Les primevères

par LES VOIVRES 88240  -  3 Avril 2015, 06:03  -  #Qu'il est beau mon village, #Gite rural, #Artisans et services

Pour voir les images en gros plan, cliquez sur la première puis continuez.

Pour voir les images en gros plan, cliquez sur la première puis continuez.

Entre deux bourrasques de vent, averses de pluies, giboulées de mars et maintenant d'avril, le printemps moins frileux que nous se hâte de fleurir les plates bandes et de remettre une nouvelle couche d'émeraude dans les prairies.

Mais le soleil ne laisse pas beaucoup de temps pour prendre quelques photos.
Les premières sont seulement en boîte que déjà un gros nuage vient coiffer la chapelle. Qu'importe, les primevères qui ont squatté la pelouse autour du gite rural Simon Jean-Pierre à La Grande Fosse, sauront attendre son retour.

Les primevères
Les primevères
Les primevères
Les primevères
Les primevères
Les primevères
Les primevères
Les primevères
Les primevères
Les primevères
Les primevères
Les primevères
Les primevères
Les primevères
Les primevères
Les primevères
Les primevères
Les primevères
Les primevères
Les primevères
Les primevères
Les primevères
Les primevères
Les primevères
Les primevères
Les primevères
Les primevères
Les primevères
Les primevères
Les primevères
Les primevères
Les primevères
Les primevères
Les primevères
Les primevères

La primevère

Qui est la première à percer l'hiver,
À remettre en vie la terre engourdie?

Elle a réservé sa place,
Posé son petit coussin,
Elle attend, ferme et vivace,
Au premier rang du jardin.

A ciselé ses pétales,
Les a teints de jaune pâle,
Elle a disposé ses fleurs
Côte à côte et cœur à cœur.

Aucun gel ni vent du nord
Ne l’empêcheront d’éclore
Pour assister, dans sa parure,
Au grand gala de la nature.

Sitôt qu’elle fleurit le printemps frémit.
Elle est la première, c’est la primevère.

Louise Duty

Déjà un gros nuage vient coiffer la chapelle.

Déjà un gros nuage vient coiffer la chapelle.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
N
Louise Duty, pour moi une "illustre" inconnue que je viens de découvrir, grâce à Bernard. Parmi ses poèmes, j'aurais pu choisir en écho à la primevère, une autre fleur printanière que l'on a coutume de célébrer dans mes Vosges natales, la jonquille.
Mais, puisque je suis plutôt attiré vers l'Histoire, qu'à la fin de ce mois nous commémorons traditionnellement le souvenir des déportés et qu'en juin je dois écrire un petit article sur le passage des Allemands aux Voivres, je cite son poème résumant assez bien la Seconde Guerre mondiale. Oui, cette ancienne institutrice, partisane, pour ce qui concerne la nature, de la leçon de choses, devait parfaitement savoir intéresser ses petits élèves.

Seconde guerre mondiale

1939, c'est Hitler,
Chef des nazis, qui veut la guerre,
Qui crie que son peuple mérite
La revanche de 14-18,
Qui jure de rendre à l'Allemagne
Tout l'empire de Charlemagne,
Qui lance aux pays envahis
Des armées d'hommes aguerris,
Qui hurle aux foules médusées
Sa haine envers les étrangers,
Qui tue les juifs en réclusion
Dans des camps de concentration.

La guerre est devenue mondiale,
C'est la désolation totale.
La résistance s'organise.
Les américains par surprise
Déferlent en pays normand
Le jour J du débarquement.
Alors les allemands reculent.
Un an plus tard, ils capitulent.

8 mai 1945,
Traité signé, les alliés vainquent.
C'est la fin des hostilités,
On crie: "Vive la liberté!"
Répondre