Démolition de la maison Georges Didier

par LES VOIVRES 88240  -  9 Juin 2015, 06:12  -  #Municipalité

Bientôt nous n'auront plus ces ruines sous les yeux.

Bientôt nous n'auront plus ces ruines sous les yeux.

Incendiée depuis 2 ans, plantée comme une verrue au centre du village, les travaux de déblaiement s'éternisant au long des enquêtes sur les causes de l'incendie, la maison anciennement propriété des familles Georges et Didier vient d'être livrée aux démolisseurs.

Démolition qui heureusement se poursuivra par la construction de nouveaux logements.

La partie agricole appartenant à Monsieur Roland Didier ne sera pas remplacée.

Mr Eric Georges et Madame Bernadette Didier qui ont respectivement habité dans cette maison et travaillé là, regardaient la pelleteuse en action. Il faut dire que la dextérité du conducteur d'engin était impressionnante.

Les poutres calcinées étaient saisies une à une, brisées en plusieurs morceaux d'un coup de godet précis et mises en tas aussi rapidement qu'une ménagère préparant son fagot l'aurait fait.

Coïncidence, le conducteur Mr Peutot est un petit cousin d'Eric Georges

Démolition de la maison Georges Didier
Démolition de la maison Georges Didier
Démolition de la maison Georges Didier
Démolition de la maison Georges Didier
Démolition de la maison Georges Didier
Démolition de la maison Georges Didier
Démolition de la maison Georges Didier
Démolition de la maison Georges Didier
Démolition de la maison Georges Didier
Démolition de la maison Georges Didier
Démolition de la maison Georges Didier
Démolition de la maison Georges Didier
Démolition de la maison Georges Didier
Démolition de la maison Georges Didier
Démolition de la maison Georges Didier
Démolition de la maison Georges Didier
Démolition de la maison Georges Didier
Démolition de la maison Georges Didier
Démolition de la maison Georges Didier
Démolition de la maison Georges Didier
Démolition de la maison Georges Didier
Démolition de la maison Georges Didier
Démolition de la maison Georges Didier
Démolition de la maison Georges Didier
Démolition de la maison Georges Didier
Démolition de la maison Georges Didier
Démolition de la maison Georges Didier
Démolition de la maison Georges Didier
Démolition de la maison Georges Didier
Démolition de la maison Georges Didier
Démolition de la maison Georges Didier
Démolition de la maison Georges Didier
Démolition de la maison Georges Didier
Démolition de la maison Georges Didier
Démolition de la maison Georges Didier
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
E
Ça m'étonne que ça ait pris seulement deux ans pour que nature reprend ce terrain. Normalement, il faut environ 5 ans avant de vraiment voir la puissance de la nature, mais vue que le toit était quasi inexistant, is suffisait seulement 24 mois. C'est triste de voir cette maison appartenant à cette famille voire ces derniers moments. je suis sur que ça leur fait du mal, mais il n'y rien à faire, l'immeuble est devenu trop fragile pour être sauvegardé.
Répondre
B
Peut-être que Jean-Paul, Alain et Marie-Thérèse PERNOT, tous trois nés dans cette maison qui était la propriété de leurs parents et grands parents PERNOT, commerçants, auront un brin de nostalgie.
Répondre
L
Certains conducteurs arrivaient à cet endroit à très grande vitesse
N
« un motard je ne sais pas » : toujours selon mon "excellente" marraine, il s'agissait d'un dénommé Leroy.
L
un motard je ne sais pas mais une voiture des Cérard de Thunimont le père est décédé
N
Exact, pas que de bons souvenirs. Si j'ai vaguement en mémoire ce commerce, j'ai encore la cicatrice de la morsure du berger allemand des propriétaires, à qui je n'avais absolument rien fait, mais qui m'avait sournoisement planté ses crocs - malgré l'interdiction de goûter de la viande un Vendredi Saint ! - dans la cuisse droite. Mes parents avaient d'ailleurs eu tout le mal du monde pour rentrer dans leurs frais dus aux soins.
Je crois aussi me souvenir qu'un motard, ratant le léger virage du pied de la côte, avait "tiré tout droit" dans la cave de la maison et, malheureusement, en était décédé.
L
Je crois que ces ruines n'étaient pas de bons souvenirs. Oui nous y allions à la sortie de la messe faire les achats et ensuite je mange avec Gérard Georges et sa famille les soirs après repiquage du tabac