24 juin: Manifestation des maires ruraux à Paris

par LES VOIVRES 88240  -  21 Juin 2015, 06:54  -  #MAIRIE

Les maires ruraux sont appelés à manifester devant l'Assemblée nationale le 24 juin à 15 h

Vanik Berbérian, président de l'Association des Maires Ruraux de France

Vanik Berbérian, président de l'Association des Maires Ruraux de France

Edito de Vanik Berberian Présidents des maires ruraux

Le chaud et le froid

citoyens des campagnes.

A force de dénoncer et d'enfoncer le cloude la DGF "parfumée à l'apartheid", nous avons été entendus par le Gouvernement qui se penche sur le sujet. Nous le félicitons pour son courage et l'engageons àne pas céder aux pressions de ceux quiconsidèrent que "péréquation" est un gros mot.

Certes, nous devons tous faire un effort d'objectivité. Oui, le clivage n'est pas tant rural/urbain que riche/pauvre. Oui, bien sûr, les charges de centralité existent mais attention à ce que ce ne soit pas un alibi commode pour financer les dépenses de compétition stériles entre villes.

Je fais remarquer au passage que les charges de centralité seraient moins lourdes si on arrêtait de toujours tout centraliser.

Ah, enfin, les charges de ruralité sont officiellement reconnues avec lucidité. Il était temps. On en attend maintenant la traduction dans la DGF.

Et pourtant, le risque du statu quo est plus fort que jamais car le chantage est clair. Comme il est politiquement incorrect de dire : la situation est injuste mais maintenons la, on dit : pas de double

peine, pas de progrès dans la péréquation si l'Etat maintient ses diminutions de dotations. C'est habile. Mais pour les collectivités les plus pauvres ce n'est plus la double, mais la triple peine, parce que les efforts, elles les font depuis toujours

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
N
Selon certains médias, ce fut une journée assez "animée"...
Répondre
L
http://lesvoivres88240.over-blog.com/2015/06/le-gouvernement-utilise-la-force-contre-les-maires-ruraux.html
Il y aura au moins deux commentaires
N
En fait, cela a été commenté - selon moi - a minima : un tout petit article sans photo, en page 4 du journal Ouest-France de ce jour, par exemple.
L
Je ne sais pas je vais aller sur les commentaires en lignes
N
J'y verrais bien un feu de joie... mais pas sûr que l'ambiance s'y prête.
Répondre