendie en dessous de la ferme Frenot, provoqué peut-être par un malicieux personnage désirant se procurer du carburant à bon compte. Je crois qu'il y avait un centre de dépotage au Roulon, il y avait des milliers de jerrycans entassés sur le bord du chemin menant à Epinal.
Répondre
N
C'est, en effet, sur cet article du journal "Ouest-France" sur lequel j'étais tombé hier, en faisant quelques recherches, après avoir aperçu (furtivement) l'ébauche de ce message.
Heureusement, malgré « cette station de pompage (qui) était le théâtre de tous les trafics », la commune des Voivres n'a jamais connu le destin tragique de populations, avides d'or noir, comme parfois en Irak ou pire encore au Nigéria, tel que rapporté ci-dessous :

Plus de 200 morts après l'explosion d'un pipeline au Nigeria
Le Monde.fr avec AFP, AP et Reuters Le 26.12.2006 à 15h05 • Mis à jour le 27.12.2006 à 07h30

« Plusieurs centaines de personnes ont trouvé la mort, mardi 26 décembre, dans l'explosion d'un oléoduc à Lagos, la capitale économique du Nigeria. De nombreux corps étaient visibles à travers la fumée, tandis que les pompiers luttaient contre le feu qui a pris dans le quartier d'Abule Egba, au nord de la ville.

En fin d'après-midi, la Croix-Rouge nigériane a estimé que 269 personnes ont été tuées dans la catastrophe. "Nous avons récupéré tous les corps", a déclaré, mardi soir, Abiodun Orebiyi, secrétaire général de l'association humanitaire. Une soixantaine de personnes, grièvement brûlées, ont été hospitalisées, a-t-il ajouté. Auparavant, un autre responsable de la Croix-Rouge avait prévenu que le nombre de blessés risquait d'être "bien plus élevé", car selon lui, dans ce type d'accident, beaucoup "se cachent par crainte de poursuites". Selon Otunba Odubgesan, ancien président de la Croix-Rouge de Lagos, le nombre de blessés s'élèverait à plus de 300.

PÉNURIE D'ESSENCE DANS LE PAYS

La police de l'Etat de Lagos a établi un cordon de sécurité autour de la zone et les télévisions nigérianes diffusaient des messages demandant l'évacuation des riverains présents sur les lieux de l'explosion. L'accident s'est produit aux premières heures de la matinée à Abule Egba, a-t-on indiqué de source policière. "La vandalisation d'un oléoduc a entraîné un incendie", a-t-on poursuivi de même source.

Des témoins ont dit avoir vu des hommes non identifiés venir mardi tôt dans la matinée pour voler du carburant, qu'ils voulaient charger dans des camions-citernes. L'explosion se serait produite ensuite, lorsque les habitants du quartier se sont rassemblés pour se servir à leur tour en pétrole.

Cette pratique est courante au Nigeria, premier pays producteur de pétrole en Afrique. Pour la seule année 2005, la société pétrolière d'Etat estimait à plus de 650 000 tonnes le volume d'or noir détourné lors de ces incidents auxquels s'ajoutent des actes de vandalisme. Ces derniers jours, de nombreuses menaces de sabotage ont entraîné la fermeture de plusieurs sites pétroliers, entraînant la pénurie d'essence à laquelle le pays doit désormais faire face. »
Répondre
L
quand il est question de trafic les habitants de Les Voivres se contentaient de quelques litres.