C'est un trou de verdure où chante une rivière

par LES VOIVRES 88240  -  29 Juillet 2015, 06:04  -  #Hêtre nomade

C'est un trou de verdure où chante une rivière

Le jardin de Fanny et Gilles, à l'heure où la plupart font grise mine, surprend par son exubérance.

Il est possible que l'eau du ruisseau qui le borde imprègne les berges et remonte par distillation jusqu'au racine des plantes. Le paillage de copeaux qui couvre les buttes où elles poussent permet aussi à l'humidité de se maintenir.

A l'heure où les autres jardiniers pleurent leurs légumes flétris et rabougris Gilles part récolter haricots et laitues.

C'est un trou de verdure où chante une rivière

PRIÈRE DU POÈTE

Je ne sais ni bêcher, ni herser, ni faucher,
Et je mange le pain que d’autres ont semé.
Mais tout ce que l’on peut moissonner de douceur,
Je l’ai semé, Seigneur.

Je ne sais ni dresser un mur de bonne pierre,
Ni couler une vitre où se prend la lumière.
Mais tout ce que l’on peut bâtir sur le bonheur,
Je l’ai bâti, Seigneur.

Je ne sais travailler ni la soie, ni la laine,
Ni tresser en panier le jonc de la fontaine.
Mais ce qu’on peut tisser pour habiller le cœur,
Je l’ai tissé, Seigneur.

Je ne sais ni jouer de vieux airs populaires,
Ni même retenir par cœur une prière.
Mais ce qu’on peut chanter pour se sentir meilleur,
Je l’ai chanté, Seigneur.

Ma vie s’est répandue en accords à vos pieds.
L’humble enfant que je fus est enfant demeuré,
Et le peu qu’un enfant donne dans sa candeur,
Je vous l’offre, Seigneur.

Maurice Carême

Mon royaume pour une salade

Mon royaume pour une salade

Dis, Mamy, çà s'apelle comment quand c'est tout vert ?
Dis, Mamy, çà s'apelle comment quand c'est tout vert ?
Dis, Mamy, çà s'apelle comment quand c'est tout vert ?
Dis, Mamy, çà s'apelle comment quand c'est tout vert ?
Dis, Mamy, çà s'apelle comment quand c'est tout vert ?
Dis, Mamy, çà s'apelle comment quand c'est tout vert ?
Dis, Mamy, çà s'apelle comment quand c'est tout vert ?
Dis, Mamy, çà s'apelle comment quand c'est tout vert ?
Dis, Mamy, çà s'apelle comment quand c'est tout vert ?
Dis, Mamy, çà s'apelle comment quand c'est tout vert ?
Dis, Mamy, çà s'apelle comment quand c'est tout vert ?
Dis, Mamy, çà s'apelle comment quand c'est tout vert ?
Dis, Mamy, çà s'apelle comment quand c'est tout vert ?
Dis, Mamy, çà s'apelle comment quand c'est tout vert ?
Dis, Mamy, çà s'apelle comment quand c'est tout vert ?
Dis, Mamy, çà s'apelle comment quand c'est tout vert ?
Dis, Mamy, çà s'apelle comment quand c'est tout vert ?
Dis, Mamy, çà s'apelle comment quand c'est tout vert ?
Dis, Mamy, çà s'apelle comment quand c'est tout vert ?
Dis, Mamy, çà s'apelle comment quand c'est tout vert ?
Dis, Mamy, çà s'apelle comment quand c'est tout vert ?
Dis, Mamy, çà s'apelle comment quand c'est tout vert ?
Dis, Mamy, çà s'apelle comment quand c'est tout vert ?
Dis, Mamy, çà s'apelle comment quand c'est tout vert ?
Dis, Mamy, çà s'apelle comment quand c'est tout vert ?
Dis, Mamy, çà s'apelle comment quand c'est tout vert ?

Dis, Mamy, çà s'apelle comment quand c'est tout vert ?

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

NOEL 29/07/2015 12:28

« remonte par distillation » : j'aurais plutôt écrit capillarisation.. Mais on sait que dans les Vosges, la distillation a eu ses heures de gloire. Il suffit d'avoir entendu, comme moi dans de vagues souvenirs, quelques anecdotes relatives aux "gabelous" et aux bonnes bouteilles de vin certes, mais aussi de kirsch, mirabelle, et autres bonbonnes, etc., « sorties de (ou cachées) derrière les fagots ».

« Les férus d’histoire et de lieux de mémoire pourront aussi trouver leur bonheur dans cette région qui fût le théâtre de nombreux combats. Bien plus encore qu’une région, les Vosges restent gravées dans l’imaginaire collectif des français comme une frontière. En effet, si certains ne s’en remémorent pas précisément l’origine et situent cette « ligne bleue » quelque part vers l’Est, sur l’air de « Vous n’aurez pas l’Alsace et le lorraine », elle reste une séparation bien réelle, dont le tracé se confond en partie avec celui de la route des Crêtes. Cette nouvelle frontière délimitée par le traité de Francfort en 1871, après l’annexion d’une partie de l’Alsace et de la Lorraine par l’Allemagne, doit sa couleur bleue au poème de Jules Ferry. Député puis sénateur des Vosges, Jules Ferry avait demandé dans son testament, en 1893, à être enterré dans sa ville natale de Saint-Dié, « en face de cette ligne bleue des Vosges d’où monte jusqu’à mon cœur fidèle la plainte touchante des vaincus ». Le fait est que la frontière c’est vite avérer être le lieu d’une intense activité de contrebande. De nombreuses marchandises comme du tabac, de l’alcool, des allumettes chimiques ou encore du bétail franchissaient clandestinement la crête, malgré les embuscades et les arrestations spectaculaires menés par les douaniers chargés d’endiguer le trafic. De cette période mouvementée, nous reste aujourd’hui des collections de cartes postales au charme désuet, visant à magnifier le rôle de gardiens de l’ordre des gabelous. »
(Source Internet)

NOEL 30/07/2015 11:03

Je prends note mais je n'ai pas trouvé grand-chose expliquant ce phénomène qui me donne ... des vapeurs !

LES VOIVRES 88240 29/07/2015 15:29

Non, si c'est bien la capillarité de la terre qui permet cela, c'est de la distillation car c'est un phénomène qui ne se produit qu'avec la baisse des températures nocturnes. L'eau du sol remonte à la surface et un sol sec le soir, à condition qu'il y ai des réserves et de la fraicheur va être humide le matin. En journée l'eau qui remonte s'évapore

Pierre-Olivier LEFEVRE 29/07/2015 07:06

Le limon de l'étang de la mère guinguette : très fertile!! On se demande se qu'elle a bien pu enterrer là!!

NOEL 29/07/2015 12:30

Pas tout compris mais c'est sans doute réservé aux initiés...

LES VOIVRES 88240 29/07/2015 09:55

Pas ses premières amours en tout cas.