L'atelier théâtre à Bussang

par LES VOIVRES 88240  -  21 Juillet 2015, 05:41  -  #Artistes

Une prostituée.

Une prostituée.

L'atelier théâtre est allé assister à la représentation de la pièce de Bertolt Brecht " L'opéra de Quat'sous " au Théâtre du Peuple de Bussang.

L'histoire de cette institution, commencée il y a 120 ans, est en premier lieu celle de son fondateur Maurice Pottecher.

Né en 1867, ce fils d'un industriel, maire de la ville, commence très tôt par écrire des poèmes puis des pièces de théâtre.
Monté à Paris, il fréquente les milieux littéraires et épouse l'actrice Camille de Saint-Maurice.
Mais ses espoirs de se faire connaître et de monter ses propres œuvres plus facilement dans la capitale que dans les Vosges sont déçus.
Il n'a toutefois pas oublié son pays natal, il y revient tous les étés. En 1892, à l'occasion du centenaire de la république, il décide d'offrir à ses compatriotes une fête qui sera digne de ce nom et se distinguera par son originalité.

Il monte sur la place du village " Le Médecin Malgré Lui" , avec ses amis, des villageois et des ouvriers de son père. Il a auparavant traduit le texte en patois vosgiens dans un souci d'accessibilité.

Scandale pour les puristes et succès auprès du public, confortent l'auteur dans l'idée qu'un théâtre fait par et pour le peuple est possible.

Après un dernier essai infructueux à Paris, il décide de renouveler l'expérience en faisant cette fois jouer une de ses pièces.

" Le Diable Marchand de Goutte " est un drame mêlant les légendes locales et la vie réelle, notamment les problèmes liés à l'alcoolisme.

De nouveaux, des amateurs sont mis à contribution. la représentation se fait en plein air et rassemble 2 000 personnes. Chaque été, d'autres pièces qu'il écrira, seront jouées. La scène est tout d’abord couverte, puis les tribunes, et enfin l'espace reliant les deux.

De cette époque des traditions sont nées et se maintiennent.

La troupe est composée en partie de professionnels et en partie d'amateurs. Cette année ceux-ci sont 13 et ceux-là 6. Les musiciens sont 3, moins que dans la version originale mais ils reprennent intégralement les partitions.

Il y a toujours un entracte.

A un moment de la représentation, les grandes portes doivent être ouvertes.

" Par l'art, pour l'humanité " devise de Maurice Pottecher.
" Par l'art, pour l'humanité " devise de Maurice Pottecher.

" Par l'art, pour l'humanité " devise de Maurice Pottecher.

Karin André, animatrice CTPS, Alain Bolmont Théâtre de la Miroiterie

Karin André, animatrice CTPS, Alain Bolmont Théâtre de la Miroiterie

Jean-Michel Flagothier, administrateur.

Jean-Michel Flagothier, administrateur.

Le metteur en scéne Vincent Goethals présente la pièce.

Le metteur en scéne Vincent Goethals présente la pièce.

Le sujet central de la pièce est la société bourgeoise corrompue se livrant aux rapines, fréquentant les milieux du crime et de la prostitution et faisant jouer ses relations d'affaires.

La chasse aux profits justifie tous les moyens.

La pièce met en scène mendiants, voleurs et prostituées luttant pour survivre contre des bourgeois et une police corrompus dans l'Angleterre victorienne.

Le metteur en scène a axé le travail des acteurs sur des tableaux très esthétiques, occultant un peu le texte et les revendications sociales qui faisaient la force de l’œuvre de Brecht. Un jeu très physique où l'expression corporelle étudiée dans ses moindres détails permettait cependant de bien comprendre le sens de chaque répartie.

Il est prudent de se munir d'un coussin pour affronter les bancs du Théâtre.

Il est prudent de se munir d'un coussin pour affronter les bancs du Théâtre.

Dans la famille Peachum, le père, exploitant tous les mendiants de Londres.

Dans la famille Peachum, le père, exploitant tous les mendiants de Londres.

La mère.

La mère.

La fille, Polly Peachum, vient d'épouser Mackie-le-Surineur

La fille, Polly Peachum, vient d'épouser Mackie-le-Surineur

Au premier plan, Mackie le Surineur, à sa gauche, Brown, chef de la police de Londres.

Au premier plan, Mackie le Surineur, à sa gauche, Brown, chef de la police de Londres.

Le jeune marié est polygame, profondément amoureux, menteur et voleur.

Le révérend a marié les tourtereaux.

Le révérend a marié les tourtereaux.

Jenny des Lupanars et ses compagnes

Jenny des Lupanars et ses compagnes

L'atelier théâtre à Bussang
L'atelier théâtre à Bussang
L'atelier théâtre à Bussang
L'atelier théâtre à Bussang
L'atelier théâtre à Bussang
L'atelier théâtre à Bussang
L'atelier théâtre à Bussang
L'atelier théâtre à Bussang
L'atelier théâtre à Bussang
L'atelier théâtre à Bussang
L'atelier théâtre à Bussang
L'atelier théâtre à Bussang
L'atelier théâtre à Bussang
L'atelier théâtre à Bussang
L'atelier théâtre à Bussang
L'atelier théâtre à Bussang
L'atelier théâtre à Bussang
L'atelier théâtre à Bussang
L'atelier théâtre à Bussang
L'atelier théâtre à Bussang
L'atelier théâtre à Bussang
L'atelier théâtre à Bussang
L'atelier théâtre à Bussang
L'atelier théâtre à Bussang
L'atelier théâtre à Bussang
L'atelier théâtre à Bussang
L'atelier théâtre à Bussang
L'atelier théâtre à Bussang
L'atelier théâtre à Bussang
L'atelier théâtre à Bussang
L'atelier théâtre à Bussang
L'atelier théâtre à Bussang
L'atelier théâtre à Bussang
L'atelier théâtre à Bussang
L'atelier théâtre à Bussang
L'atelier théâtre à Bussang
L'atelier théâtre à Bussang
L'atelier théâtre à Bussang
L'atelier théâtre à Bussang
L'atelier théâtre à Bussang
L'atelier théâtre à Bussang
L'atelier théâtre à Bussang
L'atelier théâtre à Bussang
L'atelier théâtre à Bussang
L'atelier théâtre à Bussang
L'atelier théâtre à Bussang
L'atelier théâtre à Bussang
L'atelier théâtre à Bussang
L'atelier théâtre à Bussang
L'atelier théâtre à Bussang
L'atelier théâtre à Bussang
L'atelier théâtre à Bussang
L'atelier théâtre à Bussang
L'atelier théâtre à Bussang
L'atelier théâtre à Bussang
L'atelier théâtre à Bussang
L'atelier théâtre à Bussang
L'atelier théâtre à Bussang
L'atelier théâtre à Bussang
L'atelier théâtre à Bussang
L'atelier théâtre à Bussang
Bertolt Brecht

Bertolt Brecht

De quoi vit l'homme ?

Il vit de l'homme, tout en le pillant, cognant, saignant et massacrant !

L'homme est un loup pour l'homme, mais il oublie souvent que lui ausi il est un homme.

Bertolt Brecht

in L'Opéra de Quat'sous

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :