Le Val de Vôge Pôle culturel

par LES VOIVRES 88240  -  4 Juin 2015, 05:23  -  #Municipalité, #Bibliothèque, #Artistes

Maison communautaire et médiathèque du Val de Vôge

Maison communautaire et médiathèque du Val de Vôge

De plus en plus souvent des extrémistes reprennent à leur compte la vieille boutade :

" Quand j’entends le mot culture je sors mon révolver. "

Malheureusement ils parlent non seulement au sens propre mais en fait de revolver ce sont plutôt des AK 47, de la dynamite ou des bulldozers qu'ils utilisent pour détruire des patrimoines culturels irremplaçables.

L’Afghanistan avec les sanctuaires bouddhistes, Tombouctou et ses bibliothèques, c'est maintenant le site de Palmyre qui risque d'être anéanti pour peu qu'un de ces fanatiques se soit levé du pied gauche ou juge que cela lui fera une bonne publicité.

Poussés par quelle rage, sous quels prétextes, au nom de quel Dieu, des êtres vivants peuvent ils s'abaisser au niveau de bêtes, et en être fiers.

L’État français et d'autres pays condamnent du bout des lèvres : " Tss, tss, les vilains garçons, ils sont vraiment insupportables, mais après tout pendant qu'ils s'amusent là ils ne posent pas leurs bombes chez nous. "

Mais il n'est nul besoin que des istes de tout poil détruisent notre patrimoine. Ce même État français est en train de s'en charger au nom des réductions budgétaires.

Moins d'argent pour les associations, moins de subventions pour les MJC ou les festivals et ce sont autant d'animations, de spectacles, d’expositions qui ne se feront pas.

La Com Com du Val de Vôge a opté pour une politique diamétralement opposée et elle met tout en œuvre pour que la culture soit bien présente dans notre petite région et se développe.

En un an seulement, nous avons ainsi pu assister à l'ouverture de trois structures importantes :

La médiathèque de La Haye, la salle Marie Benoist de Bains les Bains pour la diffusion de films numérisés et la Médiathèque du Val de Vôge.

A l'occasion de l'inauguration de la salle Marie Benoist, Monsieur Michel Fournier, président de la Com Com a d’ailleurs pu affirmer que nous étions maintenant le pôle culturel le plus important pour le Sud des Vosges.

Il n'y a pourtant pas beaucoup de puits de pétrole par chez nous et nous sommes même classés par les sacro-saints technocrates comme une région en perte de vitesse.

Tendre euphémisme pour dire que si nous mettions un peu de bonne volonté nous serions bien avisés de disparaître.

Mais si justement les élus locaux malgré des fonds de caisse chaque jours de moins en moins approvisionnés par les grands centralisateurs veulent que la culture soit hissée haut, au nom de quel principe l’État français prétend il nous faire croire qu'il est impératif de choisir entre des canons et des subventions pour nos artistes et nos savants ?

Napoléon, ce foudre de guerre, est parti en Égypte avec 300 de ceux-ci , Monge, Berthollet, Champollion... A l'époque choisir cette carrière pouvait vous permettre de finir votre vie comte et riche.

Depuis Moscou, il réorganise la Comédie Française.

Et maintenant la France est elle si pauvre qu'il lui faudrait trancher dans tout ce qui a fait son rayonnement ?

Les Vosgiens lambda de la communauté du Val de Vôge, ne font peut-être pas partie du sérail et ne sont pas de grands économistes formés à Yale, Princeton ou Harvard.

Mais ils ont du bon sens, une dignité et des richesses culturelles et humaines qu'ils veulent non seulement garder mais mettre en valeur.

Ils se rendent compte de deux choses . Premièrement que rogner les budgets dans ce domaine s'appelle " manger son blé en herbe ". Et deuxièmement que le vieux dicton : "Quand on veut noyer son chien, on l'accuse de la rage ", est toujours d'actualité.

Médiathèque de La Haye

Médiathèque de La Haye

Salle Marie Benoist de Bains les Bains
Salle Marie Benoist de Bains les Bains

Salle Marie Benoist de Bains les Bains

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
N
Il va falloir trouver une couleur de bonnet pour « Les Vosgiens lambda ». qui voudraient résister ! Il y a, malheureusement, longtemps que notre région est en perte de vitesse. "De mon temps", on disait même qu'elle était l'une à fournir le plus de militaires tant il n'y avait pas d'emplois sur place..
Pas sûr, mais il faut dire aussi qu'il n'y a plus de Napoléon, que beaucoup d’artistes et autres savants veuillent partir combattre Daech, pour lequel, lorsque par malheur, il sera aux portes de la communauté du Val de Vôge, les belles structures mises en place vont forcément devenir - si, toutefois, elles n’ont pas été mises à mal par le tour de vis de nos propres dirigeants - des cibles potentielles.
Bien, nous n'en sommes pas encore là, du moins pour l'EI, mais vu l’inefficience des différentes coalitions, cela pourrait bien se rapprocher... plus vite qu'on ne le pense.
Répondre
N
Pour ce qui me concerne, avec mon expérience acquise pendant plus de 13 années de Secrétaire d’une association, les manifestations souffrent surtout d'un manque de participation. Du moins, c'est comme cela que je l'ai ressenti car je n'ai jamais eu l'impression d'un manque de communication et personne ne me l'a jamais reproché... au contraire !.
L
Choisissons une couleur bien flamboyante Mais on peut regretter plaisanterie mise à part que souvent le premier problèmes dont souffrent les manifestations qui sont organisées, est le manque de communications. C'est regrettable et il faudrait que les organisateurs sachent que le partage d'annonces, de sites c'est du gagnant-gagnant.